panneaux solaires
Energies

Les chiffres de l’énergie photovoltaïque en France- 5 minutes de lecture

Que représente la filière de l’énergie solaire photovoltaïque en France ? Environ 7 000 emplois directs, une production en hausse, des objectifs élevés sur les 10 prochaines années… Retour en chiffres sur la 3ème source d’électricité renouvelable française.


La France a inscrit dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte l’objectif de porter la part des énergies renouvelables dans sa consommation brute à 32 % en 2030. Une ambition qui vise à multiplier par deux la part des énergies renouvelables par rapport à 2016. Le pays compte pour cela de nombreux atouts, à l’image de l’hydroélectricité.

Mais la croissance importante de la production primaire d’énergies renouvelables en France depuis 2005 (+ 63 % tout de même) est principalement due à l’essor des biocarburants, des pompes à chaleur et de la filière éolienne. Cependant, lors de la révision de la PPE en 2018, c’est le développement de l’énergie solaire photovoltaïque qui a particulièrement été mis en avant. Le gouvernement ainsi souhaite multiplier par 5 la puissance du parc français d’ici 10 ans. L’occasion de revenir en chiffre sur le développement de cette filière sur le territoire français.

panneaux solaires


Le photovoltaïque, 3ème source d’électricité renouvelable en France

Les énergies renouvelables en France pour l’électricité sont principalement guidées par l’hydraulique et l’éolien. La filière solaire photovoltaïque accuse pour le moment un retard sur ses consoeurs mais se classe tout de même en bonne position dans notre mix énergétique. Ainsi, le parc photovoltaïque français représente la troisième source d’électricité renouvelable du pays, avec 8 766 MW de puissance. Il se place derrière l’hydraulique (25 784 MW) et l’éolien (14 275 MW). Mais visiblement, les choses pourraient s’accélérer encore davantage.

En effet, dans le cadre de la révision de la PPE fin 2018, le gouvernement a posé comme objectif le fait de multiplier par cinq la puissance du parc photovoltaïque français d’ici 10 ans. Nous devrions donc passer de 8,7 GW de puissance à environ 40 GW en 2028. Un objectif intermédiaire pour 2023 est fixé à 20,6 GW. Un projet ambitieux qui devrait cependant doper les investissements dans cette énergie et favoriser leur déploiement sur le territoire. D’autant que les limites des panneaux solaires (impact environnemental, installation, recyclage, stockage de l’électricité) s’amenuisent d’années en années au fur et à mesure que la technologie s’améliore.

Par exemple, il est possible aujourd’hui de limiter considérablement les impacts environnementaux du solaire photovoltaïque et de recycler les produits issus des opérations de raffinage. C’est d’ailleurs ce que proposent de nombreux acteurs. Prenons par exemple le cas de l’entreprise Voltec Solar dont les panneaux solaires produits en Alsace présentent un taux de recyclabilité proche des 100 %. Bien sûr, l’extraction des matières premières nécessaires à la conception des panneaux ne sont pas neutres et de nombreux efforts restent à faire dans ce domaine pour assurer viabilité écologique du sujet. Cependant, les avancées en matière de stockage de l’électricité par exemple pourraient rendre le photovoltaïque très compétitif à l’avenir.


réseaux électriques smart grids


Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Nouvelle Aquitaine en tête

La filière du solaire photovoltaïque comptait environ 7 050 emplois directs en France en 2017, soit presque le double (4 864) en 2016. On est encore loin des 20 000 emplois dans la filière éolienne par exemple. Mais à l’échelle de la capacité, c’est un chiffre intéressant qui devrait lui aussi grimper en flèche dans les prochaines années. Et visiblement, c’est notamment dans le sud de la France que les principales activités liées à l’énergie solaire pourraient se développer.

La région la plus dynamique en matière d’installations photovoltaïques raccordées est la région Auvergne-Rhône Alpes, région n°1 sur ce point avec 67 400 installations. Elle devance l’Occitanie (61 819 installations) et la Nouvelle-Aquitaine (59 687). Vient ensuite la région Pays de la Loire qui compte plus de 40 000 installations. En matière de capacité, le grand sud (Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes) totalisent sans surprise 85 % de la puissance raccordée sur le territoire. C’est cependant la région Bourgogne-Franche Comté qui compte le plus fort taux de croissance de la puissance installée l’année dernière (+22%) devant les régions Auvergne-Rhône Alpes et Nouvelle-Aquitaine.

D’autres régions pourraient suivre cette croissance, notamment dans l’Ouest et l’Est du pays. Le photovoltaïque pourrait également se démocratiser davantage dans notre pays si l’autoconsommation se développe de manière plus intensive. Il s’agit là d’un des freins majeurs au développement des énergies renouvelables dans un pays où, historiquement, la gestion de l’électricité est particulièrement centralisée. On retrouve cependant de plus en plus d’initiatives visant à encourager l’autoconsommation, à l’image de fournisseurs comme Ilek ou ekWateur.

panneau solaire à Oslo


Le photovoltaique dans le monde

En 2016, près de 75 GW de panneaux photovoltaïques ont été installés dans le monde. Cela équivaut à l’installation de plus de 31 000 panneaux photovoltaïques par heure et représente une croissance de 48 % par rapport à 2015. La puissance installée mondiale en matière de solaire photovoltaïque s’élève en 2016 à 303 GW.

La Chine est le premier producteur d’électricité à partir du solaire photovoltaïque avec 75,25 TWh (22,9 % de la production mondiale), le Japon occupent la deuxième place (50,95 TWh soit 15,5 %) et lest États-Unis, la troisième place (46,63 TWh soit 14,2 %). La France est dans le Top 10 avec une production qui représente 2,5 % de la production mondiale. En Europe, la Grèce, l’Italie et l’Allemagne sont parmi les premiers sur ce sujet avec une production d’électricité à partir du solaire photovoltaïque qui correspond à plus de 7 % de leur consommation d’électricité nationale.

Si la France atteint les objectifs qu’elle s’est fixée pour 2023 puis 2028, elle posséderait un mix d’énergies renouvelables très équilibré avec l’éolien et l’hydraulique. Cependant, ce type de production qui représente l’avenir finira t’il par supplanter l’entêtement économique crée autour du nucléaire ?


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique