Selon une enquête réalisée par Too Good To Go, le gaspillage des fruits et légumes est la principale source de gaspillage alimentaire en France et représente 42% du volume total gaspillé dans l’alimentaire. Toujours selon cette enquête 92% des Français jugeraient pourtant le gaspillage alimentaire inacceptable, mais ils sont 60% à continuer de jeter régulièrement des fruits et légumes. En France, selon l’Ademe, les pertes alimentaires représenteraient 10 millions de tonnes de produits par an, un chiffre qui équivaut à une valeur commerciale estimée à 16 milliards d’euros. 

Mais le gaspillage alimentaire n’est pas que la faute des ménages. Une large partie de celui-ci a lieu bien plus en amont de la filière, et commence chez les exploitants et les distributeurs. Notamment vis-à-vis de ce qu’on appelle les “légumes moches” où les produits “hors-calibres”, qui sont généralement refusés par les distributeurs car ces produits se vendraient moins bien.

C’est pour lutter contre ce gaspillage largement évitable que Grégoire Carlier, Claire Laurent et Sven Ripoche ont créé Hors Normes, une entreprise qui permet aux agriculteurs français de commercialiser leurs fruits et légumes Bio refusés par les circuits traditionnels pour des raisons esthétiques.

Sauver les légumes “moches” du gaspillage et mieux rémunérer les producteurs

L’activité de Hors Normes se base sur un échange direct avec des producteurs BIO. Ceux-ci communiquent à l’entreprise les problématiques de gaspillage auxquelles ils sont confrontés : produits non-esthétiques ou pics de production qui ne trouvent pas assez de consommateurs, par exemple. Ces produits, qui en temps normal seraient jetés, sont ensuite acheminés vers l’entrepôt du prestataire de préparation des paniers de la startup. Il s’agit d’une association de réinsertion, ANDES, dont l’entrepôt est situé à Rungis. Ce qui apporte aussi à la jeune pousse une dimension sociale dans son modèle économique.

D’ailleurs, en plus d’éviter le gaspillage, sauver des produits jugés “hors normes” permet aussi de mieux rémunérer des producteurs puisque cela augmente leurs ventes et valorise des produits dont les qualités gustatives ne sont pas moindres en raison de leurs formes.

Dans son modèle, Hors Normes propose 4 formats de paniers allant de 2 kilos à 8 kilos de produits alimentaires. Un des objectifs de l’entreprise, à court terme, sera d’instaurer de la souplesse dans ces paniers en permettant aux consommateurs d’en modifier eux-mêmes les contenus, à l’instar de ce que proposent d’autres acteurs comme la startup nantaise Vite mon marché.

L’autre objectif est “d’essayer d’aller sauver d’autres types de produits” explique Sven Ripoche, l’un des co-fondateurs de la marque. L’idée serait de vendre des produits d’épicerie, sucrés et salés, qui seraient proposés en complément aux consommateurs. L’ambition à long terme “est de ne plus être un primeur anti-gaspi mais plutôt une épicerie anti-gaspi” annonce M. Ripoche. 

Des aliments hors normes
Crédit photo : Hors normes


Des fruits et légumes BIO, 30 à 40% moins cher

La logistique de l’entreprise, basée sur 2 ou 3 livraisons des producteurs par semaine, permet aux équipes de Hors Normes de coller à la demande des clients et donc d’éviter que des paniers se retrouvent sans destinataires. Quand cela arrive, la part de ces paniers représente 1 à 2% du total des commandes de la semaine. Hors normes donne les produits en question à des épiceries solidaires comme ANDES. Les fruits et légumes ne sont ainsi jamais gaspillés. 

La société revendique aujourd’hui 1 500 clients, tous en région parisienne. Pour le moment, cette activité de vente antigaspi ne concerne donc que Paris intra-muros et sa petite couronne. À court-terme, Hors Normes envisage de répliquer le modèle en place dans l’une des quatre grandes villes françaises suivantes : Lyon, Toulouse, Bordeaux ou Lille. 

Les revenus de Hors normes proviennent uniquement de la vente des produits. En moyenne, ils sont 30 à 40% moins cher que leurs équivalent en magasin bio. “Nous arrivons à vendre moins cher car nous achetons nos fruits et légumes à des prix moins élevés que les revendeurs BIO classiques” explique Sven Ripoche


Une levée de 1,5M€ pour se développer en France

Pour en arriver là, les associés ont d’abord investi entre 15 000 et 21 000 euros de fonds propres. Ensuite, pour élargir l’empreinte géographique et la gamme de produits, la startup a organisé une levée de fonds de 1,5 millions d’euros cet été. Cet argent doit servir à financer la location d’un entrepôt et l’amélioration du site internet. La société a aussi reçu des aides de la Bpi.

Incubé à station F quelque temps, Hors Normes possède désormais ses propres locaux et emploie 15 personnes. La société compte garnir ses rangs d’une dizaine de postes supplémentaires pour étendre sa gamme de produits et se faire davantage connaître. Pour cela, elle mise sur trois axes : le bouche à oreille, la communication sur les réseaux sociaux, et la publicité en ligne axée sur le gaspillage.

À lire sur le même sujet