UrbanFarm est une startup rennaise spécialisée en agriculture urbaine. Son fondateur, Fabien Persico, en a eu l’idée en 2016. Ce fils d’agriculteur, passionné de maraichage, a ainsi élaboré une méthode de production de fruits et légumes à l’intérieur d’un container maritime. Une méthode également utilisée par la startup Agricool, par exemple, et qui permet de favoriser l’essor de l’agriculture en ville.

Avec sa Farmbox, UrbanFarm permet de produire une multitude d’espèces végétales dans des containers à l’atmosphère controlée. Ainsi, il est possible de produire toute l’année, tout en limitant l’utilisation d’intrants chimiques. Une manière de promouvoir une agriculture durable et raisonnée mais aussi de développer la consommation locale, de plus en plus plébiscitée par les citoyens.


Les “FarmBox”, des champs dans un container

L’agriculture urbaine est aujourd’hui multiformes, allant des caves aux toitures en passant par des jardins partagés ou friches réaménagées. De sont côté, Fabien Persico a eu l’idée de recycler d’anciens containers maritimes afin d’en faire des espaces de production. Ainsi, l’innovation des FarmBox repose à la fois sur l’upcycling – le réemploi d’un objet – et des méthodes d’agroécologie et d’agriculture durable.

Totalement réaménagé pour l’agriculture, l’intérieur des containers est géré grâce à la technologie. Ainsi, l’écosystème et les conditions climatiques idéales pour chaque type de production sont reproduits afin de garantir un niveau de rendement élevé. En plus de pouvoir produire toute l’année, cette méthode en intérieur limite les risques de pertes liés aux aléas naturels.

L’un des avantages à la production en intérieur de fruits et légumes, est l’optimisation de l’espace. En effet, ces containers permettent de produire une quantité similaire à celle d’un espace agricole dans un espace beaucoup plus restreint. Chaque FarmBox peut ainsi accueillir jusqu’à 4 000 plantes aromatiques chaque mois.

Par ailleurs ce type de production, basée sur le concept de l’hydroponie permet d’économiser la ressource en eau et offre des cultures garanties sans pesticides ni OGM.


Faciliter l’essor de la consommation locale

En plus de répondre à des préoccupation environnementales, les Farmbox permettent de développer la distribution en circuits-courts. En effet, c’est un enjeu important dans le développement de nos modes de vies. Si de plus en plus de personnes vivent en ville cela peut signifier qu’il y a de plus en plus de transport pour acheminer les aliments, des champs à l’assiette. Un paradoxe lorsque l’on tente de lutter contre l’empreinte carbone de nos produits.

En ce sens, l’agriculture urbaine semble être une alternative pour faciliter la production et la distribution de produits locaux. Elle limite les besoins en transports, et finalement répond à un besoin de proximité entre la production et les consommateurs.

Aujourd’hui, les plantes aromatiques produites par la 1ère Farmbox sont vendues soit en direct, soit via La Ruche Qui Dit Oui. Une seconde box vient d’être installée sur le site d’un magasin E.Leclerc près de Rennes. Une manière d’expérimenter la vente en grande distribution de produits cultivés directement sur place.

L’agriculture urbaine en espace clos, de cette manière, pourrait aussi être efficace pour lutter contre les résidus de pollution sur les aliments. Historiquement, c’est d’ailleurs pour cela que cette pratique a émergé. Récemment dans l’actualité, la question de la contamination s’est par exemple posée lors de l’incendie de Lubrizol à Rouen. Demain, ce pourrait aussi être une façon de produire des aliments exotiques si la technologie arrive à maturité.