Le thé est la deuxième boisson la plus consommée au monde, après l’eau, et devant le café. En France, on consomme ainsi 15 000 tonnes de thé chaque année, avec un engouement de plus en plus croissant pour cette boisson. On estime ainsi qu’un français consomme chaque année environ 250g de thé. Loin, évidemment, derrière les 2,3kg de thé par an que consomment les Britanniques.

Cependant, le thé n’échappe pas à l’évolution de nos comportements en matière d’écologie. Et aujourd’hui, force est de constater que la majorité du thé consommé est du thé en sachets individuels. D’abord, cela entraîne un problème de déchets, avec des emballages à usage unique. Ensuite, ces petits sachets à infuser contiennent très souvent des résidus de pesticides : glyphosate, thiaclopride, acétamipride ou encore chlorfénapyr, d’après une étude de l’association 60 millions de consommateurs.

Face à cette pollution, le thé en vrac connaît évidemment de plus en plus de succès. En parallèle, une startup langroise, Absoluthé, souhaite réinventer notre manière de boire du thé avec un concept nouveau et résolument zéro déchet : du thé soluble.


Le thé en poudre, une solution pour l’environnement ?

Très intéressée par le mouvement Zero Waste, « il y a déjà une bonne dizaine d’années, avant que ça ne devienne si célèbre en France », Camille Douay – co-fondatrice d’Absoluthé – a décidé de changer ses habitudes alimentaires pour tendre vers une consommation plus respectueuse de l’environnement. Grande consommatrice de thé, elle lance le concept d’Absoluthé en 2018 dans le cadre d’un projet étudiant. La startup verra le jour quelques années plus tard en 2021, fruit de la rencontre entre Camille Douay et David Snanoudj, et d’un travail de R&D effectué en compagnie d’AgroParisTech.

Inspirée du thé matcha – traditionnellement moulu – la startup Absoluthé propose donc concrètement des thés et infusions 100% biologiques.  Sa spécificité ? Il s’agit de produits finement moulus « selon un savoir-faire développé depuis plusieurs années pour respecter le goût de chaque plante et ses bienfaits » ajoute la fondatrice, qui ajoute que « contrairement aux idées reçues, le format soluble permet bien de libérer les polyphénols – soit les antioxydants du thé – et ne réduit nullement les propriétés de celle-ci ».

L’initiative de l’entreprise revêt une double ambition : la première est de bannir une sorte de gaspillage relatif à la consommation de thé. « Lorsqu’on se fait une tasse, on ne commence pas par boire le thé, mais par le jeter, parce qu’on est habitué à faire comme ça » précise l’entrepreneure, qui ajoute que « pour un thé en sachet, on a plus de poids d’emballage que du thé en produit ». Grâce à son thé soluble, Absouthé évite donc la production de déchets : ni résidus de thé, ni emballage. Une solution qui, d’après la startup, permettrait aussi d’utiliser 6 fois moins de thé par tasse.


Changer les habitudes de consommation pour plus de sobriété

En plus de s’adresser aux consommateurs de thé, la startup envisage également s’adresser à plus long terme à « tous les professionnels de l’agroalimentaire, que ce soit pour les pâtisseries ou les industries » afin de leur permettre de travailler sans utiliser d’arômes artificiels pour reproduire le goût de certains thé ou tisanes.

Pour le moment, la startup commercialise ses produits via leur site web ou des épiceries fines partenaires. Elle dispose d’une trentaine de points de vente à l’heure actuelle. Mais le grand défi d’Absoluthé sera, dans les prochains mois, de positionner son produit « au coin café » des entreprises et collectivités. Elle mise pour cela sur l’absence de durée d’infusion de leurs thés, qui peut représenter un véritable gain de temps en milieu professionnel. La startup vise également les professionnels du secteur de l’hôtellerie et des restaurants.

Face à des géants du thé bien ancrés, mais également face à la vente en vrac qui ne cesse de croître – avec près de 5,4 millions de foyers français habitués à ce type de consommation – Absoluthé propose ainsi une manière intéressante de repenser notre façon de faire dans une logique écoresponsable.

À lire également sur le sujet