En France, le renouvellement de la population agricole est un sujet qui revêt un double-enjeu. Un enjeu économique, d’abord, dans un contexte post-pandémie où la souveraineté de notre système alimentaire a été éprouvée. Un enjeu écologique, ensuite, puisque l’agriculture représente 19% des émissions nationales de gaz à effet de serre, ce qui en fait – après le secteur des transports – le deuxième secteur d’activité le plus émetteur en France. Or, avec le départ à la retraite de nombreux agriculteurs, on estime que 160 000 fermes seront à reprendre d’ici 3 ans, ce qui représente tout de même 1/3 des fermes françaises.

Pour faire face à ce sujet du renouveau de l’agriculture française, le très technophile milliardaire français Xavier Niel s’est investi dans un projet co-fondé par Audrey Bourolleau et baptisé Hectar. Ce dernier est une sorte d’écosystème complexe composé d’une ferme pilote en transition bio ; d’un campus de formation à la reprise et la conduite d’exploitations agricoles ; d’un accélérateur de startups agricoles ; mais aussi d’espaces de recherches, d’expérimentation et de séminaires ainsi qu’une maison pédagogique dédiée à l’accueil des scolaires favorisant la découverte du monde agricole.

Un écosystème qui est évidemment très porté sur deux sujets chers au fondateur de Free et de l’école 42 : l’entrepreneuriat et la technologie. Aussi, Hectar est en train de devenir un centre de ressources au service du développement de l’Agritech, ce qu’on appelle également l’agriculture de précision, et qui consiste à mettre l’intelligence artificielle, la robotique et le traitement de données au service des exploitants agricoles afin de leur permettre d’optimiser et d’améliorer leurs pratiques et le pilotage de leurs activités.

Un startup studio baptisé « Nest »

Après avoir créé un accélérateur de startups qui vise à accompagner plus de 80 projets dans les années à venir (23 ont déjà rejoint la structure), Hectar continue dans cette voie de l’accompagnement à la création d’entreprises en s’associant avec Technofounders, un « venture builder » dont le métier est de créer de zéro des projets de startups jusqu’à leur industrialisation. Cette nouvelle structure sera baptisée « Nest » et vise à créer « des champions européens de l’agritech ».

Concrètement, l’idée de cette structure repose sur le fait d’identifier des concepts innovants et des marchés clés à adresser, de drafter des projets de startups qui font matcher les innovations avec les marchés, puis de recruter et d’accompagner les entrepreneurs qui vont porter ces projets. « Notre objectif est à la fois de permettre l’accélération des cycles d’innovation principalement basés sur les technologies de l’Intelligence Artificielle et d’attirer les entrepreneurs de talents pour les développer » explique ainsi Francis Nappez, Directeur Général d’Hectar.

Technofounders possède déjà une expérience sur le marché de l’agritech puisqu’elle accompagne notamment Neofarm et son modèle de fermes agroécologiques , mais aussi UV Boosting et sa solution de protection des cultures par flashs UV ou encore Bliss Ecospray, qui conçoit des équipements de pulvérisation ultra-confinée. Pour permettre de développer des projets à la fois innovants mais aussi adaptés à des besoins réels et en capacité d’en faire des entreprises européennes à terme, les deux structures pourront également s’appuyer sur l’INRAE, partenaire pour l’identification d’opportunités issues de la recherche.


L’agritech française en voie d’industrialisation

En France, l’agritech est un secteur d’activité en forte croissance qui compte un peu moins de 300 entreprises à date, notamment porté par l’association La Ferme Digitale. Elle s’appuie sur plusieurs pépites comme Ÿnsect, véritable leader mondiale dans le secteur nouvelles protéines à base d’insecte, et regroupe différents secteurs d’activité : la robotique agricole, le traitement de données agronomiques ou agroclimatologiques, la création d’outils d’aide à la décision où d’aide au pilotage des exploitations, la création d’alternatives aux intrants de synthèse où encore la digitalisation des fermes et des processus de commercialisation.

Un secteur d’activité clé pour un pays qui figure parmi les principaux pays agricoles en Europe et dans le monde, et qui bénéficie d’un coup de pouce des politiques publiques. Récemment, le gouvernement – à travers le plan d’investissement France 2030 – a par exemple créé un label et un parcours qui vise à faire émerger 10 licornes dans le secteur agricole d’ici 10 ans.

En matière de financement de startups, la France se positionne d’ailleurs aujourd’hui dans le Top 6 mondial, avec plus de 650 millions d’euros investis en 2020 et près de 1 milliard d’euros en 2021. Malgré ces bons chiffres et l’importance que revêt le sujet, le secteur agricole ne représente pourtant que 6 % des fonds levés par les startups françaises sur ces six dernières années. Un point sur lequel Hectar et Technofounders souhaitent donc évidemment agir avec ce nouveau projet.

À lire également sur le sujet