deux femmes tenant un sac de recyclage appartenant à la firme Yoyo
Economie circulaire

La start-up Yoyo récompense ceux qui trient- 5 minutes de lecture

Recyclage : pensée comme une solution complémentaire de collecte de déchets, la start-up Yoyo récupère les bouteilles en plastique grâce à une communauté engagée et un système incitatif. Elle récompense ainsi le geste de tri et crée du lien social. Un modèle pour la transition vers l’économie circulaire.


La plateforme Yoyo est une société innovante qui fait la part belle à l’écologie positive et locale. Il est ici question de collaboration, de communauté mais aussi de récompense. L’entreprise s’attaque en particulier au recyclage des bouteilles en plastique. En résumé, vous triez les bouteilles, vous les confiez à des intermédiaires et en échange, vous récupérez des points pour obtenir des cadeaux. 

Grâce à ce système, Yoyo s’inscrit dans la mouvance des start up qui facilitent le tri et le recyclage afin d’impulser une dynamique positive tant chez les particuliers que les entreprises et les collectivités locales.

des bouteilles en plastique
Environ 10 tonnes de plastique sont produites chaque seconde dans le monde. 


Le taux de recyclage dans les villes est d’environ 20%

Yoyo est une start-up qui a été fondée par Eric brac de la Perrière. L’économie circulaire, il connait bien. C’est un ancien président d’éco-emballages (aujourd’hui connue sous le nom de Citéo). 

La start-up Yoyo est née d’un désir de ce dernier “d’aller plus vite” concernant le recyclage et notamment celui du plastique. Le constat est en effet parfois triste. D’un côté, il y a une grande inertie des entreprises qui – pour beaucoup – se contentent de payer des eco-taxes plutôt que de s’engager pleinement dans le tri. Et de l’autre, il y a un problème plus global au niveau des citoyens et des villes. En France, le taux de recyclage des emballages en plastique est d’environ 25%. Un chiffre qui baisse à 15% dans les plus grandes agglomérations du territoire. Et qui baisse encore à 5% lorsqu’on atteint l’Ile-de-France. 

Chez nos voisins européens, particulièrement chez nos voisins nordiques, le recyclage des bouteilles en plastique atteint 90%. Il est de seulement 55% en France. Mais une fois n’est pas coutume, dans les grandes agglomérations, le recyclage des bouteilles en plastique est de seulement 10 %. Cependant, même sans parler spécifiquement du plastique, le taux de recyclage moyen dans les villes françaises est d’environ 20%. La faute notamment à des consignes et systèmes de tri assez complexes. Mais également à des usines de recyclage qui nécessitent d’être modernisées. Et puis surtout, il y a clairement un manque d’engagement des citoyens sur le sujet. 

deux femmes tenant un sac de recyclage appartenant à la firme Yoyo
crédit photo : Yoyo


Récompenser l’acte citoyen pour favoriser le recyclage

Or, d’ici  2025, près de 85% de la population mondiale vivra en ville, il est donc urgent d’améliorer le recyclage en milieu urbain. C’est afin de proposer une solution à cette problématique que la start-up Yoyo est née. Son but est d’encourager les citoyens à trier davantage. Et pour cela, la jeune pousse mise sur le sentiment d’appartenance à une communauté positive ainsi que sur le principe de la récompense. 

La start-up Yoyo fait appel avant tout à l’humain pour favoriser le recyclage. Dans les faits, l’entreprise mise sur des “coachs” qui vont intervenir localement, au sein d’un quartier par exemple. Ainsi les citoyens qui veulent s’investir sur la plateforme sont mis en relation avec le coach le plus proche. Celui-ci leur remet des sacs à remplir avec les bouteilles usagées. Il récupère les sacs une fois qu’ils sont pleins. La start-up s’assure ensuite d’acheminer ces sacs vers les centres de recyclage. 

Les coachs et les participants sont ainsi dans une posture de partage et d’action positive qui favorise aussi la pédagogie. Mais dans ce système, coachs et participants sont également récompensés à chaque fois par un système de points qu’ils peuvent ensuite transformer en cadeaux sur le site de l’entreprise. Ces  cadeaux sont par exemple des places de cinéma, des paniers de légumes ou des abonnements à des cours. Puisqu’il paraît que nos déchets valent de l’or, au moins, grâce à Yoyo, l’idée devient concrète. Et elle fait aussi le bonheur des collectivités locales.

Des bouteilles en plastique collectées
Le recyclage des bouteilles en plastique est seulement de 15% dans les grandes villes françaises


Un investissement rentable au bout de deux ans pour les villes

Les premières villes à avoir expérimenté le concept Yoyo sont Bordeaux et Lyon. Le dispositif a été testé dans les quartiers de ces villes où le recyclage était le moins probant. Et les résultats s’avèrent positifs. En deux ans, plus de 20 000 tonnes de bouteilles ont été récoltées et le taux de recyclage a presque doublé. 

Pour les villes, il s’agit d’un service complémentaire à ce qu’elles proposent déjà. Il leur faut bien évidemment payer une sorte d’abonnement au service de Yoyo. Car celui-ci se charge de la collecte et de son acheminement aux centres de recyclage (sans passer par les centres de tri puisqu’on est ici confronté à un seul type de déchet). Les recettes de la vente des déchets aux centres de recyclage sont reversées aux collectivités territoriales qui, moyennant deux ans, peuvent alors commencer à dégager un revenu positif grâce à ce système. Un cercle vertueux sur toute la chaîne de valeur. 

En plus de Bordeaux et Lyon, le service de Yoyo est également présent à Mulhouse, Marseille, ainsi qu’en région parisienne à Clichy, Levallois et Asnières. Son objectif désormais est de s’étendre à une dizaine d’autres villes ainsi que de pouvoir proposer à terme des verticales sur le recyclage d’autres types d’emballages plastique

La start-up Yoyo fait ainsi le choix d’encourager et de récompenser les bonnes pratiques plutôt que de fustiger les mauvais comportements. Un peu de la même manière que les systèmes de consignes qui émergent en parallèle. Des initiatives intéressantes qui devraient porter leurs fruits alors que l’objectif du gouvernement est d’atteindre 100% de plastique recyclé d’ici 2025. 


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique