Fondée en 2018 à Aix-en-Provence, Telaqua est une startup spécialisée dans l’optimisation des systèmes d’irrigation agricoles et viticoles. Grâce à son écosystème de solutions connectées, Telaqua permet aux exploitants agricoles de piloter l’irrigation de leurs parcelles à distance, de repérer les anomalies éventuelles et de recevoir des alertes en temps réel pour éviter les pertes. Disposant d’une application baptisée Irrigeasy, et de capteurs associés, la startup se sert de son expertise autour du Machine Learning et de l’IoT (Internet of Things) pour détecter plus facilement que des compteurs classiques les fuites d’eau, mais aussi pour assurer une traçabilité de la consommation d’eau sur une exploitation.

Co-fondée par Sébastien Demech, Nicolas Cavalier et Nicolas Carvallo, Tequala s’appuie ainsi sur les nouvelles technologies pour optimiser l’irrigation des parcelles agricoles en fonction de données comme la température, la pression, le débit ou encore l’humidité du sol. Elle s’inscrit dans la mouvance de ce qu’on appelle l’agriculture de précision et favorise ainsi un usage raisonné et raisonnable de la ressource en eau.

Dans un contexte marqué par le retour de la sécheresse en France, la startup vient d’annoncer un tour de table de 4M€ réalisé auprès de Demeter – via son fonds VitiRev Innovation – et de la Banque des Territoires afin d’accélérer son déploiement commercial et poursuivre ses travaux de R&D en faveur de la protection des cultures face au changement climatique. « L’irrigation devient un enjeu majeur dans la viticulture et l’agriculture, du fait du changement climatique. Telaqua a pour mission de permettre une irrigation raisonnée, qui optimise les volumes d’eau et d’énergie consommés. Aussi, nous sommes fiers d’accompagner dans ses ambitions commerciales cette équipe » explique Stéphanie Hillard, Directrice d’Investissement chez Demeter

Cette levée de fonds devrait permettre à Telaqua d’accroître son réseau de partenariats avec des acteurs clés du marché de l’Agritech et des distributeurs, mais aussi d’approfondir ses travaux en intelligence artificielle, en allant notamment plus loin dans l’aide à la décision prédictive ainsi que sur la blockchain pour la traçabilité.

sécheresse


La technologie au service de la gestion de l’eau

Dans un contexte de réchauffement climatique, la gestion durable de l’eau est de fait une priorité majeure pour nos sociétés, en particulier pour assurer la continuité de notre système alimentaire. L’agriculture utilise en effet 70% de l’eau douce potable disponible sur terre.

Preuve que le sujet inquiète, les scientifiques français de l’INRAE ont d’ailleurs lancé un vaste projet, baptisé Explore2, afin de centraliser et actualiser les connaissances autour de l’impact du changement climatique sur l’hydrologie dans l’Hexagone. Regroupant de nombreux acteurs tels que Météo-France, le CNRS, EDF, l’ENS-PSL et d’autres, ce projet scientifique a pour objectif de prévenir les problèmes liés à la disponibilité de l’eau et permettre une gestion optimisée de cette ressource.

Un sujet sur lequel de nombreuses entreprises se positionnent ces dernières années. À l’instar de Telaqua, la France possède plusieurs pépites engagées sur cette problématique. On peut notamment citer la startup Sencrop, qui vient elle aussi de lever des fonds (18 millions de dollars ce 10 mai 2022) et qui propose également des solutions connectées pour accompagner les agriculteurs dans la gestion de l’eau. « L’enjeu environnemental autour des questions d’irrigation n’est plus à démontrer » précise la startup, qui ajoute « que déjà en 2010 la Commission Européenne soulignait que l’Europe pourrait réduire de 40% sa consommation de ressource en eau en optimisant les systèmes d’irrigation ».

Du côté de Nantes, la startup Weenat propose également une gamme de solutions prédictives de la disponibilité en eau du sol afin d’aider les agriculteurs à anticiper et à optimiser leur irrigation. Des solutions qui sont d’ailleurs complémentaires avec le développement des pratiques agroécologiques (agriculture de conservation des sols, agroforesterie, plantation de haies) qui ont également vocation à améliorer la qualité des sols et leur capacité à retenir l’eau.

À lire également