L’été 2022 a été l’été de tous les records sur le plan climatique indique Météo France dans son bilan publié le 29 août : 3 épisodes caniculaires, 33 jours de fortes chaleur, une température moyenne supérieure de 2,3°C à la normale 1991-2020, une sécheresse à l’intensité jamais vue… La liste des anomalies climatiques à avoir touché l’hexagone est longue et s’étend aussi à l’international : des vagues de chaleurs historiques ont ainsi touché l’Europe, l’Inde, le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, la Chine, les États-Unis ou encore le Pakistan, pays également frappé par des inondations extraordinaires ces dernières semaines.

L’été de tous les records, donc, mais peut-être celui de la prise de conscience pour les citoyens et entreprises ? Ces dernières années ont déjà été marquées par le développement des pratiques RSE, par celui du modèle B Corp, des entreprises à mission et des entreprises à impact positif. Mais pour une entreprise – petite ou grande – trouver le bon équilibre entre une stratégie climat audacieuse et une bonne volonté qui frise la maladresse ou le greenwashing est un exercice extrêmement délicat.

Mais ça, c’était sans doute avant de découvrir les 10 principes de la Net Zero Initiative que nous allons résumer dans cet article. Ces « Dix principes Net Zero Initiative » sont le fruit d’un travail collectif mené entre septembre 2021 et juin 2022 par le cabinet Carbone4, cabinet de conseil spécialisé dans les stratégies bas-carbone et l’adaptation au changement climatique, mais aussi par l’ADEME et une trentaine d’organisations expertes du changement climatique (des associations et ONG, des cabinets de conseil, des porteurs de projets, etc.).

Inspirés du référentiel NZI développé par Carbone4, ces 10 principes ont pour objectif de « définir les bases d’une stratégie climat d’entreprise rigoureuse et ambitieuse, alignée avec la science et avec les objectifs de l’Accord de Paris ». En d’autres termes, que vous soyez une petite entreprise, une PME ou partie intégrante d’un grand groupe, ces 10 grands principes ont vocation à vous aiguiller dans la bonne adaptation de votre modèle économique et de vos pratiques au changement climatique. Alors, prêt à franchir le pas ?


Découvrez les 10 principes dans le détail


Principe 1 – Qu’est-ce que le Net zéro ?

« Le net zéro désigne avant tout l’ambition planétaire d’équilibrage des émissions de GES et des puits de carbone » précise d’emblée le collectif d’organisation.

Cela permet de mettre l’accent sur trois éléments essentiels : l’importance des puits de carbone, celle de réduire les émissions de gaz à effet de serre, et le fait que la neutralité carbone est un équilibrage planétaire de ces deux éléments. C’est un objectif politique international adopté lors des Accords de Paris suite aux recommandations du GIEC qui s’applique à l’échelle mondiale ou, à minima, à l’échelle d’un pays.



Principe 2 – Qu’est-ce que le Net Zéro pour une entreprise ?

« Pour une entreprise, avoir une stratégie net zéro signifie vouloir opérer les transformations nécessaires à l’atteinte de la neutralité carbone planétaire en 2050 ».

Le collectif rappelle ainsi qu’une entreprise n’a pas vocation à être « neutre en carbone », et encore moins à le crier sur les toits. Elle doit en revanche comprendre et assimiler que le zéro émission nette de GES représente un objectif à atteindre collectivement à l’échelle nationale et planétaire ; et qu’il convient donc de s’intégrer dans ce mouvement. Pour cela, le collectif définit 3 leviers d’actions.



Principe 3 – Quels leviers pour structurer son action climat ?

« Une entreprise dispose de trois leviers autour desquels structurer sa stratégie climat : réduire les émissions de sa chaîne de valeur, aider les autres à réduire leurs émissions, et développer les puits de carbone ».

Pour cela, il est conseillé que les entreprises adoptent une démarche en 3 temps vis-à-vis de chacun de ces leviers : les mesurer, fixer des objectifs, les piloter et les reporter séparément. Ce dernier point est très important car ces 3 leviers ne sont pas fongibles et il convient de les mener de front pour être réellement efficace.

C’est particulièrement important au regard du 3ème levier « développer les puits de carbone » qui est souvent privilégié par des entreprises puisqu’il est plus simple de planter des arbres que de changer ses habitudes. Or, c’est bien la réduction des émissions qui est l’objectif principal.



Principe 4 – La réduction des émissions de GES est l’objectif prioritaire

« La réduction des émissions des entreprises doit être le sujet prioritaire de leur action climat » explique le collectif, précisant que cela comprend à la fois les émissions directes et les émissions indirectes. Dans votre stratégie climat, c’est obligatoire de considérer ces émissions pour mesurer votre impact réel et agir concrètement sur l’ensemble de votre chaîne de valeur.



Principe 5 – Prendre en compte ses émissions indirectes

« Les entreprises doivent nécessairement mesurer et communiquer sur l’ensemble des émissions de leur chaîne de valeur ».

Les émissions indirectes représentent un pan très important du problème, c’est ce qu’on appelle les scope 2 et 3 (émissions indirectes liées à l’énergie et autres émissions indirectes). Cela concerne, par exemple, les achats de matières premières et de marchandises, les achats de prestations et de services ou encore les déplacements domicile-travail. À noter également, précise le collectif, que « les émissions significatives sur lesquelles l’entreprise ne pense pas avoir de levier doivent tout de même être incluses dans l’évaluation ».



Principe 6 – Se fixer des objectifs cohérents

« De façon incontournable et prioritaire, l’entreprise doit se fixer des objectifs de réduction de son empreinte carbone ».

N’importe quelle entreprise peut se fixer des objectifs climats mais les seuls objectifs qui sont cohérents avec ce que dit la science sont ceux qui vont se rapporter aux référentiels existants aujourd’hui. Il en existe plusieurs. Des référentiels internationaux (le SBTi, par exemple) ou des référentiels nationaux. Par ailleurs, il est conseillé de les décliner dans le temps en fonction des ordres de grandeur admis dans les Accords de Paris (une réduction des émissions globales de GES de 5% à 7% par an) avec une vision à court, moyen et long-terme.



Principe 7 – Ne pas rester au stade de l’engagement

« Une stratégie climat n’a de valeur que si elle conduit à des réductions réelles du niveau
d’émissions de GES de l’entreprise »
.

Cela peut paraître évident, mais c’est sans doute la tâche la plus compliquée : transformer les objectifs en performances. Pour être efficace, les entreprises ont besoin que leur stratégie climat soit mise en oeuvre et diffusée en interne, qu’elle soit portée par la direction, qu’elle soit partagée au plus grand nombre… bref, qu’elle trouve sa place dans un plan de transformation de l’entreprise.

Dit autrement : la stratégie économique de l’entreprise ne doit pas entrer en contradiction avec sa stratégie climat.



Principe 8 – Contribuer à décarboner son écosystème

« En complément de leur action de réduction de leurs émissions, les entreprises sont encouragées à contribuer à la décarbonation au-delà de leur périmètre d’empreinte carbone ».

Voilà, une fois que l’entreprise a mis en oeuvre les actions qui permettent de réduire son empreinte carbone, elle est invitée à aller plus loin et à s’intéresser à son écosystème. Deux choix sont dès lors possibles : le premier consiste à développer des produits ou services qui sont bas-carbone et qui vont donc éviter des émissions indirectes chez les clients et partenaires. Le second consiste à financer des réductions d’émissions (soutien à la sauvegarde ou la restauration d’écosystèmes, recours aux mécanismes tels que le label bas-carbone).



Principe 9 – Contribuer au juste niveau à la séquestration du CO2

« Les entreprises sont encouragées à contribuer au juste niveau à la séquestration durable de CO2 dans les puits de carbone, en agissant en priorité à l’intérieur de leur chaîne de valeur ».

C’est donc à la toute fin de ces 10 principes qu’apparaît le levier favori des entreprises (puisque le plus simple à mettre en oeuvre) : planter des arbres. À noter que les puits de carbone prennent différentes formes : les forêts, mais aussi les prairies et les zones humides (marais, mangroves, tourbières). À l’échelle mondiale, 35% des zones humides de la planète ont disparu depuis 1975 alors qu’elles sont plus efficaces que les forêts pour séquestrer le carbone. Aussi, pour une stratégie climat efficace, une entreprise n’a pas forcément besoin de planter une forêt à l’autre bout du monde si elle peut participer à sauvegarder un marais à proximité d’un lieu où elle est présente.



Principe 10 – Communiquer de façon rigoureuse et précise

« Les entreprises sont invitées à communiquer de façon transparente et sincère sur leur stratégie climat, en mettant l’accent sur leurs résultats concrets ».

Dans le monde des entreprises « responsables », « green », « durables » ou « neutres en carbone », c’est souvent celui qui en parle le moins qui en fait le plus. Et s’il est toujours très tentant de mettre en avant ses engagements, attention à ne pas tomber dans la facilité. D’ailleurs, comme nous le confiait récemment le chercheur en communication Mathieu Jahnich, « communiquer ce n’est pas forcément faire une campagne de publicité« .

En revanche, mettre en avant des chiffres concrets, expliquer sa démarche avec une réelle rigueur scientifique et faire preuve d’humilité sur ses marges de progression sont des démarches encouragées… quand cela a un réel impact. « Le recyclage des cartons quand on est un géant du e-commerce ou une carte bancaire en bois pour une grande banque, c’est bien, il faut faire ces actions, mais il ne faut pas en faire une campagne de publicité dédiée [car] cela donne l’impression que l’entreprise essaye juste de verdir son image » ajoute Mathieu Jahnich.



Quoiqu’il en soit, avec ces 10 principes en tête, chaque entreprise peut désormais se mettre en ordre de marche pour réduire de manière efficace ses émissions de gaz à effet de serre et participer, à sa façon, à l’atteinte collective de la neutralité carbone.

Pour consulter le document officiel des 10 principes Net Zero Initiative, c’est par ici 

À lire également sur le sujet