façade bâtiment
Energies

Geosophy permet d’évaluer le capital géo-énergétique des bâtiments- 5 minutes de lecture

Geosophy est une jeune start-up spécialisée en géo-énergie, c’est à dire la manière de chauffer ou refroidir un bâtiment grâce à la température constante du sous-sol terrestre.


C’est en octobre 2018 qu’Alice Chougnet et Quentin Barral créent Geosophy, une jeune start up qui veut aider les professionnels à valoriser le potentiel géothermique de leur patrimoine immobilier. En se concentrant notamment sur la géothermie issue des sols peu profonds, à environ 50 mètres de profondeur, la jeune entreprise développe un logiciel qui permet de calculer le potentiel technique et financier de chaque bâtiment.

En s’appuyant sur une énergie renouvelable (la température des sous-sols), la géo-énergie (ou géothermie) permet notamment de réduire l’utilisation de la climatisation et participe ainsi à rendre nos bâtiments et nos villes plus durables. Mais ce type d’installation pourrait aussi permettre de réaliser des économies d’énergie et de réduire par 4 ou 5 sa consommation pour le chauffage et le rafraichissement.

rénovation d'un bâtiment
La rénovation des bâtiments pour éliminer les passoires thermiques est devenu une priorité nationale


La géo-énergie pour réduire l’utilisation des climatiseurs

La géothermie profonde repose sur le fait de récupérer la chaleur issue de la décomposition des roches radioactives qui se trouvent sous terre. Mais notre sol dispose de ressources intéressantes bien avant d’atteindre ces roches. En effet, en-dessous de 10 mètres, et jusqu’à quelques centaines de mètres, le sous-sol dispose une température qui reste constante toute l’année aux alentours de 15°C. Une température qui peut rafraîchir un logement l’été et le réchauffer l’hiver.

À l’aide d’une pompe à chaleur, il est donc possible d’utiliser cette température pour chauffer ou refroidir un bâtiment. C’est le principe de la géo-énergie sur lequel s’appuie la start-up Geosophy. Un principe qui permet notamment de limiter l’utilisation de la climatisation traditionnelle. Or, et nous en avons à nouveau pris conscience cet été, le dérèglement du climat devrait occasionner davantage d’épisodes de fortes chaleurs, ce qui a pour conséquence une plus forte utilisation des climatiseurs.

Le problème, c’est que la climatisation n’est pas la réponse idéale d’un point de vue climatique. D’abord parce que la consommation d’électricité dont dépendent les climatiseurs augmente en période de canicule. Mais surtout parce que ces appareils relâchent l’air chaud des bâtiments à l’extérieur… ce qui participe à l’augmentation de la température en ville. Il y fait donc plus chaud, ce qui auto-alimente la nécessité d’utiliser la climatisation.

Un des enjeux des villes durables consiste donc à mettre en place des solutions pour limiter les effets d’ilot de chaleur urbain. Parmi ces solutions, la plus intéressante consiste à verdir les villes avec davantage de végétation. Mais la réponse doit aussi venir des bâtiments en eux-mêmes. Un bâtiment bien isolé et bien équipé consomme moins et mieux. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la rénovation énergétique des bâtiments et la lutte contre les passoires thermiques est devenu une priorité nationale. La géo-énergie apporte une solution complémentaire à cet enjeu en utilisant le sous-sol pour puiser de la fraîcheur.

climatiseurs
La climatisation : une vraie fausse-solution pour répondre aux fortes chaleurs


Geosophy, un logiciel pour étudier le potentiel des bâtiments

De manière simplifiée, il y a deux grandes façons de mettre en place la géo-énergie pour les bâtiments. Une première méthode est plus adaptée aux centres-villes. En effet, les villes historiquement développées autour de cours d’eau. De ce fait, les roches souterraines contiennent de l’eau facilement accessible, ce qu’on appelle des « nappes d’accompagnement ». Dans ce contexte, il est donc possible de forer un premier puits pour extraire l’eau et un second puits pour la remettre ensuite dans la nappe.

Dans les zones périphériques aux villes, dont le sous-sol est moins riche en eau, la seconde solution consiste à construire des échangeurs avec le sous-sol au moyen de puits verticaux dans lesquels on fait circuler de l’eau en circuit fermé. Dans chacun de ces cas, l’eau prélevée – à température moyenne de 15°C – permet de faire fonctionner une pompe à chaleur de manière plus efficace que si l’on part de l’air extérieur.

D’après Geosophy, ce système peut permettre de réduire sa consommation d’électricité par 4 ou 5 tout en utilisant une énergie propre issue du sol. Cependant comment connaître le potentiel géo-énergétique de son bâtiment et comment calculer l’intérêt financier d’une telle installation sur la durée ? Pour cela, Geosophy a investi largement en R&D afin de permettre la réalisation de ces études, à l’échelle d’un parc immobilier comme d’un bâtiment.

La jeune entreprise – qui cherche à réaliser une levée de fonds de 500K€ d’ici la fin de l’année – se positionne ainsi comme un assistant à maîtrise d’ouvrage pour accompagner les professionnels dans leur réflexion sur les bâtiments durables et intelligents. Elle peut notamment évaluer les besoins d’un bâtiment, les ressources disponibles dans le sol mais aussi le retour sur investissement des installations via leur valorisation immobilière.


Lire aussi : Boostheat réinvente la chaudière écologique


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique