Le vélo se présente comme l’une des solutions phares pour réduire l’utilisation de la voiture individuelle dans les villes. Les collectivités l’ont d’ailleurs bien compris et cherchent à en faire un moyen de transport privilégié pour leurs citoyens. Depuis la sortie du premier confinement en mai 2020, un nombre record de pistes cyclables provisoires ont été aménagées dans des villes, et souvent pérennisées par la suite. L’opération “coup de pouce vélo” a également bénéficié à plus d’un million de françaises et français pour faire réparer leurs vélos. En 2020, les ventes ont également explosées, avec 2,7 millions d’unités vendues.

Côté gouvernement, le Plan Vélo présenté en 2018 puis la Loi Mobilités prévoyaient également des investissements sur 4 axes distincts afin de tripler la part modale du vélo d’ici 2024 pour la faire passer de 3% à 9%. 4 axes qui sont : le développement de pistes cyclables, la lutte contre le vol, les programmes de soutiens financiers et la sensibilisation à l’usage chez les plus jeunes.

Mais parmi les infrastructures essentielles au développement à grande échelle de la pratique, il y a la question du stationnement. Une question essentielle pour les collectivités qui ont peu de solutions pour développer des stationnements vélos sécurisés par manque de place sur la chaussée. Une question qui intéresse également les bailleurs pour développer des solutions dans les futurs logements. Créée à Nantes, la startup La Ruche à Vélo propose un concept intéressant pour répondre à cette problématique.

Lire aussi : Nantes, 10 startup green à découvrir 


Une infrastructure sécurisée et un service MaaS

Ce projet a été lancé en 2019 par 3 jeunes ingénieurs, Guillaume Chaumet, Antoine Cochou et Maël Beyssat. Tous trois ont l’habitude de se déplacer à vélo et, tout en témoignant de la progression de la ville de Nantes en matière d’aménagements cyclables, ils ont aussi remarqué une augmentation des dégradations et vols de vélos, ainsi que de l’encombrement dû au manque d’espaces de stationnement.

Ils ont donc eu l’idée de créer des parkings dont la particularité est qu’ils sont conçus pour assurer un gain de place dans les zones urbaines, d’être simples d’utilisation et surtout de permettre aux utilisateurs de pouvoir laisser leurs véhicules en sécurité.

Des parkings qui sont aussi connectés via une application mobile. Un dispositif numérique qui permet à l’utilisateur d’avoir accès au parking, soit à l’aide d’un code qui lui est envoyé, soit avec sa carte de transport. L’application permet également d’avoir un aperçu au préalable des places disponibles dans les différents parkings et peut ainsi réserver sa place de stationnement. Un GPS permet également de guider le cycliste jusqu’au parking. L’application de la Ruche à vélo s’inscrit, de cette manière, dans la lignée de ce qu’on appelle aujourd’hui le MaaS.

À l’arrivée, il suffit de déposer son vélo sur un rack qui le stationnera ensuite à un endroit inaccessible au public, puis de valider l’action. Pour récupérer son deux-roue, l’utilisateur devra s’authentifier à nouveau. Enfin, des fonctionnalités additionnelles pourront agrémenter l’expérience utilisateur avec un système de gonflage ou de recharge pour les VAE et trottinettes électriques qui bénéficieront, elles aussi, d’un espace de stationnement.

attache vélo


Une innovation pensée pour les collectivités

Ce système apparait comme une solution pour les collectivités en quête d’alternatives pour améliorer l’offre cyclable sur leur territoire. Placés à proximité des gares, des écoles ou des entreprises, ces parkings pourront inciter les plus réticents à utiliser leurs vélos sans s’inquiéter de ne pas les retrouver à l’endroit et dans l’état où ils l’avaient laissé.

Du point de vue ergonomie, le module peut être adapté de plusieurs façons : sous-terrain, hors-sol ou intégré à un bâtiment. La taille est personnalisable en fonction des besoins et peut accueillir entre 24 à 100 places, pour une emprise au sol de 2m2 à 3m2.

Les collectivités définissent le coût pour les usagers qui auront donc la possibilité, soit de s’abonner à un parking, soit de payer directement sur place à chaque utilisation. Et si le dispositif peine à répondre au objectifs en matière d’usage, il est possible pour les autorités de la ville d’avoir accès à des données qui les aiguilleront sur les différentes modifications à effectuer en cas, par exemple, de manque de places ou de besoins concernant le stockage d’équipements (porte-bébés, vélos cargo…).

Lire aussi : comment réinventer le stationnement en ville 


Le Moove Lab s’investit dans le développement de la startup

Le projet de La Ruche à Vélos est actuellement en cours de lancement avec une première “box” installée à Angers, la première ville à tester le dispositif. Pour développer leur projet, l’équipe a notamment fait partie des lauréats du budget participatif de la ville, disposant ainsi d’un terrain d’expérimentation et d’une subvention de 150 000€ en 2019. Elle a également gagné plusieurs autres prix comme le prix Pépite de 2020 et le Grand Prix Bercy Innovation de cette même année. Ce dernier leur a permis de se rendre au CES de Las Vegas pour présenter leur projet et débuter le développement d’un parking de 62 places.

Accompagnée à ses débuts par l’Éco Innovation Factory de Nantes, un programme d’incubation développé par Atlanpole, la startup vient de rejoindre le Moove Lab à Station F, l’accélérateur des projets développé par Via-ID.