La startup Kerhea s’inscrit totalement dans une démarche d’économie circulaire adaptée au monde de l’événementiel en proposant des produits à base de PLA, une matière plastique d’origine végétale qui peut être recyclée ou compostée. L’objectif de Lucien Kerisit, l’un des trois associés de l’entreprise, était à l’origine de faire face à la surproduction de plastique à usage unique. Et plus spécifiquement, de “proposer une alternative à des mix d’emballages qui associent des couvercles en PET et des cartons d’emballage en canne à sucre car le résultat, c’est que tout finit à la poubelle” explique l’entrepreneur.

Pour répondre à ce défi, les produits de Kerhea sont collectés grâce à des bornes qui permettent de récompenser le geste de tri et d’envisager sereinement leur seconde vie. “Au niveau international, on est les seuls à proposer une solution pour capter les bouteilles en PLA en fin de cycle vie” ajoute Lucien Kersit.


De la vaisselle entièrement biosourcée et compostable ou recyclable

La gamme proposée aux professionnels est composée de contenants qui sont réutilisables, compostables et/ou recyclables, et entièrement fabriqués en France. Chaque produit a sa cible de clientèle, ce qui permet de diversifier l’offre et de réduire les effets de la crise actuelle. Ainsi, la gourde peut s’inscrire dans la démarche RSE d’une entreprise qui l’offrirait à ses salariés ou à ses clients, en la personnalisant.

Pour le secteur de la restauration, des festivals et de l’hôtellerie de plein-air, une gamme de vaisselle et de lunch-box à usage unique a été développée. Des couvercles sont aussi proposés aux professionnels de la vente à emporter. Pour ne pas pousser à la consommation inutile de couverts, un distributeur a été conçu qui propose chaque couvert à l’unité, selon ses besoins “avec un espace dédié pour le gel hydroalcoolique, car l’hygiène est maintenant très importante dans tous les lieux qui peuvent rassembler du public.”

Pour boucler la boucle, la gamme est complétée par une borne connectée de collecte avec reconnaissance de la matière bioplastique. L’entreprise propose sur sa borne un système d’identification de l’usager permettant de récompenser son geste éco-responsable. Via une application, il peut alors transmettre ses points à une association, ou les cumuler sous forme de crédits qui réduiront le coût de location d’un vélo par exemple.


Une levée de fonds pour poursuivre son développement

La R&D est très active, car l’entreprise est jeune et le marché est énorme, avec l’interdiction de la vaisselle jetable issue des produits du pétrole dès 2021, et la fin définitive du plastique à usage unique en France en 2040. “L’idée, avec des entreprises françaises partenaires, c’est de trouver de nouveaux produits à base de nouvelles matières. Nous travaillons avec la Cavac Biomatériaux pour développer, en R&D, des co-produits issus des céréales, du houblon, du son de blé, du chanvre.” La Cavac étant une grosse coopérative agricole de Vendée, la R&D permet de valoriser des déchets agricoles naturels en les transformant en nouveaux matériaux biosourcés.

Pour soutenir son développement, la startup a lancé sur We Do Good une levée de fonds, dont l’objectif de 80 000 euros a été dépassé. Ce capital permet de finaliser la production de la gourde et de poursuivre la démarche en R&D de Kerhea. “Notre objectif maintenant est d’être indépendants sur la fabrication des produits que nous diffusons. Nous ferons donc une nouvelle levée de fonds vers l’été 2021 pour investir dans du matériel industriel, en injection et soufflage notamment.” Un financement dédié aussi à l’élargissement de l’équipe à de nouveaux techniciens et commerciaux.

Actuellement distribuée en Pays-de-la-Loire, Île-de-France et Nouvelle-Aquitaine, la vaisselle biosourcée devrait se diffuser sur toute la France et atteindre les marchés belge, portugais et espagnol début 2021. Kerhea développe aussi des partenariats au Paraguay et au Canada pour distribuer prochainement ses produits sur le continent américain.