En 2020, la startup Azfalte est née de la volonté de son fondateur, Jean-François Dhinaux, de promouvoir la location de vélos en entreprise. Attentive aux besoins mais aussi aux goûts de chacun, la jeune entreprise s’est entourée de nombreux partenaires, nationaux et européens, pour offrir à ses clients un choix entre 9 gammes de vélo et aux entreprises différentes possibilités : vélos de fonction, flottes de vélos d’entreprises à partager, vélos-cargos pour les livraisons, etc.

La startup propose également des services et des équipements additionnels (assurances, personnalisation ou encore révision des vélos) ainsi qu’une plateforme, baptisée Aranberg, qui permet aux entreprises de mesurer les économies d’émission de CO2 qu’elles font en proposant à leurs salariés de se déplacer à vélo. Elle compte plusieurs grands groupes parmi ses clients : le Boston Consulting Groupe, la Société Générale ou encore le groupe Afflelou.

Disposant d’une équipe présente aussi bien en France métropolitaine qu’à l’Île de la Réunion, Azfalte donne un coup d’accélérateur à son développement en annonçant ce 03 mai 2022 l’acquisition de la startup lyonnaise ID Moving.

Un développement fort en région Auvergne-Rhône Alpes

Créée en 2017 par 3 entrepreneurs, ID Moving avait pour vocation initiale d’encourager l’usage du vélo électrique lors de circuits touristiques avant de se spécialiser dans la location longue durée de vélos d’entreprise. Comme Azfalte, l’entreprise propose des vélos de fonction et des vélos partagés et collabore déjà avec des employeurs reconnus tels que Sanofi Pasteur, Philibert Groupe, LDLC ou encore HEXCEL.

« En pleine révolution vélo, les trajectoires d’ID Moving et d’Azfalte se rejoignent et nous combinons à présent le savoir-faire régional des équipes avec la puissance d’Azfalte, au service de nos clients actuels et futurs. AURA devient ainsi la seconde région d’Azfalte juste derrière l’Île-de-France » précise ainsi Jean-François Dhinaux.

Avec cette acquisition, Azfalte renforce donc sa présence en région et se positionne plus que jamais comme l’un des acteurs forts du développement de la pratique cyclable en entreprise. Le sujet n’est pas neutre car le secteur des transports représente le plus gros poste d’émissions de gaz à effet de serre en France (31% de nos émissions nationales) et que la voiture individuelle est responsable de la moitié de ces émissions.

Le développement des mobilités douces sur les trajets domicile/travail constitue une manière très efficace et peu coûteuse d’agir sur cette pollution. Encore aujourd’hui, l’INSEE estime par exemple que 60% des trajets domicile/travail qui font moins de 5 kilomètres sont effectués en voiture.

Lire aussi : trajets domicile/travail, quels modes de transports privilégient les français ? 


Les entreprises, un moteur pour le développement du vélo ?

Depuis quelques années, le sujet du vélo s’imprègne petit à petit dans la culture des entreprises françaises, même si les progrès sont encore timides. Il existe pourtant des initiatives et des programmes pour favoriser l’engagement des entreprises et des salariés dans la cyclomobilité.

Le Programme Objectif Employeur Pro-Vélo cherche par exemple à proposer un parcours d’accompagnement spécifique et adapté aux besoins de chaque entreprise et vise à aider 4 500 employeurs à accroître une culture vélo au sein de leurs établissements. Entré en vigueur en mai 2020 dans le cadre de la Loi Orientation des Mobilités, le « Forfait mobilités durables » permet également aux entreprises de favoriser les déplacements domicile/travail en vélo.

Enfin, pour les employeurs, de nombreuses études démontrent les bienfaits de la pratique quotidienne du vélo par les salariés, notamment en matière de bien-être au travail et d’amélioration de la santé (réduction des risques de problèmes cardio-vasculaires et de diabète). En 2018, une étude réalisée au Danemark a démontré, par exemple, que la pratique du vélotaf entraîne une diminution de l’absentéisme en entreprise d’environ 15%. Une autre étude américaine démontre qu’un salarié vélotafeur prend 27 % de congés maladies en moins que les autres.

À lire également