Chaque année, ce sont environ 10 millions de tonnes d’aliments qui sont gaspillés en France et la moitié de ce gaspillage concerne les fruits et les légumes. Bien évidemment, les particuliers sont en partie responsables de ce gaspillage lorsqu’ils font par exemple le choix de jeter une poire un peu trop mûre.

Mais 32% du gaspillage alimentaire a lieu dès la phase de production. Légumes hors-calibres, légumes moches ou produits abîmés lors des récoltes : les raisons de ce gaspillage sont nombreuses. Face à ce constat, Magali Duramé et Vincent Le Borgne ont décidé de créer Foodologic, une startup green rennaise qui propose une solution pour valoriser ces fruits et légumes invendus auprès des professionnels de la restauration.

Foodologic est ainsi une place de marché numérique pour les fruits et les légumes invendus. En mettant en relation les agriculteurs avec des industriels, des restaurateurs et des magasins, la jeune pousse compte ainsi donner une seconde vie aux fruits et légumes qui n’ont pas leur chance dans les circuits standards.


Une place de marché numérique pour valoriser les fruits et légumes invendus

Chaque année, ce sont 15 millions de tonnes de fruits et légumes qui sont produits en France. Malheureusement, 10% de cette production est écartée des débouchés « normés » tels que l’industrie agroalimentaire, les magasins ou encore les établissements de restauration collective. C’est pour valoriser ces 10% auprès de ces acteurs que Foodologic a été crée.

Aujourd’hui, la startup compte 150 clients parmi lesquels on retrouve des producteurs, des coopératives, des grossistes ou des acheteurs (traiteurs, paniers en ligne, magasins, industrie agroalimentaire). Ainsi, en proposant aux producteurs de valoriser leurs invendus, Foodologic leur garantit une entrée supplémentaire de revenu.

En 2020, pour 20 tonnes de fruits et légumes sauvés, la startup a permis un supplément de 15 000 euros de chiffre d’affaire à l’ensemble de ses producteurs.

Equipe Foodologic
Equipe Foodologic : Maxime Dupont, Magali Duramé, Alice Duport et Vincent Le Borgne


Une campagne de financement pour soutenir la lutte contre le gaspillage

Afin de continuer à lutter contre le gaspillage, Foodologic ouvre son capital et lance une campagne de financement participatif afin de permettre à ceux qui le souhaitent d’accompagner son développement.

L’ouverture de capital se présente sous forme de BSA-AIR (Bon de Souscription d’Actions – Accord d’Investissement Rapide) en amont d’une levée de fonds de 300 000 euros prévue au 2ème semestre 2021. Cette forme d’ouverture du capital fait que l’investisseur entrera au capital social de l’entreprise une fois la levée de fonds réalisée. Les actions sont vendus au prix minimum de 2 000 euros et ne peuvent excéder 100 000 euros. Il est possible d’en acquérir jusqu’au 3 juin 2021.

Nous souhaitons avant tout impliquer des personnes qui auront un rôle plus important et « extra financier » dans notre développement et qui sont séduits par notre proposition de valeur économique, sociale et environnementale.

Magali Duramé, fondatrice et CEO de Foodologic


Mais parce que la startup souhaite permettre au grand public de prendre part à la lutte contre le gaspillage alimentaire, une campagne de financement participatif est aussi lancée en parallèle et est disponible jusqu’au 17 février 2021 sur la plateforme de finance éthique Zeste.

Dès lors, professionnels comme particuliers ont désormais la possibilité de soutenir une solution innovante qui concilie activité économique, équité sociale et protection de l’environnement. La levée de fonds prévue pour le second semestre 2021 aura ensuite pour but de recruter du personnel afin de démarcher les agriculteurs au plus proche du terrain, de renfoncer l’équipe marketing et de pérenniser l’équipe développement web.

À lire sur le même sujet