Chaque année en France, 400 000 nouveaux logements sont construits, pour un patrimoine global de 37 millions d’habitations. Or, beaucoup de ces logements sont aujourd’hui vieillissants, ou inadaptés aux enjeux environnementaux et sociaux actuels. En 2018, 11,7% des ménages étaient en situation de précarité énergétique. Face à l’urgence de la rénovation énergétique et de la lutte contre les passoires thermiques, la startup Synerpod cherche à simplifier l’accès aux solutions énergétiques des maisons et des logements individuels. 

Pour ce faire, l’entreprise nantaise propose de regrouper dans un module pré-fabriqué, appelé « pod », l’ensemble des fonctions inhérentes à un logement : la production d’eau chaude, le chauffage, la ventilation, l’assainissement de l’air et le rafraîchissement. L’objectif de Synerpod est ainsi de rendre chaque logement pratiquement autonome en énergie, sur la base du modèle E=0, selon lequel le logement doit produire autant d’énergie qu’il en consomme. Cette démarche répond au projet européen Energiesprong, qui vise à créer des boucliers énergétiques sur les logements et les passoires thermiques, pour pouvoir les amener à des performances de niveau B ou C.

À l’origine du projet Synerpod, un voyage d’étude aux Pays-Bas réalisé par Sébastien Fournier, l’un des 5 co-fondateurs de la startup, à l’occasion duquel il constate « l’écart entre la situation en France et aux Pays-Bas, où les habitants étaient engagés dans la sortie du gaz depuis 2018« , nous explique l’entrepreneur. Par la suite, les associés se sont trouvés lauréats du premier concours Energiesprong en 2020, dont la ligne de conduite était de « faire naître un marché pour la rénovation « zéro énergie garantie » à grande échelle, en alignant les intérêts de l’ensemble des acteurs de l’écosystème« .

C’est à cette occasion qu’ils ont pu présenter leur module énergie, « Enerpod », qui consiste en une pompe à chaleur silencieuse double service, d’un ballon d’eau chaude et d’une VMC double flux, permettant d’alimenter le logement en eau chaude sanitaire, d’assurer le chauffage de l’air et de l’eau, et le renouvellement de l’air. Ce module, pré-fabriqué, a ainsi pour fonction « d’assurer un confort et une gestion optimisée de l’énergie du logement« .

À lire sur le même sujet : Deepki, une solution pour accompagner la transition écologique des acteurs de l’immobilier

Solution Synerpod


Décloisonner l’approche habituelle du bâtiment

À l’origine de cette idée, le souhait de Synerpod d’élaborer « une démarche collaborative avec des PME, en appliquant le module énergie qui existait aux Pays-Bas et en lui apposant des particularités françaises« , explique Sébastien Fournier. « Nous avons regroupé au début une douzaine de sociétés, allant de l’installateur, du logisticien, du fabricant de pompes à chaleur et de ventilation, du bureau d’étude, au maître d’ouvrage. L’idée était de décloisonner l’approche habituelle du bâtiment, dans laquelle chacun travaille dans son coin, pour faire discuter l’installateur avec le concepteur et l’industriel. L’objectif était que chacun puisse exprimer ses contraintes et ses avantages, afin d’aboutir à un produit qui réponde aux besoins des trois acteurs de la construction ou de la rénovation ».

À leur module, les fondateurs ont ensuite ajouté une couche de monitoring permettant de superviser les équipements et de faire du coaching énergétique. « Nous sommes aussi en train de travailler à rajouter à cette brique tout ce qui est onduleur et stockage d’énergie, pour rendre pratiquement autonome le logement en énergie« , ajoute Sébastien Fournier. 

L’entreprise, qui s’adresse au marché B2B et dont le marché principal concerne les bailleurs, a mis en place un modèle économique fonctionnant sur 2 piliers. D’un côté, la vente d’un produit pré-fabriqué, et de l’autre, l’exploitation de la maintenance, qui vise à optimiser les coûts d’exploitation par la réparation des produits, le coaching des utilisateurs, ou encore la maintenance prédictive. 

Solution Synerpod
Schéma du fonctionnement de la solution développée par Synerpod

Vers une adaptation aux logements collectifs en projet

Actuellement en cours de levée de fonds, l’entreprise fondée en 2021 vient de remporter l’un des plus gros marchés de rénovation Energiesprong en Pays de la Loire, le projet « Mash », qui comprend 405 logements. Ce marché lui assure ainsi une certaine visibilité, d’autant plus que la startup a déjà été lauréate à deux reprises du concours Green Flex et Energiesprong. 

Par la suite, l’entreprise envisage de se lancer dans le logement collectif, en adaptant son module énergie tout en conservant la même approche réparable, prédictive, avec des produits robustes et pré-fabriqués en atelier. Un sacré morceau puisqu’avec plus de 70% des parts de marché du gaz, les logements collectifs sont dans une situation de forte dépendance aux énergies fossiles actuellement.

« Notre volonté est de devenir le premier équipementier du logement en France. Nous souhaitons pouvoir proposer des sous-ensembles complets, fonctionnels, qu’on peut livrer soit sur le logement, soit chez les industriels qui vont appliquer eux-mêmes nos solutions sur leurs logements« , ajoute Sébastien Fournier, qui n’oublie pas cependant que la meilleure énergie reste celle que nous ne consommons pas. « Nous souhaitons avant tout viser la sobriété à travers notre démarche. Notre objectif était de construire une sorte de permaentreprise, en visant une croissance maîtrisée« .

Lire aussi : Qarnot, une alternative aux data centers qui permet de chauffer les bâtiments


Une maison « démonstrateur » bientôt autonome en énergie

Afin de tester et mettre en place ses solutions, Synerpod a fait l’acquisition d’une maison nantaise des années 1970, qu’elle a rénové et équipé afin d’en faire un démonstrateur grandeur nature. Occupée à la fois par des locataires et par les bureaux de l’entreprise, la « maison cobaye » de l’entreprise sera bientôt autonome en énergie, grâce à des panneaux photovoltaïques et des batteries. Un plus « pour démontrer qu’avec quelques systèmes bien pensés on peut rendre une maison proche de 0 en terme de consommation d’énergie » assure la startup.

Par la suite, l’entreprise compte ainsi finaliser ce projet, et mettre en place une offre dans laquelle les mainteneurs pourront aider et sensibiliser les locataires qui éprouvent des difficultés avec la gestion énergétique de leur logement. 

À lire également