Aujourd’hui, 80% des bornes de recharge pour véhicules électriques sont installées à domicile chez des particuliers ou sur leur lieu de travail. Pour cette raison, de nombreuses bornes, surtout celles qui sont à domicile, restent inutilisées la plupart du temps. C’est pour répondre à cet enjeu qu’est née la startup Wattpark, qui propose des bornes à partager dans une logique d’économie de la fonctionnalité.

« L’idée, c’est de permettre aux propriétaires de nos bornes d’en donner l’accès à d’autres utilisateurs » précise Bertrand Lepage, Directeur Digital et Marque de la startup. « Si vous êtes au travail et que vous avez une borne chez vous, vous avez donc potentiellement un créneau de huit heures que vous pouvez monétiser ». L’entreprise, qui se présente ainsi comme une sorte d’Airbnb de la charge de véhicule électrique, lance sa phase de commercialisation cette année.


Un objectif de 5 000 ventes d’ici la fin de l’année

La France compte aujourd’hui environ 26 000 bornes de recharge pour plus de 220 000 véhicules électriques. À travers la Loi d’orientation des Mobilités, le gouvernement souhaite multiplier ce chiffre par 5 d’ici 2022, ce qui ouvre des perspectives sur ce nouveau marché.

Wattpark se différencie des opérateurs comme Freshmile ou Izivia en proposant donc une borne et une application mobile qui permet le partage entre utilisateurs qui ne sont pas pressés. « Nous, on est sur de la charge lente, nous ne sommes pas faits pour être installés sur des autoroutes, par exemple » ajoute Bertrand Lepage. Financée en partie par la région Ile-de-France et accréditée par la fondation Solar Impulse, la jeune entreprise qui conçoit et assemble ses bornes en France a lancé ses pré-commandes au mois de juin et vise au moins 5 000 ventes d’ici la fin de l’année.

L’entreprise commercialise ses bornes à moins de 600 euros TTC et complète son modèle économique par une commission sur les charges effectuées par ses utilisateurs. « En tant qu’utilisateur, vous pouvez proposer à d’autres conducteurs de venir se charger chez vous, en fixant un prix qui est libre. Cela peut être gratuit ou payant et c’est l’utilisateur qui fixe le prix. De notre côté, nous prenons une commission de 10% sur toutes les charges ».

À lire sur le même sujet