Deux chiffres à retenir : d’abord, en France 88 hectares de terres agricoles disparaissent chaque jour en raison de l’artificialisation des sols. Ensuite, dans 10 ans la moitié des agriculteurs actuels aura pris sa retraite.

Des évolutions d’usage de la terre qui alertent sur la pérennité de notre modèle agricole. Pour préserver suffisamment les terres qui répondront aux besoins alimentaires des prochaines décennies, le mouvement citoyen Terre de Liens s’est associé à l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) et lancent ensemble l’outil RÉCOLTE.

Cette plateforme collaborative, accessible à tous, se présente comme un centre de ressources dont la vocation est de préserver et partager les terres agricoles. Le site met à disposition des informations, mais il vise aussi à favoriser les échanges entre des protecteurs du foncier agricole et des personnes ou des organismes intéressés par la démarche. Des séminaires et ateliers sont également proposés.


Faciliter l’installation des agriculteurs sur le territoire

Les porteurs de projets (collectivités, associations, exploitants agricoles cédant des terres, Agences de l’eau, etc.) déposent directement leur action foncière sur la plateforme web RÉCOLTE. C’est l’étape du recueil des initiatives foncières qui sont mises à la disposition de tous. Elles peuvent présenter des objectifs très divers : relocaliser l’alimentation, rendre des terres cultivables, entretenir des paysages, transmettre des exploitations agricoles, contribuer à de l’insertion ou de la cohésion sociale, conserver la nature pastorale des alpages, etc.

En parallèle, des agriculteurs qui cherchent à s’installer, des associations qui souhaitent valoriser une démarche de préservation du foncier agricole, des collectivités qui veulent s’inspirer d’initiatives foncières innovantes peuvent consulter les fiches et prendre directement contact avec les pilotes des projets.

Au lancement de la plateforme, le 1er octobre, 50 initiatives foncières étaient présentées, dont une grande majorité dans le quart sud-est du territoire national. Un zonage qui découle directement du lancement à Montpellier du partenariat qui a abouti au projet. Mais la démarche a vocation à recueillir des initiatives en provenance de toute la France, pour essaimer les bonnes pratiques.


Des sciences participatives pour protéger la surface agraire disponible en France

À l’origine, RÉCOLTE (pour Recueil d’Expériences COLlectives et Territoriales sur le Foncier Agricole) est le fruit du rapprochement initié en 2017 entre le laboratoire Unité mixte de recherche Innovation de Montpellier (INRAE) et Terre de Liens. Son objectif a été de favoriser le partage d’expériences entre les acteurs de différents territoires pour qu’ils contribuent à une gestion du foncier favorable à la transition agricole et alimentaire des terres.

RÉCOLTE est également un projet de sciences participatives pour tout acteur socio-économique. Le but est de faciliter le transfert d’initiatives innovantes en matière de préservation du foncier agricole, et de structurer un réseau national autour de sa gestion durable.

Fort de 34 000 membres, Terre de Liens coiffe plusieurs casquettes : un réseau fédératif, une Foncière, une entreprise de l’ESS (économie sociale et solidaire) et une Fondation reconnue d’utilité publique. Le mouvement anime un débat public sur le foncier agricole et agit en achetant des fermes, ce qui lui a permis, à ce jour, de retirer du marché spéculatif 6 400 hectares de terres agricoles.

Crédit photo : ©INRAE/M_Meuret-F8