ceinture verte Vitoria Gasteiz
Ville durable

À Vitoria-Gasteiz, une ceinture verte entoure la ville- 5 minutes de lecture

Élue capitale verte de l’Europe en 2012, la ville de Vitoria-Gasteiz au pays-basque espagnol s’est appuyée sur la nature, le développement de l’agroécologie et sur des transports durables afin de réussir sa transition écologique. Le point d’orgue de cette stratégie est un réseau de 6 parcs créant une véritable ceinture verte autour de la ville.


Quels sont les axes de développement nécessaires pour optimiser la transition écologique des villes ? Parmi les villes qui ont été élues capitales vertes européennes depuis une dizaine d’années, certains paradigmes ressortent régulièrement, notamment en ce qui concerne les transports. C’est par exemple le cas de Copenhague ou de Nimègue qui ont misées sur le développement du vélo comme alternative aux véhicules motorisés. On peut citer ici également le cas de Pontevedra, ville presque entièrement sans voitures.

De son côté, la municipalité de Vitoria-Gasteiz, au pays-basque espagnol, mise depuis de nombreuses années sur la végétalisation de son espace urbain. Elle a notamment réussi l’ambitieux projet de créer une véritable “ceinture verte” composée de 6 parcs qui entourent la ville. Mais le développement des mobilités douces, de l’agroécologie et une meilleure gestion de l’eau font aussi partie de ses points forts.


Vivre à moins de 300m d’un espace vert public

Vitoria-Gasteiz est une ville de taille moyenne dont la population urbaine compte plus de 240 000 habitants. Elle est donc à l’image de la plupart des villes européennes. La grande fierté de cette ancienne cité médiévale, c’est que tout les habitants y vivent à moins de 300 mètres d’un espace vert public. Elle est en effet l’une des villes européennes présentant la plus grande proportion d’espaces verts par habitants. Environ 45 m2 par personne en 2012.

Le centre-ville est entouré d’une «ceinture verte» de six grands parcs péri-urbains avec des aires de loisirs. Ils sont reliés par un réseau de 33 km de voies piétonnes et 90 km de pistes cyclables. La nature entre ainsi en plein cœur de la ville. En l’an 2000, l’ONU a d’ailleurs élu cette ceinture verte comme étant l’un des 100 plus grands projets menés dans le monde dans le cadre de son troisième concours international de meilleures pratiques pour améliorer l’environnement. Cet anneau de verdure est complété par de nombreuses exploitations agricoles et jardins partagés ouvert aux habitants. Cette forme d’agriculture urbaine est un autre des points forts de la cité basque. Plus de 200 exploitations agricoles qui cultivent en bio sont ainsi installées autour de la ville.

Et si l’anneau vert de Vitoria-Gasteiz couvre 613 hectares tout autour de la ville, la nature est aussi présente à l’intérieur. En parallèle, ce sont près de 130 000 arbres qui poussent le long des rues où dans les nombreux jardins qui composent la ville. Les jardins publics couvrent en effet près de 1 000 hectares à Vitoria-Gasteiz, soit 33% de la superficie urbaine.

greenbelt vitoria-gasteiz
La “ceinture verte” composée de parcs et de promenades qui entoure le centre-ville de Vitoria-Gasteiz


Développer les mobilités douces pour améliorer le confort en ville.

Comme la grande majorité de ses consoeurs élues capitales vertes européennes, Vitoria-Gasteiz a entamé un plan ambitieux afin de réduire la part des véhicules motorisés dans le centre-ville. Le prix des places de parking a notamment été augmenté afin d’inciter les usagers à d’autres modes de déplacement. Dans son plan de mobilité durable, la municipalité propose également d’étendre le «superbloc» de la ville, où la vitesse de circulation est considérablement limitée à 10 km/h.

Au début des années 2010, la part modale de la voiture n’y était que de 28%. La majorité des déplacements dans la ville se font à pied où en transport en commun. C’est d’ailleurs l’un des axes de développement les plus travaillés par la municipalité ces dernières années afin d’améliorer les offres de bus et de tramway. La municipalité encourage aussi la transition vers les véhicules électriques afin de réduire la pollution.

La photo ci-dessous permet de distinguer à merveille l’aménagement urbain mis en place à Vitoria-Gasteiz. On y distingue nettement un espace piéton large, une bande de végétation qui la sépare de la chaussée sur laquelle les vélo, les voitures, le bus et le tramway cohabitent.


Améliorer la gestion de l’eau et les pratiques des habitants

Vitoria-Gasteiz a accompli d’énormes progrès dans la gestion et la réduction de la consommation d’eau en zone urbaine. Pour ce faire, elle a misé principalement sur le contrôle des fuites d’eau grâce aux progrès technologiques, ainsi qu’à la sensibilisation du public. Entre 2001 et 2009, la consommation d’eau par habitant a reculé de 20 %. La ville a également amélioré la qualité des eaux urbaines résiduaires rejetées dans la rivière Zadorra après avoir été traitées.

Parmi les actions innovantes entreprises autour de l’eau afin de lutter contre le changement climatique, on peut également citer l’installation d’un générateur d’électricité utilisant les eaux provenant de la station d’épuration locale. Mais aussi la réutilisation des eaux traitées pour d’autres fins que la consommation humaine.

Dans un futur proche, la ville entend mettre en œuvre au moins 10 nouveaux projets communaux en faveur d’un développement vert. Certains sont déjà en cours. Il s’agit notamment de mettre en place un parc agricole écologique. De travailler à la récupération des combustibles usés et d’exploiter plus massivement l’énergie solaire.

Lire aussi : Kermap, un outil pour étudier la place des arbres en ville


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique