atelier sur l'agriculture urbaine mis en place par Merci Raymond
Agriculture et Alimentation

Merci Raymond, le végétal au service du lien social

La start-up engagée dans l’agriculture urbaine mène un projet d’envergure pour améliorer le quotidien d’une cité de banlieue.


Merci Raymond est une startup française créée en 2015. Elle rassemble des jardiniers et des créatifs déterminés à redonner une place au végétal dans le milieu urbain en France. Cette jeune entreprise travaille à rendre les villes plus vertes et plus gourmandes. Merci Raymond rassemble pour ce faire différents corps de métiers : scénographes, ingénieurs agronomes, paysagistes, designers ou encore ébénistes. Tous convaincus de l’importance de la verdure dans nos villes.

Parmi les réalisations les plus emblématiques de la start-up, on peut citer la revégétalisation des restaurants bio EXKI, du KUBE HOTEL et celle de la Gare maritime de Cannes à l’occasion du festival CanneSeries. Mais aussi la végétalisation des 35 000m2 de l’incubateur Station F. 

merci raymond travaille à végétaliser les villes
Merci Raymond souhaite redonner une place au végétal dans le milieu urbain en France

Une entreprise engagée dans la végétalisation des villes et l’agriculture urbaine

Cependant la jeune entreprise est également engagée dans l’agriculture urbaine. Elle travaille notamment à la création de potagers urbains. C’est par exemple le cas du potager intelligent installé sur le toit de l’Antenne, un lieu d’échange dédié à l’innovation créative situé dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce potager de 58m2 propose une sélection d’herbes aromatiques et de fruits et légumes. La production qui alimentera le restaurant de l’Antenne, devrait être de 1000 barquettes de 25 fleurs (tagetes, pensées, bourraches), 100kg d’herbes aromatiques et 100kg de petits fruits. L’entreprise fournit sur le même modèle le restaurant de la rotonde dans le 19ème arrondissement.

Ces projets de végétalisation et d’agriculture urbaine favorisent la transition écologique. Ils contribuent notamment à l’amélioration de la qualité de l’air, à la réduction du ruissellement des eaux de pluie, et à la diminution des îlots de chaleur urbains. Merci Raymond se définit ainsi comme une start-up éco-responsable. Ses fondateurs sont également engagés – à l’image d’Agricool par exemple – dans la démocratisation de l’agriculture urbaine à Paris. Une tendance souvent décrite comme une mode réservée à certaines catégories sociales plutôt favorisées.

Mais pour Merci Raymond, l’agriculture urbaine va au-delà de ces clichés. C’est avant tout une question de partage et d’inclusion. L’entreprise souhaite ainsi mettre en avant les valeurs humaines de cette pratique, comme en témoigne leurs projets en banlieue parisienne. 

Lire aussi : Agricool lance la première expo sur l’agriculture urbaine

meri raymond anime des ateliers sur l'agriculture urbaine en banlieue parisienne
L’agriculture urbaine a aussi comme but d’améliorer le cadre de vie des habitants.

La Green Borne : un projet d’envergure pour améliorer le quotidien d’une cité de banlieue

Prenant l’exemple de Detroit, situé dans l’État du Michigan aux États-Unis, où l’agriculture et la nature ont permis de faire diminuer le nombre d’incivilités, Merci Raymond travaille depuis octobre 2017 – en collaboration avec Les Résidences Yvelines Essonne – à rendre la cité de la Grande Borne plus verte et plus gourmande dans le cadre d’un projet intitulé Green Borne. 

L’entreprise y mène des ateliers pédagogiques et ludiques (création de terrariums, sphères végétales, bombes de graines, etc.), implique les habitants dans des projets de plantations dans les espaces d’accueil des loges des gardien.ne.s où dans la création de fresques végétales. Le tout ayant comme but d’améliorer le cadre de vie des habitants, et par la même leur bien-être, et ainsi recréer du lien social entre eux. Fort du succès de ce projet, Merci Raymond cherche désormais à impliquer davantage les jeunes pousses de la cité grignoise en les sensibilisant directement sur leur lieu d’apprentissage : l’école élémentaire du Bélier.

Pour végétaliser la cour de récréation et ainsi créer un cadre de bien-être dans l’école, Merci Raymond a réalisé différentes jardinières à des hauteurs variées, qui s’adapteront ainsi au maximum à la taille des enfants. Le rempotage de ces jardinières a ensuite été réalisé par les élèves eux-mêmes à travers des ateliers pédagogiques tout au long de l’année. Intitulés « De la Graine à l’Assiette » et encadrés par les jardiniers de l’équipe de Merci Raymond, ces ateliers se font en cohérence avec les saisons et ont pour objectif de sensibiliser ces paysagistes en herbe à la nutrition. 

Lire aussi : Topager, l’agriculture urbaine sur toits

atelier sur l'agriculture urbaine mis en place par Merci Raymond
A la Grande Borne, les élèves participent à la végétalisation de leur cour de récréation

Merci Raymond souhaite créer un incubateur pour projets d’agriculture urbaine

Le projet de la Green Borne pourrait se poursuivre dans le temps à travers de nouvelles actions toujours plus variées : la création d’un « club des jardiniers » ayant pour ambition de susciter toujours plus de vocations et s’inscrivant dans un programme d’aide à l’emploi ; la mise en place de divers lieux d’agriculture urbaine tels qu’une ferme pédagogique pour la production de fruits, légumes et aromates… Des initiatives qui pourraient même permettre à terme de produire des tisanes made in Green Borne ou des endives issues des caves de la Grande Borne ! 

Merci raymond s’arrête pas là. l’entreprise souhaite d’ailleurs travailler davantage cette année sur ses projets de formation et d’ateliers. A terme, elle aimerait proposer une sorte d’école permettant de donner lieu à des projets d’agriculture urbaine. Cette école proposerait des formations sur la manière de créer et gérer des microjardins, les bases de la permaculture ainsi que des stages. Elle pourrait à ce titre se positionner comme un incubateur pour micro-fermes urbaines.


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique