gaspillage alimentaire
Economie circulaire

Ces entreprises françaises engagées contre les gaspillages- 5 minutes de lecture

Alors que le premier ministre Edouard Philippe annonçait ce mardi 04 juin vouloir interdire la destruction des invendus non-alimentaires et qu’une loi contre les gaspillages sera dévoilée cet été, petit tour d’horizon des entreprises françaises engagées contre le gaspillage.


Alors que le gouvernement prépare une loi pour développer l’économie circulaire et lutter contre les gaspillages, le premier ministre Edouard Philippe annonçait ce mardi 04 juin vouloir interdire l’élimination des invendus par les commerçants. Il s’agit de mettre fin à une pratique absurde qui avait été mise en exergue il y a quelques mois par un reportage choc dans les entrepôts d’Amazon. On y voyait l’une des entreprises les moins eco-friendly de la terre détruire des produits neufs. Parce que le stockage, ça coûte de l’argent.


Il y a quelques années, une précédente loi avait déjà contraint les grandes surfaces à ne plus jeter les produits alimentaires invendus. Un créneau qui a permis à de nombreuses initiatives de voir le jour pour réduire ces gaspillages. Aujourd’hui, plusieurs entreprises et start-up françaises s’engagent dans ce domaine.

Petit tour d’horizon des principaux acteurs du marché à date.



Too Good To Go – l’appli mobile anti-gaspi

too good to go

Too Good To Go, c’est une application mobile qui permet de s’engager contre le gaspillage alimentaire en récupérant des paniers surprises contenant les invendus des commerçants à proximité de chez soi. Lancée en 2016 par Lucie Basch, cette entreprise fait partie des piliers de la lutte contre le gaspillage alimentaire en Europe. Elle permet à de nombreux commerçants de valoriser leurs invendus tout en offrant à leurs clients des paniers à prix réduit. Un véritable succès qui pousse cette entreprise à aller plus loin. La start-up a notamment présenté au gouvernement un livre blanc visant à réformer le système des dates de péremption.


👉 Lire notre interview de Lucie Basch



HopHopFood – le don alimentaire pour lutter contre le gaspillage

HopHopFood favorise la solidarité alimentaire

HopHopFood est une application mobile qui vise à renforcer la solidarité alimentaire et lutter contre le gaspillage via le don d’aliments entre particuliers. Il s’agit d’une association à but non lucratif qui vise à renforcer la solidarité alimentaire en France. L’association est pilotée par Michel Montagu, Sibylle Azandossessy et Jean-Claude Mizzi. Leur souhait est de lutter contre deux problématiques majeures : le gaspillage, mais aussi la précarité alimentaire qui touche des milliers de personnes en France.

👉 Lire notre article sur HopHopFood




Phenix – la start-up ESS qui monte

logo Phenix

PHENIX est une entreprise sociale qui accompagne ses clients professionnels dans leur transition vers l’économie circulaire en professionnalisant, structurant et simplifiant leurs flux de dons, revente, ou recyclage de produits alimentaires et non alimentaires.
Après avoir levée 15 millions d’euros fin 2018, la start-up déploie aujourd’hui une application à destination du grand public à l’image de ce que fait Too Good To Go. Elle est aujourd’hui l’un des piliers des entreprises françaises à impact engagées dans l’économie circulaire.

👉 Leur site web



Comerso – L’un des pioniers de la valorisation des invendus

logo comerso

Fondée en 2013 à Agen, Comerso fait figure de pionnier dans la collecte et la valorisation des invendus. L’entreprise travaille avec la distribution, mais aussi en direct avec des producteurs, grossistes, maraîchers et industriels. Elle collecte les invendus alimentaires et non alimentaires et en assure la livraison à des associations partenaires sous forme de don. Comerso permet ainsi à ses clients de valoriser leurs invendus et d’agir concrètement pour la lutte contre le gaspillage.


👉 Leur site web
👉 Lire notre article sur Comerso




Meal Canteen – L’anti-gaspi de la restauration collective

l'équipe de la start-up MealCanteen

La start-up Meal Canteen offre à la restauration collective un moyen de lutter contre le gaspillage alimentaire. Elle utilise pour cela un système prédictif qui permet de ne produire que les quantités qui seront consommées le lendemain. À la fin, les cantines ne préparent que les justes quantités et réalisent des économies tout en participant à la réduction du gaspillage alimentaire. En moyenne, c’est 17% des quantités préparées qui sont jetées dans la restauration collective. Meal Canteen offre ainsi un gain environnemental assorti de meilleures performances économiques.

👉 Lire notre article sur Meal Canteen




Biotraq – La Data pour réduire le gaspillage

biotraq logo

Les process ou conditionnements défectueux ainsi que la rupture de la chaine du froid représentent 21% du gaspillage alimentaire total en France. C’est afin de réduire ce chiffre qu’a été créé la start-up Biotraq. Grâce à des capteurs connectés ainsi que des données environnementales, ses algorithmes calculent en temps réel la qualité des produits périssables qui sont en transit d’un point A à un point B. En cas d’anomalie remarquée, la plateforme propose des actions correctives aux opérateurs.


👉 Lire notre article sur Biotraq




Cryolog – Une pastille intelligente pour moins jeter

logo cryolog

L’entreprise nantaise Cryolog développe une pastille intelligente qui permet de réduire le gaspillage alimentaire, notamment pour déceler rapidement les ruptures de chaîne du froid. Leur pastille thermosensible microbiologique interprète l’impact du temps et de la température sur la conservation des produits. Elle signale si un produit est consommable ou non par un changement de couleur. Le principe est très simple : Vert, on mange ; rouge, on ne mange pas.


👉 Lire notre article sur Cryolog




Geev, le don d’objet comme solution contre le gaspillage ?

geev logo

La start-up Geev propose un service de petites annonces de don d’objets entre particuliers, une autre manière de lutter contre le gaspillage et la surconsommation. Cette jeune start-up engagée dans l’économie circulaire prend ainsi le contre-pied d’une logique mercantile. Lancée en 2017, la plateforme compte près de 1,5 million d’inscrits. Et GEEV a permis de donner une seconde vie à plus de 1 million d’objets.


👉 Lire notre article sur Geev



Il exite évidemment d’autres structures qui travaillent sur ces sujets. Certaines dont nous avons déjà parlé, d’autres dont nous parlerons à l’avenir. Si vous avez des bonnes idées à ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter pour nous les transmettre !

Dans la même rubrique