manta sea cleaners
Economie circulaire

The Sea Cleaners : un bateau géant pour nettoyer les océans- 4 minutes de lecture

L’association The Sea Cleaners, fondée par le navigateur Yvan Bourgnon, compte nettoyer les océans grâce au “Manta” un bateau capable de récupérer et valoriser le plastique qui flotte à la surface de l’eau.


The Sea Cleaners est une association fondée en 2016 par le navigateur français Yvan Bourgnon. Elle a comme objectif de protéger les océans de la pollution plastique qui s’y déverse chaque année. Pour cela, l’association, qui compte plusieurs centaines de bénévoles, veut travailler de manière globale et internationale contre la pollution plastique : sensibilisation et éducation des populations, récupération et valorisation des déchets, études scientifiques et économiques.

Pour cela, The Sea Cleaners mise sur le “Manta” un bateau géant capable de récupérer les déchets plastiques qui flottent à la surface de l’eau. Ce projet d’envergure devrait voir le jour d’ici 2023. Il permettra à l’équipe de l’association The Sea Cleaners de sillonner les mers proches des embouchures des fleuves qui déversent le plus de déchets plastiques dans les Océans (principalement en Asie). À terme, l’équipe d’Yvan Bourgnon souhaite même développer des versions “mini” de ce bateau afin de récupérer les déchets plastiques directement au niveau des fleuves.

manta bateau the sea cleaners


9 millions de tonnes de plastique déversés chaque année dans les océans

La raie manta est un animal marin qui peut atteindre jusqu’à 7 mètres d’envergure et peser 2 tonnes. Des dimensions relativement modestes en comparaison du bateau de l’association The Sea Cleaners, qui lui emprunte son nom. Ainsi, le “Manta” devrait mesurer 70 mètres de longs, 61 mètres de hauteur et 40 mètres de largeur. Ce très grand catamaran est destiné à parcourir les mers du globe à la recherche de plastique. Et plus particulièrement des macro-déchets, c’est à dire la partie visible de cette pollution.

“Le Manta sera le premier navire hauturier capable de collecter et de traiter en masse les macro-déchets flottants avant qu’ils se fragmentent” précise Yvan Bourgnon. Chaque année, ce sont en effet 8 à 9 millions de tonnes de plastique qui arrivent dans les Océans. Un chemin qui prend sa source dans nos fleuves. Et plus particulièrement, ce sont seulement 10 cours d’eau (en Asie, Afrique et Amérique du Sud) qui sont responsables de 90% des déchets plastiques déversés dans les océans. En Asie, on recense 5 pays (Chine, Viet-Nâm, Cambodge, Indonésie, Inde) qui sont responsables de 60% de la pollution plastique océanique.

La mission de l’association The Sea Cleaners poursuit un triple objectif : récupérer des données scientifiques pour étudier la pollution marine ; collecter et valoriser les déchets plastiques ; et enfin, sensibiliser les populations locales à cette pollution et aux pratiques qui permettent de la réduire. Le Manta sera ainsi amené à naviguer proche des côtes, dans les estuaires et aux embouchures des fleuves les plus pollués.

bateau nettoyer océans


Une véritable usine de tri flottante

Pour mener à bien sa mission, le Manta se doit évidemment d’être un navire innovant et le plus écologique possible. Il est ainsi conçu pour être propulsé grâce à des énergies renouvelables. Comme d’autres, le manta mise en partie sur la propulsion vélique, grâce à des voiles automatisées. Mais aussi une combinaison de panneaux solaires et d’éoliennes. Le navire sera également amené à se créer son propre carburant grâce à la pyrolyse du plastique récupéré dans les océans. Un carburant qui servira aussi à alimenter l’usine du bateau.

Car le Manta n’est pas un gigantesque navire pour rien. Il a été conçu pour héberger une véritable usine de collecte et traitement de déchets plastiques : des collecteurs en forme de tapis roulants pour remonter les déchets de l’eau, une grue pour remonter les plus gros déchets ; un centre de tri manuel pour séparer le plastique des autres déchets ainsi que l’unité de valorisation qui permet d’effectuer la Pyrolyse.

Le Manta sera aussi équipe d’une unité de recherche scientifique dont la mission consiste en partie à cartographier, quantifier et caractériser les différents déchets, leur origine et les zones où ils se trouvent. Un travail de traitement de données qui sera ensuite mis à disposition en open-data. Le navire aura aussi comme mission de sensibiliser les populations locales lors de leurs escales dans les ports. Il devrait être mis à l’eau en 2022 pour un début de mission en 2023.

Et à terme, Yvan Bourgnon et ses équipes imaginent déjà des versions miniatures du Manta, qui pourraient remonter les fleuves afin de stopper la pollution plastique avant qu’elle n’arrive dans les mers et les Océans.



Lire aussi : Bathô transforme de vieux bateaux en hébergements durables


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique