Léko avait fait brièvement parler de lui en 2017 après avoir obtenu l’agrément de l’état pour être le second éco-organisme de la filière des déchets ménagers, afin de concurrencer Citéo sur ce marché. Quelques mois plus tard, la structure jetait l’éponge faute d’avoir trouvé suffisamment d’entreprises partenaires pour financer son démarrage.

Initié par Valorie, filiale française du groupe Allemand Reclay spécialisé dans le développement des éco-organismes, Léko avait comme mission d’accompagner les metteurs sur le marché dans leurs obligations concernant la Responsabilité Élargie du Producteur (REP). Un départ-arrêté qui n’a cependant pas mis un terme à l’ambition du projet.

Dans la foulée de la loi antigaspillage pour l’économie circulaire adoptée en France en ce début d’année, Léko fait donc son retour avec une nouvelle équipe et un nouveau conseil d’administration.


Miser sur le réemploi des emballages

Si le but de l’éco-organisme est de faciliter la collecte et le recyclage des produits mis sur le marché pour atteindre l’objectif de 75% de taux de recyclage fixé par l’état français, Léko souhaite mettre en avant tout particulièrement le réemploi des emballages afin de “limiter l’impact sur l’environnement des produits et de la filière dont il a la responsabilité”.

Pour cela, la nouvelle gouvernance constituée depuis le 30 mars 2020 est composée majoritairement de six metteurs en marché d’emballages puis de trois sociétés de conseil international aux entreprises relatives à la gestion des REP. On retrouve parmi ces structures de jeunes startups innovantes en matière d’économie circulaire comme Living Packets, qui propose des emballages réutilisables pour le e-commerce ; Recommerce ou encore Club-Mate, qui distribue des boissons dans des bouteilles en verre consigné.

Lexmark, Printerrea – spécialisée dans le reconditionnement de cartouches d’impression et de matériel électronique – et Olover – une application qui offre une seconde chance aux produits high-tech invendus – complètent cette nouvelle gouvernance aux côtés de Valorie.

Avec ces acteurs, Léko souhaite se différencier en mettant l’accent sur le soutien aux nouveaux moyens visant à réduire la quantité d’emballages mis sur le marché en France via le réemploi des emballages et la possibilité de consigne pour réemploi qui demeure toujours un vaste sujet de la loi antigaspillage.

À lire sur le même sujet : Consigne pour les bouteilles en plastique, que faut-il retenir ?