Créée en 2016, Accenta est une startup qui vise à réduire la consommation énergétique des bâtiments par la géothermie. Elle s’adresse aux collectivités ainsi qu’aux secteurs de l’industrie et du secteur tertiaire. Ce dernier est d’ailleurs l’un des plus gourmands en énergie, pesant pour 44% de la consommation énergétique en France, en particulier par le chauffage. Un poste qui représente 75% des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments en exploitation dans l’hexagone.

Afin de rendre ce secteur plus performant et sobre en énergie, Accenta a notamment travaillé en R&D avec l’Ecole Polytechnique, l’Ecole des Mines de Paris et le Bureau de Recherche Géologique et Minière afin de développer des dispositifs géothermiques connectés à des outils SaaS.


La géothermie pour décarboner le chauffage et la climatisation

La technologie développée par Accenta consiste donc à optimiser l’énergie utilisée pour la climatisation et le chauffage grâce à l’énergie du sous-sol terrestre. “L’été, nous récupérons la chaleur perdue des climatisations de bâtiments. Les calories vont être échangées avec un fluide qui va circuler dans les sondes géothermiques qui sont creusées verticalement jusqu’à un maximum de 200m de profondeur. Localement, le sol – qui a une température relativement stable toute l’année à cette profondeur – va s’élever de quelques degrés et nous pouvons stocker cette chaleur-là pendant plusieurs mois“, explique Yann Usseglio, directeur marketing chez Accenta.

L’hiver, cette chaleur récupérée et stockée est ensuite restituée via la pompe à chaleur de l’établissement avec un rendement de 98%. L’entreprise propose également un dispositif capable de servir pour la climatisation en été en utilisant le principe du géocooling. La température du sous-sol étant généralement comprise entre 12 et 18°C, cela permet de rafraîchir les bâtiments en été.

Une solution qui utilise ce qu’on appelle la géothermie de surface et qui représente une alternative intéressante pour réduire l’utilisation de la climatisation et diminuer la consommation de chauffage. À ne pas confondre avec la géothermie de haute énergie qui nécessite des forages à des profondeurs élevées dans des zones géologiques magmatiques. Une technique qui soupçonnée d’être à l’origine de problèmes sismiques dans certaines régions.

À lire aussi : Geosophy, une solution pour évaluer le potentiel géothermique des bâtiments

La technologie géothermique d’Accenta permet de réduire le émissions de carbone des bâtiments jusqu’à -80%


Des outils SaaS pour une bonne gestion de l’énergie

Mais le service de la startup ne s’arrête pas là. Car s’il est intéressant d’utiliser une énergie renouvelable pour se chauffer, encore faut-il savoir la consommer correctement, sans la gaspiller. Accenta a alors mis au point une plateforme SaaS de pilotage pour remédier à ce problème. “Nous utilisons des algorithmes qui vont non seulement apprendre du comportement du bâtiment en comparaison avec les simulations théoriques que nous avons réalisées, mais surtout anticiper ces besoins par rapport aux conditions environnementales, de manière à faire fonctionner le système de façon optimale d’un point de vue énergétique et surtout d’atteindre la performance sur laquelle on s’engage” ajoute l’entreprise.

Grâce à cet outil, les clients ont donc accès à de multiples paramètres en temps réel, comme leur consommation d’énergie et les potentiels risques qui peuvent survenir. Ils peuvent ainsi planifier leur occupation énergétique en ajustant les temps de consommation aux bons moments en fonction des besoins d’usage et des conditions météorologiques.

Accenta se propose également d’assister les exploitants au processus de simulation qui, généralement, est plutôt long et complexe. Pour cela, elle a mis au point un outil dont le rôle est de collecter et d’analyser les données de compteur du bâtiment (eau, gaz, électricité) et de confort (température, hygrométrie). A partir de cet outil, les utilisateurs en charge de la performance énergétique d’un établissement sont renseignés sur les besoins et comportements pour ensuite mettre en place les actions nécessaires à une optimisation économique et énergétique.

À lire également