La région de Hambourg compte près de 4,3 millions d’habitants, dont 1,8 million dans la ville et sa proche banlieue. Hambourg est également le 3ème port européen, avec plus de 100 millions de tonnes de marchandises qui y transitent tous les ans. De par sa taille et son histoire industrielle, elle est un exemple en matière de transition vers la ville durable.

Hambourg a ainsi été élue “capitale verte européenne” en 2011. La seconde ville à obtenir cette récompense après Stockholm. Un prix accordé d’abord pour une gestion efficace des émissions de CO2, des travaux importants réalisés en faveur de l’écomobilité et, aussi, pour sa gestion de l’eau potable.

Hambourg, une ville verte par nature

En Allemagne, Hambourg a le statut de Ville-Länder (ville région), de la même manière que Brême et Berlin. Située sur l’estuaire de l’Elbe, la nature y a une place historiquement prédominante. L’estuaire est d’ailleurs désigné comme un site important au sein du réseau européen Natura 2000. D’ailleurs, les canaux en plein cœur de la ville sont parcourus par des bateaux à hydrogène pour éviter les émissions de CO2. À Hambourg, les espaces verts représentent également 17% de l’agglomération. Et 90% de la population vit donc à moins de 300 m d’un parc. Exactement la même distance qu’à Vitoria-Gasteiz, ville espagnole élue capitale verte européenne en 2012.

Cette volonté de conserver la nature dans les projets d’urbanisme s’est d’ailleurs confirmée dans les années qui ont suivies. La création de Hafen City, un éco-quartier situé sur le port de Hambourg en est la preuve. Au-delà de l’émergence de bâtiments de Haute-Qualité Environnementale, ce quartier comprend désormais 26 hectares d’espaces verts (sur les 157 du quartier) et près de 3 000 arbres.

Une capitale pour l’électricité et la chaleur d’origine renouvelable

En matière d’énergie, le modèle Hambourgeois est également intéressant et se base sur une utilisation forte des énergies renouvelables. C’est particulièrement le cas de l’énergie éolienne. Ainsi, la ferme éolienne DanTysk produit toute l’électricité renouvelable nécessaire pour alimenter 400 000 foyers. La ville d’Hambourg a aussi trouvé une manière efficace de valoriser l’existant pour y installer des sources d’énergies renouvelables.

Sur la colline de l’île Wilhelmsburg, par exemple, une ancienne décharge a été transformée en un site propre dédié à la production d’électricité. Il fournit environ 4 000 habitants en électricité verte. Non loin de là, un ancien bunker anti-aérien a été transformé en “bunker énergétique” bardé de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques. Un grand projet de géothermie est actuellement à l’étude sur ce site, qui pourrait fournir une chaleur renouvelable à 70 000 foyers dans le futur. La plupart des grandes firmes spécialisées en énergies renouvelables ont d’ailleurs leur siège à Hambourg.

hambourg eco-quartier


Un réseau “vert” de transports en commun

Récemment, Hambourg est devenue la première ville Allemande à – partiellement – interdire la circulation des véhicules au Diesel. Lors de son élection comme capitale verte de l’Europe, c’est en particulier pour son réseau de transports en commun que la ville a été remarquée.

En effet, 99 % des résidents de Hambourg ont un accès aux transports publics à moins de 300 m de chez eux. La ville a également été pionnière dans l’utilisation des bus à Hydrogène. La part du train, notamment pour le fret commercial est également très important. 70 % des conteneurs à destination du continent quittent Hambourg par le train et non par la route.

Enfin, en matière d’alternative à la voiture individuelle, la part modale du vélo était de 12 % en 2010 avec pour objectif de la faire passer à 18 % par l’augmentation du parc de vélos en libre-service.

Hambourg, capitale de l’éducation au développement durable ?

Le 15 novembre 2019, la ville de Hambourg s’est à nouveau distinguée en recevant le prix de l’UNESCO de l’éducation du développement durable. L’université de Hambourg coordonne notamment le réseau allemand “la durabilité dans les établissements supérieurs”.

La ville possède également une initiative “Hambourg apprend la durabilité” lancée en 2005 et qui permet aux enseignants et élèves d’élaborer, par exemple, un plan de protection du climat pour leurs écoles. Enfin, la ville planche actuellement sur un “Master Plan” à l’éducation du développement durable qui vise à l’ancrer dans tous les domaines de l’éducation, de la petite enfance à la formation professionnelle.


Une gestion efficace de l’eau potable

La question de la gestion de l’eau potable est encore trop peu discutée dans les pays développés. Un certain biais nous fait penser qu’il s’agit d’une ressource inépuisable. Pourtant, les sécheresses et restrictions d’eau se multiplient chaque année et rien n’indique que cela va s’arranger.

Symbole du grand gaspillage de l’eau, on estime en France que 20% de l’eau potable n’arrive jamais jusqu’aux robinets en raison des diverses fuites dans les réseaux. C’est particulièrement ce point sur lequel est intervenu Hambourg il y a maintenant dix ans. En effet, via un programme complet de maintenance des infrastructures, la ville a pu atteindre un taux de fuite exceptionnellement bas (environ 4 % sur le réseau).

La ville de Hambourg teste également des projets qui permettent de générer de la chaleur à partir des eaux usées pour chauffer les logements. La valorisation des eaux usées permet en effet de récupérer des éléments qu’il est possible de transformer en un biogaz qui pourrait alimenter les réseaux de chaleur de la ville.

Nos articles en lien avec les capitales vertes européennes