Grégory Lamotte, fondateur de Comwatt, est parti d’une question : “Pourquoi brûler du gaz pour chauffer de l’eau en plein mois de juillet alors que nous avons la clim à fond au bureau et qu’il a fait un soleil de plomb toute la journée ?”. Ce paradoxe nourrit l’esprit de cet ingénieur qui, en 2010, décide de créer Comwatt. L’objectif de cette startup est de mettre en place une box capable de gérer la consommation énergétique des appareils et ainsi de faciliter l’autoconsommation d’énergie solaire.

Ce concept, qui vise d’abord à répondre aux défauts de l’intermittence de l’énergie solaire s’appuie sur de l’intelligence artificielle. La box Comwatt permet ainsi à ses utilisateurs de programmer leurs appareils domestiques pour qu’ils puissent fonctionner au moment précis où l’énergie est produite en quantité suffisante via leurs installations photovoltaïques.

4 millions de foyers en autoconsommation d’ici 2030 ?

Aujourd’hui la majeure partie de l’électricité produite en France provient des centrales nucléaires. Suivent les énergies renouvelables et le gaz naturel – énergie fossile souvent importé de l’étranger. “Par exemple, le gaz qui chauffe l’eau vient de Russie, ce gaz traverse toute l’Europe, pour finir par brûler dans ma chaudière” confie Grégory Lamotte. Demain, notre mix-énergétique fonctionnera – à priori – avec moins de nucléaire et plus de renouvelable. Et idéalement, avec du renouvelable produit et consommé localement. Des fournisseurs d’énergies vertes proposent déjà des offres en circuit-court comme cela se pratique dans l’alimentation.

Cependant, la clé pour réussir un déploiement massif des énergies renouvelables réside dans notre capacité à la stocker. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Ainsi, l’énergie solaire est produite aux heures d’ensoleillement aux moments où nos foyers sont généralement vide. EDF estime ainsi qu’uniquement 40% de l’énergie solaire peut être autoconsommée. Les 60% restants sont alors transportés pour être revendus, ce qui représente aussi un coût.  

Grâce à sa box connectée, Comwatt vient donc favoriser l’autoconsommation chez les particuliers. Selon la startup, un foyer équipé de panneaux photovoltaïques pourrait accroitre son autoconsommation de 40 à 70% et donc, dégager des économies sur sa facture d’électricité. L’entreprise, qui a levé 2,3 millions d’euros en 2018, équipe déjà plus de 10 000 sites en France. Elle se base notamment sur un réseau de 350 revendeurs pour déployer son offre sur le territoire. D’après une étude réalisée par RTE et le ministère de l’énergie, l’autoconsommation pourrait être déployée dans 4 millions de foyers d’ici 12 ans. Un marché sur lequel Comwatt compte bien devenir leader.