Jeudi dernier, le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire rendait public une liste de 53 départements qui doivent d’ores et déjà se préparer à faire face à la sécheresse estivale. Si la saison n’est pas encore commencé, et si les précipitations hivernales ont été plutôt bonnes cette année, Météo France prévoit un temps très sec pour les prochains mois. Probablement à l’image de l’été 2019, où 88 départements français ont fait face au manque d’eau.

C’est principalement sur l’Est de la France, le Centre ainsi que la région Rhône-Alpes que les prévisions semblent pessimistes. Cette liste publiée par le Ministère à l’occasion d’une réunion du Comité National de l’eau vise à permettre à ces départements d’anticiper les restrictions probables et d’améliorer la coordination interdépartementale pour y faire face.


Lever les obstacles à une utilisation plus répandue de ce modèle

Une nouvelle qui tombe au moment où, à Bruxelles, les députés européens ont définitivement adopté le futur règlement pour la réutilisation des eaux usées traitées, qui doit permettre à tous les Etats membres “de lever les obstacles à une utilisation plus répandue de ce mode alternatif d’approvisionnement en eau, ce qui pourrait pallier la rareté de l’eau et réduire la vulnérabilité des systèmes d’approvisionnement”.

Bien que la réutilisation de l’eau soit une solution prometteuse pour de nombreux États membres, à l’heure actuelle seuls quelques-uns d’entre eux y recourent et ont adopté une législation nationale ou des normes en la matière. L’Espagne et l’Italie, par exemple, sont assez avancés sur le sujet. En Espagne, 14% des eaux usées traitées sont réutilisées. Contre seulement 0,6% en France.

Il existe pourtant sur notre territoire des tests concluants de communes utilisant les eaux usées traitées à des fins d’irrigation agricole. Et l’objectif gouvernemental définit lors des Assises de l’Eau en 2019 est de tripler nos capacités en la matière. Mais passer de 0,6% à 1,8% d’ici 2025 semble bien insuffisant pour faire face aux sécheresses régulières qui nous touchent et nous toucheront dans les années à venir.


70% des prélèvements en eau pour l’agriculture

La réutilisation des eaux usées traitées est ainsi une solution prônée par la FAO pour réduire la pression sur les systèmes hydriques et favoriser des pratiques agricoles durables, puisque les eaux usées traitées s’avèrent particulièrement fertilisantes pour les champs.

L’agriculture utilise environ 70% des prélèvements mondiaux d’eau souterraine. Or, la demande alimentaire devrait augmenter à minima de 50% d’ici 2050 ce qui nous impose de trouver très rapidement des solutions pour permettre une irrigation des champs, même en Europe, si l’on veut continuer de pouvoir nourrir nos populations dans de bonnes conditions. Cela s’inscrit également dans l’Objectif de Développement Durable numéro 6 de l’ONU qui vise à une utilisation durable et équitable de la ressource en eau.

Cette directive européenne, qui devrait servir à harmoniser les pratiques mais aussi les conditions sanitaires de traitement et de réutilisation des eaux usées dans l’UE, est donc un signal fort pour encourager la pratique à se développer.

Nos articles en lien avec la gestion de l’eau