Algicare est une startup spécialisée dans la construction modulaire. Un concept qui pourrait dynamiser un secteur du bâtiment en recherche de solutions durables. Elle propose ainsi des constructions hors-sol, sans béton, rapides à mettre en œuvre et répondant à toutes les normes environnementales en termes d’isolation et de consommation d’énergie.

Un procédé qui permet aussi à ses clients – administrations, hôpitaux, collectivités, associations, groupes privés – d’envisager plusieurs vies à leurs projets immobiliers dès la conception de ceux-ci, avec un coût global compétitif du fait de la pérennité des matériaux.

L’entreprise se présente d’ailleurs comme un assembleur. Les bâtiments qu’elle assemble peuvent ainsi être vus comme un stock de briques réutilisables pendant des décennies, offrant différentes possibilités de reconversion.


Un concept de construction durable et circulaire

Les bâtiments que propose Agilcare sont donc construits en assemblant des modules brevetés, les Nano®. Il s’agit d’éléments pré-fabriquées en bois (ils sont constitués à 95% de matériaux bio-sourcés issus de forêts gérées durablement) qui offrent de très nombreuses possibilités d’assemblage. Ce concept de construction modulaire en 2D (à l’inverse d’une construction modulaire en 3D qui est livrée en un seul bloc) pourrait représenter l’avenir de la construction pour optimiser les espaces. Le concept est notamment très adapté pour l’aménagement des zones d’urbanisme transitoire.

Entre autres exemples, Agilcare a livré 100m² de bureaux pour une association de réinsertion du Val-d’Oise, qui ont été conçus pour être déplacés et transformés en logements d’ici trois ans. La startup travaille actuellement pour l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), sur un chantier de 300m² de bâtiments voués à déménager et changer d’usage dans quelques années selon les besoins du plus grand hôpital d’Europe.

Cette capacité à déplacer et modifier des éléments de construction rend les solutions d’Agilcare extrêmement intéressantes d’un point de vue environnemental. D’autant qu’elles font appel essentiellement à des matériaux durables et peu énergivores à la production (bois, chanvre, paille). L’entreprise travaille actuellement à faire évoluer son offre qui, pour l’instant, est limitée à des constructions sur deux niveaux, qui pourraient atteindre les six niveaux dans le futur.


Le modulaire démontable, un concept encore peu développé en France

Agilcare fait donc sa place sur un marché du modulaire qui, bien qu’en pleine expansion, en est encore à ses balbutiements en France. Il tend pourtant à se développer, à l’image de sa présence dans l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) lancé fin juillet par la Préfecture d’Île-de-France pour répondre à l’urgence sociale en construisant des hébergements sociaux sur des terrains disponibles pour une durée limitée. On retrouve également le concept dans l’appel d’offre de la Mairie de Paris pour la construction d’une crèche multi-accueil démontable au sein de l’hôpital Saint-Louis dans le 10ème arrondissement.

Le concept est cependant très développé en Asie, notamment en Thaïlande où est établie l’usine de construction modulaire la plus performante au monde. Très robotisée, et fruit d’une joint-venture thaïlando-nippone, elle peut produire jusqu’à 1 000 maisons d’un ou deux niveaux par an, livrées clé-en-main en deux mois. À New-York, la construction modulaire a également le vent en poupe, notamment dans l’hôtellerie, à l’image du récent AC hôtel Nomad Marriott, une construction modulaire de 168 chambres sur cinq étages.

En Europe, cette technique se développe également, notamment dans le nord du continent. En Norvège, par exemple, a été construit en 2015 le plus haut immeuble en bois du monde, avec 14 étages pour 62 logements. Outre l’aspect environnemental, la construction modulaire séduit également les professionnels du bâtiment en raison du rapport qualité/prix et des économies qui peuvent être réalisées lors de la construction (chantiers plus courts, moins de main-d’œuvre nécessaire, beaucoup d’assistance numérique, réemploi des matériaux dans le temps).


Crédit photo : ©Agilcare/LucMARECHAUX

À lire sur le même sujet