Ljubljana panorama
Premium, Ville durable

Ljubljana, ville verte grâce à sa gestion des déchets- 4 minutes de lecture

Ljubljana a été élue capitale verte européenne en 2016 en se distinguant notamment sur sa politique de gestion des déchets. Mais la capitale Slovène montre aussi l’exemple en ce qui concerne le développement des mobilités durables et la végétalisation de son espace urbain.


Ville de 283 000 habitants, Ljubljana a reçu le prix de la capitale verte européenne en 2016. Une distinction accordée à la capitale Slovène en raison notamment de sa politique remarquée de gestion des déchets. Mais aussi en ce qui concerne le développement des mobilités durables et la place du végétal.

Pour rappel, le prix de la capitale verte européenne est décerné en fonction de douze critères : la contribution locale au changement climatique, les transports, les espaces verts, la biodiversité, la qualité de l’air, de l’environnement sonore, la gestion des déchets, la gestion de d’eau, le traitement des eaux usées, l’emploi durable, la performance énergétique et la gestion de l’environnement par les autorités locales.

Ljubljana ville sans voitures
Le centre-ville de Ljubljana est désormais entièrement piéton


Une politique remarquable de gestion des déchets

L’une des raisons principales qui font de Ljubljana un exemple de ville verte, c’est la politique de gestion des déchets mise en place par la capitale Slovène. Elle se classe d’ailleurs au premier rang des capitales de l’UE en ce qui concerne les performances de tri à la source et de réduction des déchets.

Elle collecte séparément 60% de ses déchets municipaux et produit moins de 150kg de déchets résiduels (les déchets qui ne sont ni compostés, ni recyclés) par habitant et par an. L’engagement de la ville d’ici 2025 est d’atteindre les 78% de collecte séparée et de diminuer à 60 kg par an et par habitant la quantité de déchets résiduels. Ljubljana est d’ailleurs devenue la première capitale européenne à rejoindre le réseau Zero Waste.

Le centre de traitement des déchets de la capitale slovène est l’un des plus grands d’Europe, mais surtout le plus moderne. Sur ce site ouvert en 2015, 170.000 tonnes d’ordures ménagères de tout type récupérées dans 58 municipalités sont transformées pour 98% d’entre eux, en nouveaux objets, compost ou biocarburant. D’ailleurs, grâce au biocarburant produit par la fermentation du compost, le centre est autosuffisant en termes d’énergie.

Ljubljana et la rivière Save


Réduire la place de la voiture en centre-ville

C’est un paradigme en ce qui concerne les villes vertes européennes, la place de la voiture – et des véhicules motorisés d’une manière générale – est particulièrement réduite. Voire totalement exclue dans certains cas. Sans faire exception à cette règle, à Ljubljana, le centre-ville a été progressivement fermé aux voitures ces dernières années. Seuls les bus et les taxis ont désormais l’autorisation d’y circuler. La municipalité de la ville a ainsi pu y aménager de nombreuses pistes cyclables et voies piétonnes. La majorité des déplacements se font désormais par ces biais.

La ville de Ljubljana mise également sur la fin des véhicules roulant grâce à des carburants fossiles. D’ici à 2020, 1 400 bornes de recharge électrique doivent être installées afin d’encourager le développement des voitures électriques. Des stations-service de gaz naturel seront ouvertes également pour favoriser ce type de carburant. La ville s’est elle-même engagée à renouveler sa propre flotte de véhicules afin qu’elle roule au gaz naturel. 50 % des bus circulant dans la ville seront des bus électriques ou au gaz naturel.

Ljubljana ville verte


Mettre l’accent sur la place du végétal

Afin d’améliorer la qualité de l’air, Ljubljana a également mis l’accent sur la réduction des émissions provenant des chauffages individuels. Ainsi, l’utilisation de combustibles solides tel le bois est désormais interdit dans les quartiers équipés d’un chauffage urbain ou bénéficiant d’un accès au réseau de gaz naturel. L’objectif de cette mesure est de réduire la pollution aux particules fines PM10. La qualité de l’air est un enjeu majeur dans cette région industrielle.

C’est également la raison pour laquelle la capitale Slovène a beaucoup travaillé à la végétalisation de son espace urbain. Ici aussi, on retrouve une constante concernant les autres villes lauréates du prix de la capitale verte européenne. À l’image par exemple de la ville espagnole de Vitoria-Gasteiz. Au cours des trois dernières années, plus de 2 000 arbres supplémentaires ont été plantés le long des principales artères de la ville. Les rives de la Save qui traverse Ljubljana ont été aménagées. Cinq nouveaux parcs ont également été crées, soit environ 40 hectares d’espaces verts supplémentaires.


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique