les ombrières intelligentes de la société Ombrea
Agriculture et Alimentation

Ombrea, outil de régulation climatique pour les champs

Ombrea développe des outils de régulation qui utilisent l’intelligence artificielle pour protéger les plantes des effets du réchauffement climatique.


Le réchauffement climatique devrait poser de sérieux problèmes à l’agriculture mondiale dans les prochaines années. Déjà, en 2014, le GIEC précisait ses craintes sur ce point : sans adaptation, les rendements des grandes cultures (blé, maïs, colza) pourraient perdre en moyenne 2% par décennie. Alors que pour répondre à la demande mondiale, la production devra augmenter de 14% tous les dix ans. 

Un casse-tête qui se paie d’ailleurs très cher. On estime ainsi à 1,8 milliard de dollars les pertes pour l’agriculture californienne lors de l’épisode de sécheresse de 2015. Cet été, la Suède a subi une sécheresse historique avec des journées où le thermomètre n’est pas descendu en dessous des 25°C. Certains agriculteurs ont vu leurs rendements baisser jusqu’à 70%. Une perte estimée à 970 millions d’euros. 

La France n’est pas épargnée par ces phénomènes et fut également touchée par une longue sécheresse cet été. Et si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas, ces épisodes devraient devenir de plus en plus fréquents. Aussi, pour garantir les rendements, il est nécessaire d’imaginer dès aujourd’hui des solutions pour s’adapter à cette problématique. 

des cultures protégées par les ombrières de la société Ombrea
Les ombrières permettent de protéger les cultures des aléas climatiques – photo : Ombrea

Des ombrières pour protéger les cultures

La société Ombrea est une entreprise française qui propose un outil de régulation climatique à destination des exploitants agricoles. Il est conçu et adapté aux cultures qui sont sensibles aux aléas météorologiques comme le maraîchage, l’horticulture et la viticulture. 

Il s’agit d’ombrières intelligentes qui sont installées au-dessus des parcelles et qui protègent les sols et les cultures. Ces structures sont entièrement automatisées et fonctionnent en utilisant de l’intelligence artificielle. Elles s’adaptent ainsi à chaque culture et à chaque environnement. 

De cette manière, l’exploitant va définir avec Ombrea des objectifs afin de paramétrer le logiciel en fonction de ses besoins. Il peut ensuite suivre les données grâce à une application mobile. Cela permet de conduire son exploitation avec des informations supplémentaires et de pouvoir mieux réagir en cas d’épisode climatique traumatisant.

De par leur surface, ces ombrières peuvent également être équipées de panneaux photovoltaïques. L’énergie produite est alors soit autoconsommée sur la parcelle, soit revendue aux voisins dans une logique de circuit-court qui rapproche les producteurs des consommateurs. Une solution qui facilite d’ailleurs le retour sur investissement. 

Lire aussi : Ilek, fournisseur d’électricité verte en circuit-court

les ombrières connectées de la société Ombrea
Les ombrières sont une solution permettant de s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique – photo : Ombrea


Des plantes plus résistantes et des rendements maintenus

Le fondateur d’Ombrea connaît bien les problématiques du secteur. Fils de maraîcher et lui-même horticulteur dans le sud de la France, il a imaginé le concept en faisant face à ses propres problématiques. Une histoire familiale jusqu’au bout puisqu’il s’est associé à sa fille afin de lancer la start-up. 

Lire aussi : Trooper, le robot qui aide les horticulteurs

Les avantages des cultures sous ombrières permettent ainsi d’avoir des plantes plus résistantes et une hausse sensible des rendements agricoles. En s’ouvrant et se fermant de manière autonome grâce à la technologie, les cultures sont gérées de manière plus précise. La modulation de l’ombre au sol assure une maîtrise de la température des plantes.

Cela peut permettre également d’éviter les gelées de printemps de manière durable. Enfin, face à un épisode extrême comme la grêle ou la neige, la fermeture des ombrières permet de protéger les cultures. En outre, les structures sont d’une hauteur modulable qui s’adapte aux engins agricoles utilisés. 

Une façon d’anticiper des aléas climatiques dont les conséquences sont parfois désastreuses pour les exploitants, mais aussi pour les consommateurs. 


Pour aller plus loin : 

Dossier du ministère de l’agriculture sur la sécheresse 
Synthèse du rapport du GIEC 2018 sur les impacts du réchauffement climatique


Dans la même rubrique