Noil est une startup française dont l’activité consiste à convertir des scooters thermiques en scooters électrique. Cette pratique, le rétrofit, existe déjà pour les automobiles depuis un arrêté ministériel datant du 3 avril 2020, et autorisant la circulation des véhicules d’occasion convertis à l’électrique sur la voie publique.

Pour autant, elle est aujourd’hui très peu répandue pour les véhicules deux-roues d’une puissance inférieure à 125 cm3. Un marché qui possède pourtant un sacré potentiel. On estime à 1,3 millions le nombre de scooters à essence en France, soit 98% des deux ou trois-roues en circulation. Et seulement 2% d’entre eux sont électriques. Avec son kit d’électrification, la jeune entreprise pourrait faciliter la conversion de ces véhicules.


Une électrification en kit sur 8 modèles de scooters

Créée en 2019 par trois amis d’enfance, Raphaël Setbon, Clément Fleau et Victor Breban, Noil propose pour le moment un kit d’électrification destiné à des modèles de la marque Piaggio.

L’opération de transition s’applique en remplaçant le moteur thermique par un kit d’électrification homologué et breveté composé d’un moteur, d’une batterie et de l’électronique de puissance. Les pièces telles que le pot d’échappement et le réservoir d’essence sont ensuite remis en vente en occasion et les fluides sont collectés et traités, leur permettant d’être recyclés.

Dans les mois à venir, l’entreprise prévoit d’effectuer cette conversion en l’espace de 48h sur 8 modèles de scooters neufs, mais aussi plus anciens. Parmi ces modèles on retrouve Piaggio Vespa, Solex, Peugeot 103 et Yamaha X-Max. Le service est ainsi mis à disposition de tous propriétaires de ces véhicules, qu’ils soient des particuliers, des professionnels ou des collectivités. À noter que la jeune entreprise met également en vente des véhicules déjà électrifiés.


Économiser 200kg de CO2 chaque année

Pour le côté administratif, la startup s’occupe de tout. Elle prend en charge le changement de la carte grise et de l’acquisition de la Vignette Crit-Air qui permettra au conducteur de se stationner et de circuler dans les 11 Zones à Faibles Emissions (ZFE) en France. La startup estime que cette opération de conversion permet d’économiser jusqu’à 200kg de CO2 chaque année, et réduit également les coûts d’usages.

Elle souhaite désormais ouvrir un centre d’électrification en Ile-de-France. Elle projette ensuite de s’étendre dans tout le pays en distribuant ses kits d’électrification à des concessionnaires et garages qui pourront effectuer le rétrofit eux-mêmes. L’objectif que se fixe l’entreprise est de pouvoir convertir 10 000 véhicules deux-roues sur les 5 ans à venir.

Son modèle se rapproche de celui proposé par des entreprises comme Virvolt et Teebike, qui proposent des solutions similaires pour électrifier des vélos. L’un grâce à des kits batterie et l’autre avec une roue avant équipée d’un système permettant l’électrification. Ces innovations sont intéressantes car elles permettent de réutiliser des véhicules déjà fabriqués, ce qui permet de lisser leur empreinte carbone dans le temps. D’autant que les vélos, comme les scooters, sont des machines généralement robustes. Quelques entreprises et concessionnaires se lancent également dans le rétrofit d’automobiles. Une sorte d’upcycling pour la mobilité qui devrait décoller dans les années à venir.

À lire sur le même sujet