Comme à chaque fin d’année, la Rédaction des Horizons vous propose un récap’, rubrique par rubrique, de nos articles les plus lus et/ou les plus partagés cette année.

 

En ce qui concerne le développement de l’économie circulaire, cette année est notamment marquée par des solutions toujours plus nombreuses pour lutter contre la production de déchets et tous les gaspillages, et favoriser le recyclage qu’on soit citoyen, salarié ou industriel.



Idées et solutions pour une économie plus circulaire

Parmi les nombreuses solutions innovantes que nous avons mises en avant cette année, vous avez semblés particulièrement intéressés par l’utilisation de poules pour recycler vos déchets, et le retour en force de la consigne en verre pour produire moins de déchets.


Des poules pour recycler ses biodéchets

poules Cocott’arium

Cocott’arium est une entreprise française spécialisée dans la mise à disposition de poulaillers urbains pour les collectivités et les entreprises, dans le but de contribuer au recyclage des biodéchets. Ainsi, citadins ou employés effectuent un geste écologique au travers d’un modèle qui a aussi pour objectif de réintégrer la campagne dans les villes en plaçant la nature au centre du débat. Cocott’arium s’adresse donc à toute entreprise ou collectivité souhaitant développer une nouvelle façon de recycler ses biodéchets

👉 Lire notre article sur Cocott’arium



Jean Bouteille : la solution zéro déchet pour les liquides

jean bouteille

Jean Bouteille est spécialiste et un peu précurseur dans le domaine de la vente en vrac de liquides. En effet, la startup propose ses solutions de consignes en verre réutilisables depuis 2014 et est présente aujourd’hui dans pas moins de 700 enseignes. La consigne pour le verre fait son grand retour depuis plusieurs années comme un levier important dans la lutte contre l’utilisation trop massive du plastique. Jean Bouteille accompagne ainsi épiceries et supermarchés souhaitant réduire leur volume de déchets, et se développe à présent sur le marché de la vente en vrac de produits liquides.

👉 Lire notre article sur Jean Bouteille



Ceux qui font l’économie circulaire en 2020

Nous avons eu l’occasion cette année de rencontrer de nombreuses personnalités engagés pour une économie plus circulaire. Retour sur deux rencontres marquantes et inspirantes pour notre transition vers une économie durable.


Jean Moreau : « le comportement des consommateurs nous rend optimistes »

Jean Moreau, Co-fondateur de Phenix

Jean Moreau est le co-fondateur de Phénix, fer le lance de la lutte contre le gaspillage, et également co-président du mouvement Impact France. Interrogé en début d’année dans le cadre de la MaddyKeynote 2020, Jean est revenu dans nos colonnes sur l’engagement des consommateurs dans la lutte antigaspi, l’émergence de plus en plus de startups à impact, ou encore la place d’innovations low tech dans un monde toujours plus connecté.

👉 Lire notre interview de Jean Moreau



Flore Berlingen : « la vraie économie circulaire est celle qui se situe en amont du recyclage »

flore berlingen

Flore Berlingen est la directrice de l’association Zero Waste France, association qui défend une démarche zéro déchet, zéro gaspillage, et une figure de l’économie circulaire en France. Nous avions eu l’opportunité de faire le point avec elle avant le Covid sur les tendances du secteur, les filières qui se structurent, et sur les différents modèles qui émergent de par les nouveaux usages des citoyens – économies collaborative et de fonctionnalité notamment.

👉 Lire notre interview de Flore Berlingen



Les industriels aussi répondent présents

Depuis plusieurs années, de nombreux industriels s’engagent dans les luttes contre les différents gaspillages, pour le recyclage ou pour une production plus durable en amont. Les exemples des groupes SEB et Bel font partie des initiatives que vous avez plébiscités en 2020.


Réparabilité : le groupe SEB étend ses forfaits réparation

réparabilité SEB

Dans le cadre de sa politique de développement durable, le célèbre fabricant d’électroménager propose à présent des “forfaits réparation” visant à promouvoir la réparabilité et lutter donc contre une obsolescence parfois programmée des produits. Soit un objectif d’allongement de la durée de vie des produits qui va rimer pour le Groupe avec une plus grande fidélité de la part des consommateurs.

👉 Lire notre article sur le Groupe SEB



Première avancée du groupe Bel sur le sujet des dates de péremption

gaspillage DDm vache qui rit

Le Groupe Bel s’engage dans le grand débat autour de l’opacité des dates de consommation indiquées sur les produits en magasin. Suite au Pacte sur des Dates de Consommation signé en début d’année à l’initiative de la startup Too Good To Go, le groupe Bel s’engage donc à sensibiliser ses consommateurs de Vache qui rit au fait que le produit peut être consommé au-delà des dates indiquées sur la boîte. Si cela peut apparaitre comme une “petite” mesure, l’éducation des consommateurs par rapport à la relative complexité des dates annoncées (DLC ou DDM ?) sur les emballages est un vrai premier pas dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

👉 Lire notre article sur le Groupe Bel