tri de déchets
Economie circulaire

Unico, une nouvelle application pour la collecte des déchets- 4 minutes de lecture

Unico est une jeune start up qui souhaite faciliter et optimiser la collecte déchets. Cette application qui s’adresse essentiellement aux collectivités territoriales est l’un des nouveaux acteurs de l’economie circulaire en France.


Unico est une startup qui a pour but d’optimiser la collecte des déchets, aussi bien pour les particuliers que pour les organismes de collectes. Fondée par 3 étudiants de l’ENSE3 Grenoble, Unico repose sur une application et un logiciel qui agissent en synergie pour réduire la pollution et la production des déchets, au profit du développement d’une économie locale et circulaire.

Le projet d’Unico dépasse la seule collecte des déchets. Pour inciter les citoyens à s’inscrire dans cette démarche, les usagers sont symboliquement récompensés sous la forme de bons d’achats réinvestis auprès de commerces locaux partenaires. L’application offre également de nombreuses fonctionnalités comme un scanner permettant de vérifier si l’emballage est recyclable, un suivi de sa production de déchets, pour mieux la maîtriser, une page interactive pour découvrir et partager conseils et bonnes pratiques, ou encore une carte pour développer une consommation plus vertueuse (commerces locaux, circuits de récupération, etc.).

fondateurs start up Unico
Les fondateurs de la start up Unico


Un nouveau venu parmi les start up de l’économie circulaire

« Nous avons voulu lancer une application pour favoriser l’économie circulaire et faciliter la logistique autour de la collecte des déchets : les particuliers renseignent l’application sur le niveau de remplissage de leurs poubelles. Les collectivités peuvent ainsi optimiser le trajet des éboueurs et réduire l’impact environnemental de la collecte », explique Jules Grammont, Co-fondateur d’Unico. D’après la jeune startup, une communauté de communes de 100 000 habitants peut économiser plus de 500 000 euros par an en utilisant leur système d’optimisation de la collecte des déchets.

La prochaine étape d’Unico est d’entrer en phase de test avec une intercommunalité pilote, d’ici la rentrée 2019. « Nous sommes actuellement en cours de discussion avec plusieurs agglomérations. Parallèlement, avec le soutien de la Fédération de la Plasturgie et des Composites, notre objectif est de répondre à l’appel d’offre de Citeo en janvier 2020, sur uneCollecte Innovante et Solidaire. », ajoute Colin Nicolas, autre co-fondateur de ce nouveau venu dans le monde de l’économie circulaire.

En effet, les start up qui se lancent dans la collecte, le tri et le recyclage des déchets sont de plus en plus nombreuses en France. D’un côté, cela s’explique par les changements à l’oeuvre d’un point de vue politique, puisqu’une loi contre les gaspillages et pour l’économie circulaire va voir le jour prochainement. Il s’agit également d’une réponse aux préoccupations environnementales de plus en plus présentes chez les particuliers, mais aussi dans les entreprises et collectivités locales.

tri bouteille plastique


Un modèle incitatif pour mieux gérer nos déchets

Sur le même principe que la start-up Yoyo, Unico propose également aux particuliers un système incitatif – sous forme de cadeaux – afin d’encourager le plus grand nombre à s’engager dans la réduction des déchets. Un modèle qu’on retrouve également à l’étude au niveau politique sous la forme de taxes ou redevances : c’est la tarification incitative.

La tarification incitative permet l’application du principe pollueur–payeur aux usagers d’un service. Elle intègre le niveau de production de déchets pour facturer l’usager, alors incité financièrement à des comportements vertueux. L’usager est encouragé à modifier ses comportements vers une diminution des quantités de déchets produits. Depuis 2009, l’ADEME accompagne près de 250 collectivités (presque 5 millions d’habitants) qui ont progressivement mis en place la Tarification Incitative.

D’après leurs chiffres, la mise en place de la tarification incitative a permis en moyenne :
– La réduction de 41 % de quantité d’ordures ménagères résiduelles ;
– L’augmentation de 40 % de la collecte des recyclables ;
– La réduction de 8 % de quantité de déchets ménagers et assimilés.



Lire aussi : Abradebarras, service de collecte et valorisation des encombrants


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique