Ce vendredi 27 août, lors d’un déplacement à Caen, le Premier Ministre Jean Castex est venu parler des tiers-lieux et de leur développement sur le territoire. “Les tiers-lieux sont le visage de la France qui se réinvente au quotidien” a notamment précisé le PM. Rien d’un hasard puisque les pouvoirs publics se montrent séduits par ces endroits depuis de longues années.

Début 2020, la question de ces lieux hétéroclites avait déjà intéressé les pouvoirs publics au travers d’un plan “nouveaux lieux, nouveaux liens”, qui vise à financer à hauteur de 45M€ l’ouverture de 300 projets de tiers-lieux sur le territoire et d’en implanter notamment dans les quartiers prioritaires en partenariat avec l’ANRU (Agence Nationale de la Rénovation Urbaine).

En sus de ce plan, Jean Castex a donc annoncé la semaine dernière qu’une enveloppe de 130M€, la moitié issue du plan France Relance, serait allouée à soutenir et développer la filière Tiers-Lieux en France. Il en existe actuellement près de 2 500 sur l’ensemble du territoire et cela devrait continuer dans le futur.


Un levier pour la souveraineté économique du pays

Ce nouveau plan de financement s’ancre autour de 5 leviers, dont l’ouverture de 100 “manufactures de proximité” qui vont participer à la relocalisation du savoir-faire productif français. 30M€ sur les 130 permettront le développement de ces manufactures qui “vont créer les synergies essentielles pour les artisans et les TPE qui bénéficieront de la mutualisation des outils et des compétences” ajoute à ce sujet Alain Griset, Ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises.

C’est que les tiers-lieux, via leurs multiples formes (espaces de co-working, fab lab, maker space, conciergeries, etc.) sont des solutions pour le développement économique des territoires. Ce sont des lieux de rencontres, des lieux d’apprentissage, des lieux où de nouvelles formes de travail apparaissent, via la mutualisation des ressources et la co-création. “On est à la fois sur des mouvements sociologiques très forts, sur de nouvelles formes de l’économie, sur de nouvelles formes de travail et sur de nouvelles formes de rapports sociaux” a ajouté le Premier Ministre, soulignant également que les tiers-lieux représentaient un atout “pour la souveraineté économique du pays”.

L’association France Tiers-Lieux, estime quant à elle que 60 % des tiers-lieux proposent des activités de formation (formation professionnelle agréée, apprentissage entre pairs et par la pratique, transferts de savoir informels). D’après l’association, 134 000 personnes ont pu bénéficier d’une formation dans un tiers-lieu en 2019. Un point sur lequel compte s’appuyer le Gouvernement puisque 50M€, issus du Plan de transformation de la formation professionnelle seront destinés à développer la formation professionnelle dans les tiers-lieux.


Des lieux propices à l’engagement de la jeunesse

Toujours d’après France Tiers-Lieux, 20 % des tiers-lieux ont déjà accueilli des volontaires en service civique. D’abord parce que les problématiques traitées par ces lieux attirent une jeunesse en quête de sens : transmission, apprentissage, fabrique d’initiatives concrètes pour trouver des solutions à l’alimentation, à la préservation de l’environnement font notamment la spécificité de ces lieux. Ensuite, parce que ce sont également des endroits qui mettent en avant la collaboration et l’inclusion, qui laissent place à l’expérimentation, au mélange de cultures et de savoir-faire. C’est pourquoi les tiers-lieux peuvent être de véritables opportunités pour l’émancipation des jeunes lors de leurs services civiques.

Le Gouvernement prévoit donc de s’appuyer là-dessus et va engager 20M€ pour financer 3 000 services civiques en 3 ans dans des tiers-lieux français. 15M€ vont également être proposés pour la fabrication de mobilier destinés à l’inclusion numérique. Un sujet essentiel aux yeux du gouvernement, et notamment de son secrétaire d’État au Numérique, qui veut former 4000 Conseillers numériques qui pourront s’appuyer sur le maillage territorial des tiers-lieux pour former les français-es et français démunis face à la technologie.

Enfin, le gouvernement va allouer 4M€ pour consolider les réseaux régionaux et accompagner les porteurs de projets. Un point crucial pour permettre l’essor de ces endroits et faciliter aussi leur financement. “Trop de portes sont encore fermées aux projets hybrides, trop de cloisonnements et de lourdeurs administratives continuent de ralentir leur développement” précise Patrick Levy-Waitz, Président de l’association France Tiers-Lieux. Un verrou qui finira peut-être par s’ouvrir à l’avenir au fur et à mesure que le paysage économique de nos territoires sera organisé autour de ces lieux pas comme les autres.