Créée en 2017 par Yves Matton – également co-fondateur du startup-studio Technofounders – UV Boosting est une startup qui a mis au point une solution alternative naturelle aux produits phytosanitaires, grâce à ce qu’on appelle les flash UV-C.

Pour cela, l’entrepreneur s’est entouré des chercheurs Laurent Urban et Jawad Aarrouf, professeurs à l’université d’Avignon. « Nous avons développé des relations avec des chercheurs de l’université d’Avignon qui avaient déposé un brevet sur la stimulation des défenses des plantes. Nous leur avons proposé un plan de création d’entreprise pour venir apporter une solution en premier lieu aux viticulteurs pour leur permettre de diminuer leur dépendance aux produits phytosanitaires afin de lutter notamment contre toutes les maladies fongiques », détaille Yves.

Les UV-C au service des cultures viticoles et maraichères

Les rayons UV ont des effets bien spécifiques sur les plantes. L’équipe d’UV Boosting a découvert que les UV-C avaient la capacité de stimuler les défenses naturelles des plantes en envoyant un signal à celles-ci. « Les UV-C enclenchent la production par la plante d’une hormone végétale qui s’appelle l’acide salicylique. Cette production agit comme un signal envoyé à la plante de se préparer pour de potentielles attaques. La plante se met donc en état d’alerte, et au moment où elle se fait effectivement attaquée par la maladie, elle se défend beaucoup mieux qu’une plante qui est en dormance ». Après pas moins de 7 ans de recherche dont 3 années d’expérimentations, UV Boosting a donc mis au point une technologie innovante intégrant ce principe.

La technologie fait usage de ces fameux rayons ultraviolets-C pour parvenir à mettre en alerte les plantes viticoles et maraichères – spécifiquement les fraises – contre de potentielles maladies telles que l’oïdium, le mildiou et le botrytis « Il y a 3 types d’UV dans la nature : les UV-A, UV-B et UV-C. Les UV-C, très puissants, sont eux filtrés par la couche d’ozone et ne sont donc pas présents à la surface de la Terre. Nous avons donc fabriqué un module qui comporte une vingtaine de lampes à UV-C. Ces panneaux se fixent exemple sur les tracteurs des vignerons, ou pour d’autres cultures sur les engins utilisés par les producteurs », nous explique Baptiste Rouesné, Directeur Général de la structure. Ainsi, les plantes sont exposées de manière maitrisée aux rayons UV-C bloqués par la couche d’ozone.

technologie UV Boosting
Utilisation de la technologie UV Boosting sur des cultures viticoles


Il s’agit donc d’une technologie naturelle, propre et sans résidus, qui n’est en outre pas impactée par les aléas météorologiques comme la pluie ou le vent – contrairement aux fongicides traditionnels.

Ainsi pour la viticulture, c’est à l’apparition des premières feuilles que les producteurs commencent à faire usage de l’innovation et ce, jusqu’à la véraison, c’est-à-dire le moment où les raisins changent de couleur et se gorgent de sucre. En plus de préparer les espèces végétales aux potentielles maladies, la technologie s’avère également efficace contre le gel, tel que celui qui est survenu au mois d’avril en France « Nous avons constaté, dans une parcelle d’essais en Champagne, 30% à 40% de dégâts en moins liés au gel sur une nuit où il a fait entre -1,5°C et -2°C », ajoute Baptiste.

Un déploiement à l’international prévu pour 2022

Après seulement 1 an de commercialisation, UV Boosting est aujourd’hui en passe de déployer son produit à l’international en avril-mai 2022, notamment en Espagne et en Italie, ainsi qu’en Californie. Une étape supplémentaire pour l’entreprise qui a déjà développé son concept en France.

Mais ce n’est pas tout. Début 2022, UV Boosting prévoit une levée de fonds de 4 à 6M€ afin de développer son activité et aider à sa croissance qui pourrait s’accroitre à d’autres types de production « L’ambition de notre projet c’est de devenir des acteurs majeurs dans le soin des cultures pour avoir un impact significatif sur la durabilité de l’agriculture au sens large », conclut Yves.