Dataswati est une entreprise française créée en 2016 qui compte aujourd’hui une douzaine d’employés. Implantée en Ile-de-France, à Massy-Palaiseau, la structure est spécialisée dans l’aide au pilotage de la production des usines. Son produit phare – PowerOP – aide à optimiser les processus de production et l’usage des équipements grâce à de l’analyse de données.

Lauréate des Trophées de la Transition Alimentaire organisés cette année par la Foodtech, l’entreprise cherche à accompagner les industriels dans la réduction de leurs consommations. « Notre objectif, c’est d’aider les industriels à mieux stabiliser leurs productions tout en réduisant leur impact sur l’environnement : réduire le taux de rebuts, la consommation d’énergie ou la consommation d’eau » précise Lancelot Bosques, chargé de communication au sein de la structure. L’entreprise française souhaite ainsi permettre aux usines de réduire leur empreinte environnementale grâce à une fine utilisation de la technologie.


Une réponse aux exigences qui touchent la filière agroalimentaire

Et c’est notamment vers l’industrie agro-alimentaire que la startup se tourne. « Au sein de cette filière, on s’est aperçu qu’il y a un certain nombre de défis : la qualité des matières premières, les ruptures d’approvisionnement, ainsi qu’une faible maturité en ce qui concerne le traitement des données » ajoute le jeune représentant de l’entreprise. « Et puis il faut faire face aux exigences des consommateurs, on pense évidemment à des applications comme Yuka, Connecting Food, et d’autres qui obligent aujourd’hui les entreprises à modifier leurs processus de production ».

Au sein de cette filière agroalimentaire, c’est notamment auprès des industriels des secteurs biscuits, lait, eau et boissons que travaille Dataswati. Elle apporte à ses clients – comme par exemple la marque BN – son logiciel accessible en SaaS afin de répondre à 3 grandes problématiques : comment adapter la production par rapport aux exigences en matière environnementale, comment mieux gérer l’obsolescence de son matériel afin d’anticiper des réparations ou des remplacements. Enfin, il permet aussi d’aider les industriels à mieux comprendre leurs pertes.

« On est en capacité de faire des recommandations de recettes, ou même des reformulations de recette pour permettre aux industriels de consommer moins d’énergie. Pour cela, on se base sur les données de l’entreprise afin de pouvoir lui dire : dans le passé, quand vous avez utilisé vos outils de telle manière, vous avez réussi à avoir la qualité voulue du produit tout en consommant moins. Et c’est là que notre intelligence artificielle intervient. Elle apprend de ce qui a été fait pour pouvoir le répéter et l’améliorer ».


Faire en sorte que les industriels soient le plus vertueux possible

Des perspectives de développement en Autriche, en Allemagne et en Suisse sont également à l’ordre du jour, tout comme l’envie de créer des synergies avec d’autres solutions, soit en amont de la production, soit en aval, sur le conditionnement ou l’emballage par exemple. « L’objectif c’est de faire en sorte que les industriels puissent être plus vertueux sur le plus d’aspects possibles ».

Le modèle économique de Dataswati fonctionne sur un abonnement à son logiciel qui se décline en fonction du nombre de lignes de production ou du nombre d’usines qui sont équipées. « C’est l’une de nos valeurs ajoutées, on est en capacité d’utiliser ce qu’on a appris sur une ligne de production afin de le transférer à d’autres » ajoute l’entreprise. La startup travaille actuellement à lever des fonds, notamment pour s’étendre à l’international et agrandir ses équipes. En 2018, elle avait déjà effectué un premier round de 350K€.