Too Good To Go n’en finit pas de proposer des initiatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire et vient d’en faire à nouveau la démonstration avec le lancement en Avril 2021 d’un réseau de “villes anti-gaspi” dont font partie pour le moment les villes de Bordeaux, Toulouse, Saint-Denis, Jouy-en-Josas, Rueil-Malmaison et Carrière-sous-Poissy.

L’entreprise co-fondée par Lucie Basch s’est fait connaître par son application mobile qui permet de récupérer des invendus à petit prix chez les commerçants et magasins alimentaires. Mais elle ne cesse d’innover en dehors de cette activité et se veut désormais une autorité de lutte contre le gaspillage alimentaire. En octobre 2019, l’entreprise a ainsi publié un Guide Antigaspi, et lancé en janvier 2020 un Pacte sur les dates de consommation avec les acteurs de la grande distribution afin de réduire le gaspillage alimentaire lié aux dates de péremption. Lors des élections municipales, l’entreprise avait également proposé à tous les candidats de devenir signataires d’une charte anti-gaspi. 300 candidats ont signé, 42 ont été élus.

Ce qui encourage aujourd’hui la startup à fédérer les mairies les plus volontaires autour d’un projet de réseau anti-gaspi. Des discussions avec les villes de Nantes et Nancy sont d’ailleurs en cours pour porter à 8 le premier cercle de ce réseau.


Un réseau de villes anti-gaspi, mais pourquoi faire ?

Too Good To Go possède une expertise indéniable en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire. Lancé en France en 2016, son application compte 9 millions de téléchargements et a permis de sauver 24 millions de paniers depuis son lancement, auprès de 16 000 commerçants. Pour engager davantage la population, elle souhaite accompagner les collectivités locales sur ce qu’elle connaît : la sensibilisation au gaspillage.

Ce réseau de villes anti-gaspi consiste donc à accompagner les territoires sur 4 grands domaines d’action. En premier lieu dans la restauration collective et surtout les cantines scolaires, champ d’action des collectivités. Ce qui peut passer par des actions de sensibilisation ou par le déploiement de l’application mobile de la startup dans les cuisines collectives, ce qui devrait notamment être le cas à Toulouse. La startup souhaite également apporter son aide pour mettre en oeuvre des outils pédagogiques à destination des écoles. “Nous travaillons déjà avec des acteurs de la restauration collective et des associations d’éducation au Développement Durable, en lien avec le Ministère de l’Éducation Nationale, pour définir des outils et des kits pédagogiques pour sensibiliser au gaspillage alimentaire” précise Simon Foucault, point de contact des collectivités chez Too Good To Go.

Le troisième pilier sur lequel souhaite apporter son aide l’entreprise, c’est la mise en oeuvre d’actions de sensibilisation et d’engagement des commerçants locaux. “L’idée, c’est de réfléchir avec les élus locaux, avec les représentants des commerçants locaux, avec les associations, à définir des actions concrètes pour chaque ville, pour aider les commerces à s’emparer de la lutte contre le gaspillage alimentaire”. Le dernier axe de cet accompagnement est évidemment lié à la sensibilisation des consommateurs, puisque les ménages produisent 33% du gaspillage alimentaire à l’échelle de la France.

Lire aussi : Foodologic, une solution anti-gaspi pour les professionnels de la restauration


Créer un espace de dialogue et de partage entre les villes

Côté calendrier, les premières discussions vont avoir lieu jusqu’à l’automne pour ensuite déployer concrètement les premières actions et pouvoir en faire une synthèse en début d’année prochaine. Sans arriver avec un cadre et des outils pré-définis, la startup prône une approche très personnalisée en fonction des besoins de chaque ville. “Notre rôle c’est de définir des outils, des moyens, des actions à mettre en place dans chaque ville en fonction de leurs attentes et des grands chantiers dans lesquels elles souhaitent s’investir. L’idée c’est aussi de créer un espace de dialogue pour les villes engagées contre le gaspillage alimentaire. Dans quelques mois, nous pourrons faire un premier bilan de ces actions, et échanger des bonnes pratiques entre les villes”.

Avec ce réseau de villes anti-gaspi, Too Good To Go permet de porter ses actions de lutte contre le gaspillage à un autre niveau en fédérant des territoires. Un accompagnement sans contreparties pour les collectivités, mais qui augmente le rayon d’impact de la startup et sa visibilité.

À lire également