La transition écologique est désormais au coeur des programmes des grandes écoles. En témoigne la recrudescence de chaires et de mastères spécialisés concernant des thématiques comme l’économie circulaire, l’innovation sociale ou la transition énergétique. À l’image du MS APTE proposé à Nantes par une alliance de 4 écoles : Audencia, Centrales Nantes, ainsi que les écoles d’architectures et de design de la métropole.

Un Mastère qui s’adresse à la fois aux jeunes étudiants ainsi qu’à des profils en reconversion, et qui intéresse aussi les nombreuses entreprises présentes sur le territoire mais aussi les collectivités. Ainsi, l’agence d’urbanisme de la région nantaise et GRDF se sont récemment associés pour proposer aux étudiants de l’école Audencia de réfléchir à une question essentielle pour demain : la valorisation des biodéchets.


Un Hackathon pour sensibiliser au tri des biodéchets

Ainsi, les 4 et 5 janvier dernier, l’école nantaise organisait un grand challenge en partenariat lors d’un Hackathon intitulé “Together For Good”. Pour l’occasion, GRDF partenaire de l’événement, a invité les étudiants à réfléchir à la problématique de la sensibilisation des habitants de l’agglomération nantaise au tri, à la collecte et la valorisation des biodéchets, notamment sous forme de biogaz.

En effet, alors qu’ils représentent près de 30% du volume de nos poubelles, les biodéchets devront être triés à la source à partir du 01er janvier 2024. Un temps long qui paraît très court pour sensibiliser et organiser ce tri parmi les ménages.

Un jury composé de GRDF, de l’agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) ainsi que de la mairie ont ainsi retenu certains projets proposés par les étudiants. Parmi eux, une application accessible sur les plateformes grand public, qui permet aux habitants d’identifier les points de collecte, puis de suivre comme un colis le parcours de traitement et de valorisation de leurs déchets ; ou encore une valorisation artistique des points de collecte pour inciter à leur utilisation.

Des projets qui seront inclus dans les réflexions de l’AURAN sur la future valorisation des gisements de biodéchets de la métropole nantaise. Aujourd’hui, deux grandes tendances émergent pour traiter ces déchets verts : organiser leur retour à la terre via le compostage ou les transformer en biométhane, un gaz vert que l’ont peut injecter dans les réseaux pour la production de chaleur et d’eau chaude.

À découvrir : Agribiométhane, une manière écologique de valoriser leurs déchets agricoles


Montpellier Business School planche sur l’avenir du transport aérien

Cette démarche qui consiste à associer les étudiants à des problématiques business n’est pas nouvelle. Mais en ce qui concerne les réflexions sur la transition écologique, ce pourrait être un accélérateur puissant étant donné la sensibilité des plus jeunes à cette question.

En ce début d’année, on retrouve en tout cas une démarche similaire à Montpellier Business School, où, durant une semaine, 800 apprentis de dernière année du Programme Grande Ecole ont intégré un business game 100% en ligne pour réfléchir avec Air France sur l’avenir des transports aériens.

Encadrés par les enseignants-chercheurs de MBS et les coachs experts de l’incubateur, les apprentis ont eu comme défi de créer un business model pour accélérer la transition environnementale du secteur des transports aériens. Un sujet terriblement présent dans le débat public et qui devrait continuer de faire débat dans les années à venir.

“MBS est l’une des Grandes Ecoles qui déploie le plus grand nombre d’heures d’enseignement sur des problématiques liées à la RSE. C’est pourquoi il est important de saisir l’opportunité que représente [ce projet] pour solliciter les compétences et l’appétence qu’ont développées les étudiants à imaginer des solutions écologiques et durables” précise la Dr. Annabelle Jaouen, Directrice de l’Entrepreneurship Center de l’école montpelliéraine.