Plus qu’une simple application mobile anti-gaspillage, l’entreprise Too Good To Go souhaite depuis longue date se positionner comme une entité de référence pour mettre fin au gaspillage alimentaire dans le monde. En France, outre son application de récupération de panier anti-gaspi chez les commerçants, Too Good To Go a déjà accompagné les marques alimentaires dans leur gestion des dates de consommation, ainsi qu’un certain nombre de collectivités lors des dernières élections municipales. Et pour aller plus loin, l’entreprise a lancé en mai dernier un programme éducatif de sensibilisation au gaspillage alimentaire à destination des écoles.

Avec « Mon école anti-gaspi », les établissements partenaires bénéficient d’un kit qui propose aux enseignants et aux professionnels de l’animation périscolaire des outils pour éduquer et sensibiliser les enfants au gaspillage alimentaire. Ces outils, fiches pédagogiques et jeux de société sont téléchargeables gratuitement après avoir été testé par 9 écoles pilotes et près de 600 élèves pendant 8 mois au cours d’une phase pilote qui a eu lieu en début d’année.

Et visiblement, cela a eu un impact retentissant car le projet semble plébiscité par de nombreux établissements. L’entreprise dirigée en France par Lucie Basch estime ainsi que 4 000 écoles élémentaires ont déjà téléchargé ce kit éducatif. Ce qui représente 10% des écoles élémentaires en France et près de 95 000 élèves. « Les enfants sont les citoyens de demain. Il est crucial de les sensibiliser dès le plus jeune âge à l’importance de lutter contre le gaspillage alimentaire précisait l’entrepreneure il y a quelques mois au sujet de ce programme.

Les startups au chevet des cantines scolaires

La sensibilisation au gaspillage alimentaire est évidemment un sujet crucial pour mettre fin à une pratique indécente sur le plan social et environnemental. Rien qu’en France, le gaspillage alimentaire représente chaque année un volume gigantesque : 10 millions de tonnes de produits alimentaires encore consommables sont jetés chaque année. D’après l’Ademe, cela représente une valeur de 16 milliards d’euros par an.

Et les jeunes figurent malheureusement parmi les plus gros « gaspilleurs » en la matière. C’est en tout cas le résultat d’une enquête réalisée par la startup l’année dernière, qui avait permis de démontrer que dans les ménages français, 42% du gaspillage alimentaire est constitué de fruits et légumes encore consommables, et que ce gâchis concerne 87% des 18-24 ans. Cette sensibilisation dès le plus jeune âge représente donc une solution facile à appliquer pour tenter de changer les mentalités.

En outre, ce n’est pas la première fois que des startups adressent la question du gaspillage alimentaire en milieu scolaire puisque les cantines sont aussi au premier rang de cette problématique. On estime ainsi que 17% des quantités préparées par la restauration collective terminent à la poubelle. La raison principale ? L’impossibilité de prévoir les quantités justes à l’avance… Ce qui pourrait aussi changer la donne grâce à ce que proposent des startups comme Meal Canteen qui souhaitent aider les restaurants scolaires à mieux anticiper la préparation des repas grâce à l’intelligence artificielle.

À lire également sur le sujet