taxi volant

Définition et perspectives pour les VTOL, les véhicules à décollage et atterrissage vertical qui préfigurent les taxis volants de demain.


La définition en quelques mots

Un VTOL est un aéronef à décollage et atterrissage verticaux. On dit ADAV en français mais la plupart du temps, c’est l’anglais Vertical Take-off and Landing aircraft (VTOL, donc) qui prédomine dans le jargon.

Dans les faits, il s’agit à la base d’engins militaires conçus pour s’affranchir des pistes qui sont normalement nécessaires pour le décollage et l’atterrissage. À ne pas confondre avec les hélicoptères, puisque les VTOL sont historiquement des sortes d’avions. Le terme revient aujourd’hui pour caractériser les projets de taxis volants qui émergent.

Et pour aller plus loin

Les VTOL (ADAV) sont apparus dans le courant de la seconde guerre mondiale. Leur but était de pouvoir permettre de se passer des pistes d’atterrissage en cas de bombardement. Les prototypes les plus aboutis naissent dans le courant des années 60 et 70. Cependant, peu d’entre eux ont réellement été mis en service. Cependant, le concept s’étend aujourd’hui à l’aviation civile avec de nombreux projets de taxis volants en cours de réalisation.

taxi volant


Les voitures volantes, un rêve qui se concrétise ?

À l’heure de la transition écologique, aucun secteur d’activité n’est épargné par les changements à l’oeuvre. Nous devons simplement réinventer notre manière de vivre. Le monde des transports n’échappe pas à la règle et doit effectuer sa révolution.

Sur ce sujet, les pistes fleurissent en permanence. Le transport maritime propose des innovations comme la propulsion vélique. Les trains se cherchent un futur avec notamment l’arrivée de l’Hyperloop. Et pour les courtes distances, la bataille fait rage entre le retour des mobilités propres (transports en commun, vélo à assistance électrique, intermodalité) et la possibilité des véhicules électriques.

Parmi ces nombreuses idées, les constructeurs automobiles, le monde de l’aéronautique ou encore certains grands noms de la tech (comme Larry Page, cofondateur de Google ou encore la firme américaine Uber) misent sur le développement des voitures volantes. Et c’est là que le concept de VTOL (aéronef à décollage et atterrissage verticaux) fait son retour sur scène.

Cora, le taxi volant de la société Kitty Hawk
Prototype de taxi volant de la société Kitty Hawk


Perspectives des VTOL dans les années à venir

On compte aujourd’hui plusieurs dizaines de projets de VTOL destinés à des usages particuliers ou à devenir des taxis volants. Larry Page finance par exemple deux start up à ce sujet (Opener et Kitty Hawk). Uber travaille sur son propre taxi volant. D’autres industriels à l’image d’Airbus, Rolls-Royce ou encore Volocopter sont également sur les rangs.

Les avantages de ces engins – à propulsion majoritairement électrique – sont intéressants d’un point de vue environnemental : moins de pollution atmosphérique, moins de pollution sonore, décongestion des routes et rapidité. Sur le papier en tout cas. Car dans la réalité, il existe plusieurs points bloquants concernant un grand nombre de sujets.

Les VTOL seront d’abord très chers et difficiles à amortir. Airbus prévoit par exemple un coût d’environ 130€ pour trente minutes de trajet. Par ailleurs, la capacité des batteries est – comme pour les véhicules électriques – un enjeu non-résolu à l’heure actuelle. Enfin, la possibilité de faire voler ces engins en ville doit être accordée par les autorités régulant le trafic aérien. Et concernant la sécurité, des inconnues demeurent.

Néanmoins, si les voitures volantes devaient un jour apparaître, elles prendraient certainement la forme de ces aéronefs à décollage et atterrissage verticaux.


À lire sur le même sujet