Selon les estimations de l’ONU, avec l’augmentation de la population mondiale et des besoins agricoles qui en découlent, nous devrions assister à une hausse de 50% des besoins en eau d’ici 2030 à l’échelle mondiale. Une augmentation qui intervient pourtant dans un contexte de changement climatique menaçant la disponibilité de cette ressource pour de nombreuses populations – y compris au sein des pays développés.

En Europe, les sécheresses s’accentuent ces dernières années et, d’après les experts du GIEC, vont continuer d’augmenter en fréquence et en intensité. « D’année en année, nous observons que le changement climatique provoque des tensions sur la ressource en eau et qu’il impacte également la qualité des milieux aquatiques » explique Yannick Ratte, Directeur Adjoint Eau France de Veolia.

Mais comment, à l’échelle d’un territoire, faire face à cette menace sous-jacente ? Pour répondre à cette interrogation, le leader mondial dans le domaine de la gestion de l’eau vient de mettre au point – en partenariat avec le Cerema – un outil d’aide à la décision baptisé « Score Card Resilience Eau ».


Un outil décisionnel pour optimiser les politiques de l’eau

Les collectivités territoriales sont en effet responsables de la gestion du petit cycle de l’eau, ce qui implique la distribution et l’accès en eau potable sur leur territoire, ainsi que l’assainissement des eaux usées. Mais, l’élaboration et le suivi de leurs politiques publiques en matière de gestion de l’eau prennent en considération des facteurs influents qui ne sont pourtant pas toujours faciles à centraliser : les caractéristiques géographiques et météorologiques du territoire ; l’organisation de la gouvernance de la gestion de l’eau ou encore des indicateurs relatifs à la consommation, la sensibilisation ou l’éducation de la population.

De plus, les conséquences sur le long-terme d’une politique de l’eau nécessitent une prise de décision loin d’être anodine. Sur le modèle du « balance scorecard » – un modèle de tableau de bord utilisé pour piloter les activités d’une entité – l’outil proposé par le Cerema et Veolia sera mis gratuitement à la disposition de collectivités volontaires qui souhaiteraient être confortées dans leurs prises de décisions.

Dès cette année, deux collectivités pilotes (qui n’ont pas encore été désignées) pourront ainsi tester l’outil. L’une sera située en zone continentale et l’autre en zone littorale. L’idée sera ensuite d’utiliser ce retour d’expérience afin d’améliorer l’outil et de le diffuser plus largement à l’échelle nationale. 


Un tiers de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable en 2022

En juillet 2010, l’ONU reconnaît le droit à l’eau potable et à l’assainissement comme un droit de l’homme. Une démarche symbolique afin d’alerter sur l’un des principaux fléaux de notre époque, puisque 30% de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable et 60% de la population n’a pas accès à un assainissement correct de l’eau.

En France, l’eau potable a toujours été vue comme une ressource inépuisable, au point que la norme culturelle, chez nous, consiste à utiliser cette ressource pour nettoyer le sol et remplir nos toilettes. Pourtant, selon un rapport d’août 2019 publié par l’Institut World Ressources, la France se situerait au 59ème rang parmi les Etats les plus affectés par les risques de pénurie. Un chiffre à pondérer puisque de nombreuses régions d’outre-mer sont davantage en risque que la métropole.

À lire également