les emballages de transport de marchandises sont peu recyclé
Economie circulaire

Pandobac, le transport de marchandises zéro déchet- 3 minutes de lecture

Engagée dans l’économie circulaire, la start-up Pandobac conçoit des bacs réutilisables pour assurer un transport de marchandises zéro déchet. La jeune pousse propose ainsi une alternative utile notamment aux professionnels de la restauration.


L’économie circulaire touche petit à petit tous les aspects de nos sociétés. À la croisée des chemins entre l’alimentation et le transport, la jeune start-up Pandobac s’engage dans cette voie et propose aux professionnels du secteur alimentaire des bacs réutilisables pour rendre le transport de marchandises un peu plus écolo. Une solution qui va de pair avec les efforts des entreprises pour réduire l’empreinte environnementale de la livraison.

La jeune pousse incubée à Rungis propose donc de remplacer les emballages de transport jetables par une alternative durable. Elle s’adresse ainsi à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, en partant des producteurs et jusqu’aux professionnels de la logistique.

Livreur à vélo, une solution de livraison écologique


Des bacs réutilisables pour le transport alimentaire

En effet, aujourd’hui, les marchandises alimentaires sont principalement conditionnées dans des emballages jetables. Ainsi, fruits et légumes, poissons ou crustacés voyagent dans des cartons, des cagettes en bois ou en plastique, et des caisses en polystyrène. Rien qu’en Île de France, cela correspond à environ 300.000 emballages jetés tous les jours. D’abord parce que certains de ces emballages s’abîment durant le transport. Ensuite parce que les commerçants perdent du temps à traiter ces déchets. Ils ont peu d’espace de stockage et pas assez de poubelles pour tout jeter.

Alors bien sûr, il y a des solutions innovantes qui existent pour gérer les déchets des professionnels. Mais n’oublions pas que le recyclage à un coût énergétique qui n’est pas neutre. Et que le meilleur déchet, c’est celui qui n’existe pas. C’est en partant de ce principe que Shu Zhang, Roch Feuillade et Anaïs Ryterband ont fondé Pandobac.

Il s’agit pour cette entreprise de fournir des bacs réutilisables pour remplacer et supprimer les emballages jetables dans le transport des marchandises alimentaires. C’est une solution clés en main pour les professionnels. Ainsi, Pandobac s’occupe du lavage, du réapprovisionnement, et du tracking des emballages.

un pêcheur transporte ses marchandises dans des bacs en plastique
Aujourd’hui, un pêcheur transporte ses produits dans des bacs en plastique.


Éco-conception et optimisation du transport

Les bacs réutilisables de la jeune pousse sont designés et fabriqués en France. Ils sont conçus en plastique recyclé (et recyclable) et respectent les normes européennes alimentaires. Une problématique d’écoconception qui permet d’optimiser au maximum leur taux de réutilisation. Mais qui leur permet aussi de s’adapter à différents types de professionnels : maraichers, pêcheurs, transporteurs, logisticiens, etc.

Pandobac assure notamment le lavage des bacs dans le souci de la réglementation alimentaire en termes d’hygiène. Mais surtout, la start-up se donne une raison d’être sociale en faisant appel à des ESAT pour recruter ses agents de lavage. Et pour être un peu plus écolo, elle fait appel à des centres de lavage vapeur, situés stratégiquement au cœur des flux de marchandises. La start-up cherche aussi à s’intégrer pleinement dans la chaîne logistique existante en travaillant sur l’optimisation des transports. Les camions ne repartent plus à vide à la fin de leur livraison car ils sont utilisés pour faire circuler les bacs vides.

Un système de tracking permet d’assurer le service de suivi des bacs. Une optique qui vise à garantir leur réutilisation à long terme, et à maintenir la fluidité de son activité. Les utilisateurs de Pandobac ont ainsi accès à une solution informatique qui permet de connaître en temps réel sur une application mobile ou sur internet la localisation de ses bacs. La jeune entreprise a lancé un test grandeur nature avec un partenaire-clé l’été dernier et prévoir le lancement effectif de son service en ce début d’année 2019.


Guillaume Joly. @guitjoly

Dans la même rubrique