Greenback est une startup co-créée en 2018 par Quentin Sannié et Adrienne de Malleray, et qui est spécialisée sur l’analyse et le diagnostic des sols. “Nous sommes une agence mondiale de notation des terres cultivées. Nous avons pour vocation de fournir à tous les acteurs de la chaîne de valeur agricole une mesure de l’impact de leur activité sur l’état de santé des sols“, explique le cofondateur de la structure.

La startup propose donc un outil de notation des sols qui est lié à trois grands paramètres : la biologie, le carbone et la pollution. L’aspect biologique fait référence à l’ADN de la terre, autrement dit sa teneur en bactéries, champignons et nématodes pour “évaluer la fonction du sol“. Le carbone est la part de carbone actif et de carbone stable présente dans le sol. “Le carbone stable joue un rôle fondamental dans la structure du sol et le carbone actif est destiné à être assimilé, minéralisé par les bactéries, par la biodiversité et va rendre ces minéraux disponibles pour les plantes” précise l’entrepreneur. Quant à la pollution, les études consistent à identifier la quantité de métaux lourds, de nitrates et la salinité du sol.

Quentin Sannié Greenback
Quentin Sannié, cofondateur de la startup Greenback.


Un système de notation associé à des données environnementales

En parallèle, Greenback récolte des données dites de contexte, c’est-à-dire des informations concernant les conditions de culture afin de comprendre ce qui a engendré tel ou tel tel état de santé d’un sol cultivé. “Nous collectons beaucoup de données de contexte sur les pratiques agricoles, la biodiversité environnementale, la pollution environnementale ou encore le climat. Ce ne sont pas des éléments qui servent à noter, mais ils permettent de comprendre le contexte. Nous allons ensuite corréler ces données de contexte à des données de santé afin de poser des pré-diagnostics, des hypothèses ou de construire des modèles prédictifs”. Ces éléments sont collectés à partir de sources externes, telles que l’imagerie satellite ou des bases de données environnementales.

L’objectif de ces mesures est de faire en sorte que l’exploitant puisse mettre en place de bonnes mesures pour améliorer la qualité de la terre en question en fonction des résultats apportés par les analyses de la startup. Pour ce faire, cette dernière agrège ces données et fournit un diagnostic descriptif de la situation du sol en associant ses caractéristiques (type de sol, proportions de sable, d’argile etc.), le type d’agriculture et les pratiques de culture adoptées. Les notes sont par la suite réparties sur les trois indices de mesure : la biodiversité, le carbone et la pollution. “Ce sont des notes qui vont de -100 à +100. Entre -20 et -100 on est dans une situation pathologique, entre -20 et +20 on est dans une situation d’alerte, et au-delà de +20 on est dans une situation qui est à priori de bonne santé“.

Les exploitants et autres partenaires peuvent ainsi bénéficier des analyses gratuitement et avoir accès aux notes au même titre. Cependant, pour accéder aux détails des notes et pouvoir comparer leur parcelle avec celle d’autres exploitants, le service propose un abonnement annuel.

Logiciel Greenback
Répartition des évaluations de 158 parcelles de grande culture, liens entre les pratiques et l’état de santé des sols.


Miser sur la compensation carbone pour valoriser les sols

Mais pour réussir une transition, il ne suffit pas simplement de changer de comportement et de pratiques, cela passe également par une transition économique. Et là-dessus, Greenback propose également d’accompagner ses partenaires. “Ce sur quoi nous travaillons c’est par exemple de créer des filières valorisées pour des denrées issues de sols en bonne santé : les gens qui ont des denrées de ce genre doivent être capable de vendre leurs produits. Pour les sols en mauvaise santé, c’est de permettre à des acteurs d’avoir accès à des outils de financement, d’assurance de la transition” précise Quentin Sannié.

Pour cela, Greenback se positionne sur le marché du crédit carbone. “Nous allons émettre du crédit sur la base de l’amélioration de leur note d’état de santé des sols et nous allons vendre ces crédits à des acteurs qui veulent faire de la compensation“.

Aujourd’hui Greenback entame ses premières négociations commerciales en France et en Europe, après avoir effectué des tests sur des projets pilotes en France et aux Etats-Unis. Leur mission est de pouvoir déployer leur service en continuant à le préciser, notamment au niveau des outils de comparaison. L’objectif est de pouvoir fournir un dispositif adapté aux usages de conseil et d’avoir accès à des données plus détaillées en matière de pratiques afin de comparer et de mieux comprendre les résultats reçus.

À lire également