Selon une infographie de Novethic réalisée en 2019, on estime que 70% de la garde robe de chaque foyer français n’est jamais portée. Face à cette consommation qui s’avère finalement inutile, certaines plateformes y apportent une solution porteuse de sens. C’est le cas notamment des plateformes en ligne de seconde main qui redonnent une deuxième chance à nos vêtements.

Cependant, cette deuxième vie échappe curieusement aux grandes marques qui, jusqu’ici, ne s’intéressaient pas au marché de l’occasion. Mais avec le succès de Vinted et de quelques sites comme Vide Dressing ou WeDressFair, la donne est entrain de changer, car la mode de seconde main devient une véritable tendance.

C’est d’ailleurs pour permettre aux entreprises de reprendre la main sur les transactions post-achat générées par leurs produits que Place2Swap a été créée. Que ce soit pour des produits d’occasion, des invendus ou des produits que les consommateurs souhaitent retourner à la marque, l’entreprise fondée par Lucie Soulard et Estefania Larranaga propose aux marques, des marketplaces C2C adaptées à leurs besoins afin de créer des “Vinted intégrés aux marques” et de les inscrire de la sorte dans un modèle circulaire.


Permettre aux marques de reprendre la main sur la deuxième vie de leurs produits

Aujourd’hui, l’émergence de plateformes comme Vinted montre bien l’incapacité des marques à reprendre la main sur la seconde vie de leurs produits. En créant des plateformes clé-en-main destinées à être plugées sur les sites de e-commerce des marques, Place2Swap offre donc un outil à ces dernières pour suivre leurs produits tout au long de leur cycle de vie.

Concrètement, Place2Swap propose une solution sous forme de marque blanche qui s’adapte aux spécificités et aux besoins des marques et des retailers. Ces marketplaces permettent aux consommateurs de remettre en vente leurs produits directement sur le site de la marque en échange de quoi ils perçoivent des bons d’achat ou directement de l’argent.

La marque quant à elle reprend le pouvoir sur son produit et peut de nouveau l’intégrer dans son modèle économique tout en se portant garante de sa qualité. De ce fait, elle fidélise aussi sa communauté en améliorant l’expérience client de ses consommateurs notamment lorsque ceux-ci veulent se débarrasser de leur produit. “Aujourd’hui, il y a beaucoup de transactions qui concernent les produits d’une marque qui se font pourtant sans elles. Réintégrer ces transactions au sein de la marque c’est un moyen pour elle de fidéliser leurs clients à travers un outil communautaire très puissant” ajoute Lucie Soulard, co-fondatrice de Place2Swap.

À lire sur ce sujet : La mode responsable en alternative à la fast-fashion


Des marketplaces de seconde main et des alternatives aux politiques de retour

En 2020, Place2Swap a notamment développé sa solution auprès de Cdiscount afin de favoriser le réemploi des produits de la marque sur une plateforme dédiée et directement associée au e-commerçant.

Mais au-delà de redonner une seconde vie aux objets dont on ne se sert plus, les marketplaces proposées par l’entreprise sont aussi un outil pertinent pour se présenter comme une alternative aux politiques de retour payantes des entreprises.

Par exemple, Place2Swap a collaboré avec Veepee (ancien Vente-privée) pour lui proposer une alternative aux nombreux retours que doit gérer la plateforme, qui représentent un lourd défi logistique et un enjeu environnemental pour cette dernière. En effet, selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le taux de retour des ventes en ligne de la plateforme Veepee était estimé à 24% en 2016 en France, soit près d’un colis sur quatre.

Ainsi, avec la solution développée par Place2Swap, les consommateurs peuvent donner une seconde chance à leur produit sur cette marketplace plutôt que les retourner à la marque. De cette manière, ils ne payent donc pas les frais de retours, perçoivent en contrepartie des bons d’achat et contribuent à réduire l’empreinte carbone de leur consommation.

Enfin, la place de marché numérique proposée par la jeune entreprise est aussi une opportunité pour les retailers de mettre en ligne leurs invendus.

On transforme ce qui a l’air d’être une menace en opportunité business pour faire de ces nouveaux usages un levier de croissance vers un modèle circulaire et soutenable.

Lucie Soulard, co-fondatrice de Place2Swap


Une modèle circulaire pour permettre aux marques de répondre aux nouveaux usages des consommateurs

Alors que les consommateurs et notamment les jeunes se tournent de plus en plus vers des modèles de consommation circulaire, les solutions proposées par Place2Swap permettent de fournir aux marques un outil pour s’approprier ce marché et s’inscrire dans une démarche durable.

En effet, en redonnant une seconde chance aux vêtements de leurs clients mais aussi à leurs invendus, les marques contribuent à lutter contre le gaspillage. Or quand on sait que l’équivalent d’une benne de vêtements est jetée chaque seconde en France, soit 460 milliards de dollars de perte chaque année, on comprend la nécessité de mobiliser tous les acteurs autour de cette question.

De plus, en utilisant une marketplace comme alternative à leur politique de retour, les marques contribuent à diminuer l’empreinte carbone de leurs activités.

Qui dit nouveaux usages des consommateurs dis donc nouveaux usages des marques. En 2019, se sont des marques comme Veepee, Camaïeu ou encore Histoire d’Or qui ont fait appel aux services de Place2Swap, entreprise labellisée B Corp, pour faire de leur modèle économique un modèle plus circulaire.

Dans les mois à venir, cette dernière va mettre en place sa solution auprès de 3 nouvelles marques et est actuellement en discussion avec une trentaines d’entreprises. À l’avenir, la startup aimerait proposer ses solutions aux maisons de luxe qui ont tout à gagner à reprendre la main sur leurs produits et leur image.

À lire également