un exemple d'agroforesterie

C’est quoi l’agroforesterie ? Définition et enjeux de cette pratique agricole qui mêle la production d’arbres avec des cultures où de l’élevage. Une pratique ancestrale qui fait son retour ces dernières années en raison de ses nombreux avantages, notamment pour répondre aux enjeux climatiques.


La définition en quelques mots

L’agroforesterie, c’est associer la production d’arbres avec des cultures ou de l’élevage d’animaux sur une même parcelle. Il s’agit d’une pratique ancestrale qui est remise au goût du jour depuis quelques années, dans la mouvance de ce qu’on appelle aussi l’agroécologie. En effet, l’agroforesterie présente plusieurs avantages. Elle permet une meilleure utilisation des ressources sur une parcelle, elle amène une plus grande diversité biologique, apporte une source de diversification de revenus pour les agriculteurs et joue également un rôle positif sur le climat.

Et pour aller plus loin

Plusieurs systèmes d’agroforesterie peuvent exister. On peut citer par exemple la création de bocages, de prés-vergers, de prés-bois, d’alignements d’arbres fruitiers (noyers, pommiers, cerisiers) associés à de l’élevage. Ce peut être d’autres essences d’arbres associés avec des cultures comme les céréales. Les prés-vergers sont assez prisés par ils permettent de fournir de l’ombre aux animaux d’élevage tout en bénéficiant d’une production de fruits et de bois. C’est néanmoins la création de haies et de bocages qui sont les plus simples à mettre en place.

Il faut savoir qu’en France, le nombre d’arbres dans les parcelles agricoles a été divisé par 3 entre la fin de la seconde guerre mondiale et aujourd’hui. Une diminution liée aux réaménagements du paysage agricole dans les années 50-60 afin de favoriser le développement de la monoculture et de pourvoir aux besoins d’un pays en reconstruction. Cependant, la perte de la biodiversité et les débats sanitaires liés par exemple à l’utilisation du glyphosate nous obligent à repenser nos modèles agricoles.

Dans ce cadre, l’agroforesterie apparaît comme une pratique innovante et pertinente. En vérité, il s’agit d’un concept large et vieux comme le monde. On vous explique les avantages et enjeux de cette pratique plus en détails.

le bocage normand en 1945
Le bocage Normand en 1945 : les arbres sont omniprésents autour des champs.

Avantages et enjeux de l’Agroforesterie

Les premières traces d’agroforesterie remontent à la Grèce antique où l’on retrouvait par exemple des cultures de céréales entre les rangées d’oliviers. Les bénéfices et avantages de l’agroforesterie sont en effet nombreux, d’où l’importance de repenser cette forme d’agriculture comme une solution pour les années à venir. Parmi ces avantages, nous citerons qu’elle permet de :

Diversifier la production des parcelles.

Les arbres permettent en effet à un agriculteur de diversifier ses services et sources de revenus. Le bois exploité peut ainsi être vendu comme bois d’œuvre ou bois énergie. S’il y a des fruitiers, cela permet de vendre les fruits où des produits dérivés à base de fruits. D’autres exploitations sont possibles en fonction des modèles choisis, comme la production et vente de fourrage, litière ou encore paillage. l’agroforesterie apporte donc aux exploitants agricoles une manière supplémentaire de gagner de l’argent.

L'agroforesterie protège la biodiversité
Protéger les animaux d’élevage, une des vertus de l’agroforesterie

Restaurer la fertilité du sol.

Les arbres ont un rôle majeur dans la fertilité des sols. Ils restituent de la matière organique via les feuilles qui tombent au sol et leur décomposition. Ainsi, 40 % de la biomasse d’un arbre retourne au sol chaque année. Cet humus favorise la création de sols fertiles. Les racines structurent également le sol en facilitant son activité biologique et en permettant au mycélium de se développer. Cela permet de diminuer les apports en intrants sur la parcelle.

Limiter les besoins en eau.

C’est un point essentiel de l’agroforesterie à l’heure où il faut trouver des solutions pour protéger les cultures des aléas climatiques. Or, les systèmes racinaires des arbres augmentent la réserve utile en eau (celle qui est exploitable par les plantes) qu’on retrouve dans le sol autour de l’arbre. Cela permet une meilleure irrigation des parcelles. Les racines améliorent également l’infiltration du ruissellement. Enfin, les feuillages d’un arbre créent de l’ombre et limitent ainsi l’évaporation du sol. Le sol est ainsi mieux irrigué, protégé du soleil et la parcelle nécessite moins de consommation d’eau.

pratique de l'agroforesterie
Culture de graminées entre des rangées d’arbres

Favoriser la protection de la biodiversité.

Comme on l’a vu, la présence d’arbres sur une parcelle améliore la fertilité du sol. Cela signifie que les arbres améliorent la vie du sol où les champignons, bactéries et insectes jouent un rôle majeur. Les arbres fournissent également des habitats et de la nourriture une faune et une flore importante. C’est en grande partie le cas des abeilles et des autres pollinisateurs par exemple. Le contexte arboré favorise aussi le retour de prédateurs naturels d’espèces dites « nuisibles » (telles que les limaces, les escargots, les campagnols..). Ce qui limite globalement les dégâts sur les cultures par une sorte de continuité écologique.

Lutter contre le réchauffement climatique.

C’est le dernier point mais pas le moins intéressant. Tout le monde le sait aujourd’hui, la capacité des arbres à stocker du carbone en fait l’un de nos meilleurs alliés pour lutter contre le réchauffement du climat. Notre planète manque d’arbres et nous avons besoin d’eux. Un frêne à maturité séquestre par exemple près de 3kg de C02 par an. Les arbres permettent non seulement d’atténuer les effets du changement climatique mais aussi de s’adapter, puisqu’ils recapitalisent les sols en carbone. Enfin, n’oublions pas non plus qu’ils ont également un rôle important dans le cycle de l’eau et que, là où il n’y a pas d’arbres, il y a moins de pluie.


Nos articles en lien avec la forêt :