plastique non recyclé
Economie circulaire

Reconcil, un système de consigne pour la restauration- 4 minutes de lecture

Reconcil est une entreprise française spécialisée dans le monde de l’économie circulaire. Elle propose un système d’emballages réutilisables sous forme de consigne. Un produit qui vise les restaurateurs souhaitant réduire les déchets de la vente à emporter.


Reconcil fait partie des ces entreprises françaises qui se sont lancées sur le marché de la consigne, à l’instar de Loop, Lemon Tri ou encore Cycleen. Fondée notamment par un ancien employé d’Enercoop, la jeune pousse française se démarque en proposant un système dédié à la restauration, en particulier pour réduire les déchets de la vente à emporter.

En effet, à Paris, Reconcil estime que 500 000 personnes consomment des plats à emporter chaque jour. Un emballage faisant à peu près 30 grammes, c’est environ 15 tonnes d’emballages plastiques qui se retrouvent dans nos poubelles quotidiennement. D’où cette idée de proposer des contenants consigné. Car le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas.

fondateur reconcil


Des emballages réutilisables en polypropilène

Reconcil amène un peu d’économie circulaire dans le monde de la restauration en proposant aux restaurants un emballage consigné et réutilisable. Pour les clients, cela passe par un coût d’environ 2 euros pour emporter son repas dans une boîte consignée en polypropilène. Il s’agit d’un plastique réutilisable et non jetable, le même qui sert à la conception des gobelets qu’on trouve en festival.

Une fois le repas consommé, la boîte peut-être rapportée dans n’importe quel restaurant qui fait parti du réseau Reconcil. Un avantage non négligeable qui permet de varier les plaisirs d’un midi à l’autre tout en restant dans une démarche écologique. Les emballages réutilisables sont ensuite récupérés avant d’être lavés et remis dans le circuit.

Ces emballages peuvent être réutilisés entre 30 et 50 fois. Le polypropilène est un plastique 100% recyclable, donc il peut ensuite être recyclé plusieurs fois avant d’atteindre sa fin de vie. Il y aura forcément un moment où il sera incinéré, mais dans l’intervalle, la solution est avantageuse par rapport à ce qui se fait sur le marché.

Aujourd’hui, de nombreux restaurants proposent par exemple à leurs clients des assiettes en carton ou en amidon de maïs. Cependant, ces contenants biosourcés, fabriqués à partir de matière végétale, ne sont pas entièrement recyclables. Si on peut en faire du compost, de nombreux utilisateurs finissent par les jeter en pensant qu’ils seront recyclés.

La solution de Reconcil a donc du bon pour la restauration. Lancée en 2018, la jeune entreprise a réussi le pari de conclure une dizaine de partenariats avec des restaurateurs parisiens. En 3 mois d’activité, 3 000 emballages réutilisables soit l’équivalent de 100 kg de déchets ont été évités. L’année 2019 devrait permettre à la jeune pousse d’étendre encore davantage son réseau.

plastique non recyclé


La consigne de retour grâce au projet de loi “antigaspi”

Le taux de recyclage du plastique est seulement de 22 % en France. Le Gouvernement français espère atteindre l’objectif de 100 % de recyclage des plastiques en 2025. Pour cela, Brune Poirson va proposer d’ici cet été un projet de loi “anti-gaspillage” pour favoriser le développement de l’économie circulaire sur le territoire. Ce projet de loi inclut notamment un retour de la consigne pour optimiser le tri et le recyclage des matières plastiques.

La consigne consiste à faire payer à une personne, en même temps que son achat, une somme supplémentaire qui lui sera rendue lorsqu’elle ramène son contenant vide. L’objectif de la mise en place d’une consigne est d’inciter l’acheteur à ramener son contenant afin de faciliter son réemploi, sa réutilisation ou son recyclage. Le Gouvernement français envisage de remettre au goût du jour cette pratique en priorité pour les bouteilles en plastique, les canettes en aluminium et les piles.

Ce système fonctionnait en France jusqu’à encore peu pour les bouteilles en verre. Il est aujourd’hui toujours développé en Europe, notamment en Europe de l’Est. En Allemagne, par exemple, la consigne pour les emballages plastiques existe déjà. Les résultats sont intéressants puisque le taux de plastique recyclé chez nos voisins germaniques est de 40 %.



À lire aussi : Glopack, un emballage intelligent pour réduire la pollution et le gaspillage


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique