isaure tsassis dorothée bessiere save eat
Agriculture et Alimentation, Premium

[Tribune] – Le rôle des entreprises dans la lutte contre le gaspillage alimentaire dans les foyers- 6 minutes de lecture

Dorothée Bessiere, co-fondatrice de l’application Save Eat, qui lutte pour la réduction du gaspillage alimentaire, revient sur le rôle des entreprises pour sensibiliser et accompagner leurs salariés aux bonnes pratiques en matière d’antigaspi.


Nombreuses sont les polémiques sur le gaspillage alimentaire générées par la distribution, souvent considérée comme le mauvais élève sur la chaîne alimentaire. Il est, en effet, attristant de découvrir qu’elle génère à elle seule 1,4 million de tonnes de gaspillage alimentaire en France. Mais ce qui est souvent oublié, c’est que les consommateurs sont responsables de 3,3 millions de tonnes de gaspillage alimentaire chaque année en France, soit presque 3 fois plus. Ce qui représente 1/3 du gaspillage total sur toute la chaine, de la fourche à la fourchette. 

La sonnette d’alarme a été déclenchée en 2016, du côté des distributeurs notamment avec les obligations liées à la loi Garot. Mais qu’en est-il du côté des consommateurs ? Aujourd’hui, la France a un train de retard sur la sensibilisation des consommateurs au gaspillage alimentaire dans les foyers et peu de solutions leurs sont offertes. Un gros travail de sensibilisation reste à faire pour atteindre l’objectif de réduction du gaspillage alimentaire de 50% d’ici 2025 (objectif lancé en 2013 avec le pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire).

Les entreprises ont alors un rôle important à jouer aussi bien auprès de leurs salariés que de leurs clients lorsqu’il s’agit d’acteur du secteur agroalimentaire. 

cofondatrices Save Eat Isaure Tsassis Dorothée Bessiere
Isaure Tsassis et Dorothée Bessiere, co-fondatrices de Save Eat – photo : Paul Robein


L’anti-gaspi comme axe d’attractivité pour les entreprises 

À une époque où l’environnement fait partie des plus grandes préoccupations citoyennes, les français sont de plus en plus exigeants quant aux actions mises en place dans leur entreprise. D’après le baromètre RSE d’Ekodev, 70% des salariés souhaitent s’impliquer davantage dans les actions RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) de leur entreprise et 90% estiment que les entreprises ont un rôle majeur à jouer dans le développement durable. L’écologie, et en particulier le gaspillage alimentaire, fait alors partie des combats prioritaires à mener pour tendre vers une société plus harmonieuse aux yeux de la génération Z (née après 2000). 

Convaincues que les entreprises, tous secteurs d’activités confondus, ont un rôle majeur à jouer dans l’anti-gaspi, nous avons lancé en mai 2019 des animations et ateliers de cuisine zéro déchet ludiques et participatifs pour sensibiliser les consommateurs directement sur leur lieu de travail.  Nous nous rendons surtout compte que très peu de personnes sont conscientes de ce que représente le gaspillage alimentaire dans nos propres cuisines. Le premier travail a effectuer est donc un travail de sensibilisation. Nous voulons aider les entreprises à impliquer leurs équipes dans la lutte contre le gaspillage alimentaire et surtout rendre attractif ce sujet qui nous concerne tous. Nous remarquons une réelle motivation des salariés à participer à ce type d’atelier ainsi qu’une certaine fierté de savoir que leur entreprise est impliquée sur un sujet environnemental. 

Grâce à ce type d’actions, les entreprises rendent la RSE plus attractive et, les salariés se sentent directement concernés et affirment être beaucoup plus motivés à réduire le gaspillage alimentaire chez eux. 

Ces actions nous semblent d’autant plus important que les générations Y et Z accordent une grande importance à l’éthique et à l’implication de l’entreprise dans le développement durable. Le « Millenial Survey 2019 », réalisé par le cabinet Deloitte, montre que les générations Y et Z attendent d’une entreprise qu’elle permette de « maximiser son impact sociétal, interagir avec son écosystème et construire un environnement de travail positif ». Les générations à venir ne mesurent plus les entreprises par le simple critère financier mais bel et bien par leurs valeurs.

application Save Eat
Photo : Paul Robein


Des consommateurs plus regardant de l’engagement des marques

Du point de vue des consommateurs, la responsabilité sociale et le développement durable sont de véritables critères influençant le choix vers une marque ou une autre. Aujourd’hui, d’après le magasine LSA, 86% des Français se tourne vers une consommation dites responsable c’est-à-dire « engagée pour respect de l’homme, de l’animal et de l’environnement » et, ils attendent des entreprises de les accompagner dans cette démarche, notamment sur la démarche du zéro déchet, qui est la cause principale défendue par les générations Y et Z. 62% d’entres-eux pense d’ailleurs que la transition actuelle est un projet solidaire entre les marques et les citoyens. Malheureusement, 92% des consommateurs n’est pas en mesure de définir clairement l’engagement des marques. 

En 1 an et demi, Save Eat a rassemblé plus de 30 000 utilisateurs engagés dans la lutte contre le gaspillage et en quête perpétuelle d’idées pour utiliser ses produits jusqu’à la dernière miette. A travers l’application Save Eat, les utilisateurs découvrent des recettes simples et apprennent à cuisiner leurs ingrédients dans leur intégralité : épluchures, fanes et même peaux de banane ! Ils ne demandent qu’à pouvoir utiliser leurs ingrédients jusqu’à la dernière miette et seraient prêts à changer de marques si l’une d’entres elles montre son soutien dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Comme le montre les résultats de Kantar, sortis à l’issu du « Consumer Day » , la RSE doit désormais faire partie de la stratégie des marques et cette tendance est vouée à s’accélérer dans les prochaines années. 

Les entreprises, tous secteurs confondus, ont donc un réel rôle à jouer dans le lutte contre le gaspillage alimentaire dans les foyers. Elles ont un rôle d’influence particulièrement fort au près de leurs salariés et les acteurs de l’agro-alimentaire ont un rôle fort à jouer auprès de leurs consommateurs. Les consommateurs cherchent la simplicité, la transparence et le retour au traditionnel.

Alors, vous vous mettez quand au zéro déchet ? 



Lire aussi : découvrez 5 projets pour l’alimentation de demain


Dorothée Bessiere – Co-fondatrice de Save Eat.

À propos : Save Eat est la startup engagée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire dans les foyers. Lancée en février 2018 à destination des consommateurs, l’application mobile Save Eat permet de cuisiner sans gaspiller grâce à des recettes personnalisées en fonction du contenu de sa cuisine et des dates de péremption. Mais Save Eat veut rassembler encore plus de personnes dans sa lutte contre le gaspillage alimentaire dans les foyers. La startup lance en mai 2019 les ateliers de cuisine anti-gaspi à destination des entreprises et met en place un accompagnement pour les marques agro-alimentaire qui souhaitent soutenir ses consommateurs dans leur démarche zéro déchet. 

Dans la même rubrique