L’European Start-Up Prize est un prix créé en 2018 par la commission des transports et du tourisme du Parlement Européen, le Boston Consulting Group et Via ID, un service d’accompagnement de start-ups spécialisées dans les mobilités. En somme, un partenariat public-privé autour des mobilités à impact positif. L’European start-up prize récompense, et, surtout accompagne les start-ups à se développer et élargir leur marché en Europe.

Le transport routier est l’un des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre et fait partie des priorités pour réussir notre transition écologique. À la marge, les transports maritimes et aériens sont également concernés par le besoin de trouver des solutions innovantes pour rester compétitifs tout en réduisant leur impact négatif sur la planète. L’European Start-up Prize for Mobility vise ainsi à mettre en avant cet engagement environnemental.


550 startups réunies pour le “Day After Programme”

L’édition 2019 avait réuni 570 start-ups originaires de 28 pays différents. Les candidatures sont closes depuis fin avril. 550 startups de la mobilité durable européenne ont donc candidaté à l’édition 2020. Le challenge de l’édition 2020 a été bousculé par l’épidémie du Covid-19 et l’entrée en confinement. Pour mieux répondre aux attentes des startups dans cette période de crise économique et de transformation des habitudes de mobilité, l’European Start-Up Prize for mobility a augmenté son programme d’un volet financier, le “Day After Programme”, afin de soutenir au mieux l’effort d’investissement dans les startups qui construisent la mobilité européenne de demain. 

Les start-ups seront évaluées par un jury hybride dont font partie Karima Delli, présidente de la commission des transports et du tourisme du Parlement Européen, Violeta Bulc, la commissaire européenne des transports, mais aussi des représentants d’entreprises. Parmi les entreprises figurant dans le jury, on retrouve notamment le Boston Consulting Group et Via ID, les cofondateurs du prix, mais également des grands groupes comme Europcar, GRDF ou la RATP.

Pour Karima Delli “C’est un succès mais c’est surtout un signal de détresse qui devrait tous nous alarmer. Ces 550 startups attendent de l’Europe un geste fort de soutien financier pour s’adapter à la crise. C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place cette année des passerelles entre le EUSP et la Banque Européenne d’Investissement, ainsi qu’avec des programmes de financement européens (EIT Urban Mobility et EIT InnoEnergy) et les investisseurs privés.”

La participation est gratuite et ouverte à toutes les start-ups œuvrant dans le domaine de la mobilité. Elles seront évaluées selon trois grands critères :

– Le business model : fondé sur l’innovation et le management de la start-up ;
– L’engagement environnemental et climatique : comment font-elles pour réduire leur impact environnemental ?
– L’impact social : comment innover en faveur de l’inclusion sociale et territoriale ?
– La portée au niveau européen : pour pérenniser les relations entre les entreprises et l’Union Européenne.


Un tremplin pour l’intégration européenne

Les dix start-ups récompensées de l’European Start-ups Prize auront la chance de bénéficier d’un programme de développement d’une durée de 6 mois et d’avantages financiers. Enfin, il sera possible, pour les quatre premières entreprises, de profiter d’un programme d’accompagnement deux mois coordonné par le BCG.

Ce prix permet aussi de bénéficier d’une belle visibilité en Europe. Les start up sélectionnées profiteront notamment d’un tour des événements Tech sur le continent. Elles seront également reconnues au travers d’un label Positive Impact. Ce label met en avant les objectifs de durabilité et d’inclusion portés par l’Union Européenne.

Retrouvez toutes les infos sur l’European Start-Up Prize for mobility