Le secteur des transports représente à lui seul 30% des émissions de gaz à effet de serre de la France. Pour atteindre nos objectifs climatiques et limiter le réchauffement de la planète, décarboner les transports est une priorité. Outre les déplacements professionnels, notamment celle des véhicules lourds (poids lourds, bus, utilitaires, bennes à ordures, c’est évidement l’usage de la voiture individuelle qui est à repenser.

En particulier sur les déplacements domicile/travail, qui représentent l’essentiel de nos trajets quotidiens. À l’échelle de la France, 74% des trajets domicile-travail sont encore effectués en voiture. Un chiffre qui tend tout de même à diminuer dans certaines grandes villes françaises. Alors que des solutions émergent, comme par exemple le covoiturage et le développement de l’intermodalité, focus sur les modes de déplacements des français-es dans les villes de plus de 150 000 habitants.


Paris, Lyon et Grenoble en tête pour les mobilités douces

En ce qui concerne la marche à pied : Lyon, Grenoble et Saint-Etienne sont en tête du classement dans les grandes agglomérations françaises, avec environ 14% d’habitants qui vont travailler à pied. Dans la très grande majorité de ces villes de plus de 150 000 habitants, la proportion de piétons se situe entre 10% et 14% contre 6% pour la moyenne nationale.

En ce qui concerne le vélo : Strasbourg et Grenoble sont en tête de ce classement avec environ 17% des actifs qui se déplacent à vélo pour aller travailler. C’est 8 fois plus que la moyenne nationale, qui n’est que de 2%. Elles sont suivies par Bordeaux, Rennes et Nantes alors que Marseille et Saint-Etienne sont les cancres de ce classement avec seulement 1,5% et 1,6% de trajets pendulaires effectués à vélo.

En ce qui concerne les transports en commun : Paris est évidemment largement en tête du classement grâce au métro, avec 68,5% des trajets domicile/travail effectués en TC. Elle est suivie au classement par Lyon et Lille, avec une moyenne nationale autour de 16%. Dans les grandes agglomérations, la majorité des villes se situent entre 20% et 30% d’actifs qui se déplacent en transports en commun.

En ce qui concerne la voiture : Paris, Lyon et Grenoble sont logiquement en tête des villes françaises où la voiture est la moins utilisée pour se rendre au travail. Des chiffres qui devraient néanmoins changer très bientôt si l’on se rapporte au grand boom que connaît actuellement la pratique cyclable dans les villes françaises depuis l’été 2020.

Pour aller plus loin