sols agricoles

La bioéconomie est l’utilisation des ressources du vivant au lieu de ressources fossiles, afin d’assurer la pérennité d’un système économique. Il s’agit d’un concept présenté par l’ONU comme adéquat pour réussir la transition écologique.



La définition en quelques mots

La bioéconomie, c’est l’idée d’une transformation de notre modèle économique. Au lieu d’un système dépendant de l’exploitation des ressources fossiles, la bioéconomie est un système économique qui dépend de la biomasse, c’est à dire du vivant, et donc de ressources et d’un carbone renouvelables. Elle sert par exemple pour l’alimentation (le bio), pour le chauffage (utilisation du bois ou du méthane), pour la production de matériaux (lin, chanvre, paille), etc.


Et pour aller plus loin

Si la Bioéconomie trouve ses origines dans une théorie qui associe les lois de la thermodynamique à l’économie, on peut plus simplement dire qu’il s’agit de l’économie du vivant. Un concept étudié de plus en plus sérieusement pour trouver des alternatives à nos modèles actuels. Pour preuve, en France, le gouvernement actuel a ainsi lancé en Janvier 2017 un plan de développement de la Bioéconomie. Un plan dont les objectifs s’inscrivent dans la loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte (LTECV). Il s’appuie sur les territoires pour que l’économie transforme désormais des ressources végétales et/ou animales en créant de la valeur ajoutée – c’est à dire des emplois et des revenus – dans les différents secteurs d’activités.

Cette utilisation de la Biomasse doit permettre de réduire significativement le carbone fossile générateur de gaz à effet de serre (GES) en lui substituant du carbone renouvelable. En résumé, il s’agit donc de créer de nouvelles activités nées d’une nouvelle approche des moyens de productions. En effet la Biomasse est la part organique biodégradable – et donc recyclable par transformation – de tous les déchets et résidus organiques (végétaux, animaux) mais aussi industriels et ménagers. Tout ce qui se « réinjecte » dans les circuits de production par recyclage vertueux.

une plante grasse
La bioéconomie repose sur l’étude et l’utilisation durable des ressources vivantes


Néo classiques versus Thermodynamiciens

L’économie néoclassique actuelle repose sur un postulat simple : les activités économiques ont besoin de ressources immédiates et en quantité (pétrole, gaz, charbon) pour faire « tourner » les entreprises. Ces ressources sont transformées de manière ultra-compétitive afin de générer des plus values et/ou des profits immédiats qui sont réinvestis dans de nouvelles activités toujours plus dévoreuses de ressources carbonées. Cette conception très « mécanique » de l’économie brûle et consomme jusqu’à l’épuisement nos ressources. Et à ce rythme il faudrait d’ores et déjà deux planètes pour subvenir aux besoins de l’humanité.

Pourtant, dans les années 1970, un mathématicien-économiste américain du nom de Nicholas Georgescu-Roegen développe une autre approche de l’économie. Il estime à ce titre que la biologie et surtout la thermodynamique sont des concepts scientifiques mieux adaptés à la pensée économique, que la vision mécanique de l’économie néo classique.

La thermodynamie, cela correspond en partie à la science des grands systèmes en équilibre. Mais en ce qui concerne nos systèmes économiques, l’approche thermodynamicienne s’intéresse à la création de l’énergie (qu’elle soit fossile carbonnée ou renouvelable décarbonnée) avec une première loi qui précise que l’énergie se trouve en quantité invariable dans la nature. C’est à dire qu’on ne crée pas de l’énergie, on se contente d’utiliser celle qui est disponible. En somme, cela correspond à la célèbre maxime de Lavoisier “rien ne se perd ni ne se gagne mais tout se transforme”.

Un point important dans le cadre de la transition écologique, puisque la seconde loi de la thermodynamie, qui s’intéresse à la dégradation de l’énergie, précise que l’énergie passe de manière systématique et irréversible – dans un système – d’un état concentré à un état diffus. À l’image du pétrole que nous transformons en gaz via nos voitures. Ce qui nous apprend donc qu’un système économique qui se veut durable doit prendre en compte ces deux lois pour trouver des sources d’énergies qui sont à la fois renouvelables mais dont la dégradation n’implique pas d’externalités négatives.

gestion des déchets
La récupération des déchets agricoles est une des principes de la bioéconomie


Exemples de systèmes reposant sur la bioéconomie

La bioéconomie place donc les activités économiques au service des Hommes en utilisant les ressources de la biomasse. C’est à dire l’ensemble des matières organiques d’origine végétale (décomposition de plantes) ou animale (compost et/ou fumure) mais aussi d’origine terrestre (le bois) ou sous marine (algues et planctons). Sans oublier le recyclage des biodéchets.

De manière concrète, la bioéconomie produit de l’alimentation dite biologique, plus vertueuse en termes d’intrants chimiques que l’agriculture productiviste. Elle implique une agriculture en circuit-court afin de présenter un bilan carboné moins lourd. Elle représente aussi le secteur des bioénergies qui produit les biocarburants, recycle le méthane pour chauffer en circuit court, ainsi que les granulats de bois pour se chauffer. C’est encore l’utilisation de biomatériaux pour l’isolation : le lin, le chanvre ou la paille ont ainsi naturellement un fort coefficient d’isolation surtout lorsqu’ils sont associés à des parois en bois. Enfin, cela représente par exemple la transformation de biomolécules qui permettent la fabrication -sans intrants carbonés – de produits cosmétiques, de détergents, ou de peintures.

La Bioéconomie représente à ce titre une alternative intéressante. Elle repose en effet sur des activités consommant du carbone renouvelable depuis la production jusqu’à la transformation en permettant, de surcroît, le traitement des biodéchets. Ces trente dernières années, la bioéconomie a créé 70 000 emplois nets en France et représenterait aujourd’hui 14 Milliards d’euros de chiffre d’affaires.

usine biométhane
Une usine de biométhane en France


Un enjeu géopolitique pour les années à venir

La bioéconomie semble ainsi être une réponse efficiente aux défis climatiques et environnementaux. D’autant qu’elle participe à la sécurité alimentaire mondiale. D’un point de vue international, la France est dans le peloton de tête en matière de bioéconomie, aux côtés de l’Allemagne, juste derrière la Chine, le Brésil et les États-Unis. À titre d’exemple, les États-Unis comptent assurer 50% de leur PIB à l’horizon 2035 grâce à la bioéconomie. 

Cependant, ces nouveaux enjeux liés à la transition écologique et donc à l’utilisation des ressources émanant du vivant représentent à la fois une opportunité vertueuse créatrice d’emplois à l’échelle locale, mais aussi un risque de nouveaux déséquilibres à l’échelle mondiale. En effet, les grandes puissances mondiales (la Chine en particulier) sont à la conquête de toutes les terres disponibles (notamment en Afrique Sub-saharienne) afin de s’assurer un maximum de ressources naturelles disponibles. La bioéconomie, conçue en théorie comme une réponse en forme de décroissance au productivisme, pourrait donc devenir, à terme, une source de conflit à l’échelle planétaire.

C’est en partie la raison pour laquelle l’ONU s’est saisie de la question bioéconomique en créant au sein de la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations) un comité de pilotage afin que « de gérer les ressources naturelles d’une manière durable, et de gérer la concurrence entre les différentes utilisations de la biomasse, [de manière à ce que] tout le monde profite [de son] développement.”

Dans son projet de supervision de la bioéconomie, l’ONU affirme que le développement de la bioéconomie à l’échelle mondiale est et sera guidé par trois grandes forces :

  1. les aspirations de la société et la bonne gouvernance pour le développement durable, et pour améliorer la santé humaine et le bien-être ;
  2. les besoins et les opportunités créés par la valorisation et la protection des ressources biologiques, y compris les déchets, dans les secteurs de base de la bioéconomie traditionnelle liés à l’agriculture, la forêt, la pêche, la gestion de l’eau et la nourriture, et la bioénergie ;
  3. les percées scientifiques dans les domaines des technologies biologiques, numériques et autres, élargissant les frontières des possibilités d’innovation.


Nos articles en lien avec la bioéconomie