Déwi Le Beguec – charpentier de formation – et Pierre Denis se rencontrent en 2015 quand l’un fait appel à l’autre pour construire sa maison. Dans leur recherche d’un moindre impact environnemental, ils s’intéressent à la filière paille pour l’isolation et se rendent compte qu’il existe un réel manque de filière d’approvisionnement à l’échelle industrielle pour le secteur du bâtiment.

Devant l’urgence de faire évoluer le BTP, très gros émetteur mondial de gaz à effet de serre, et convaincus que la paille joue un rôle de premier plan pour atteindre cet objectif, les deux futurs associés mènent une étude de marché qui leur confirme que la filière paille alimente surtout des maisons individuelles et l’auto-construction.

C’est ainsi qu’ils décident de fonder Profibres, une entreprise dont l’objectif est de créer une véritable filière d’approvisionnement en bottes de paille pour les professionnels du BTP.


Le plus grand chantier d’Europe à utiliser la paille comme isolant

Accompagnés par l’Eco-Innovation Factory, un incubateur situé à Nantes, les deux hommes créent officiellement Profibres en octobre 2019. Une startup qui gère l’approvisionnement, la transformation et la distribution de bottes de paille destinées à la construction.

L’entreprise fait ainsi l’interface entre le monde agricole et celui du bâtiment. Elle récolte la paille chez des agriculteurs ce qui leur offre un supplément de rémunération. Elle stocke, transforme et livre ensuite les chantiers ou ateliers qui souhaitent utiliser ce matériau phare dans le domaine de la construction durable.

L’entreprise a notamment remporté le marché de l’isolation du plus grand chantier d’Europe utilisant cette technique : la construction du lycée d’Aizenay, en Vendée, qui représente une surface bâtie de 9500m². Sur des murs en ossature bois, Profibres comblera les caissons avec des bottes dont la paille est produite par dix agriculteurs locaux.


Une levée de fonds pour développer de nouvelles machines

L’entreprise cherche également à améliorer les machines existantes sur le marché aujourd’hui. Les botteleuses qui fabriquent les bottes de paille sont directement issues des modèles lancés il y a 150 ans aux États-Unis, avec des dimensions figées, en pouces, qui limitent l’adaptation du matériau aux normes du secteur du bâtiment.

Profibres mise maintenant sur une levée de fonds pour soutenir leur R&D et pouvoir produire à terme une botteleuse suffisamment flexible pour leur ouvrir de nouveaux marchés. La montée en charge du prototypage est prévue sur deux ans. En parallèle, les deux associés veulent dupliquer leur activité sur tout le territoire français, en gardant la philosophie de coopérative et de filière qui les anime depuis le démarrage du projet.

Positionnés également sur la logistique, ils sont en capacité de fournir leur isolant biosourcé sur une région Grand Ouest qui va de la Normandie à la Nouvelle-Aquitaine. Dans un proche avenir, Déwi et Pierre souhaitent rapprocher les sites de production des chantiers, pour réduire au maximum la pollution liée à l’acheminement des matériaux et valoriser la production locale des agriculteurs proches des lieux de construction.

À lire sur le même sujet